Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes

La plateforme de streaming vient de mettre en ligne les résultats pour son premier trimestre 2020, une période particulière sur fond de crise sanitaire mondiale et de confinement.

Sans grande surprise, le nombre de clients au niveau mondial augmente bien plus rapidement que sur les trimestres précédents : 15,77 millions en Q1. En pourcentage, cela reste par contre dans la moyenne : 22,8 %. 

« Durant les deux premiers mois du trimestre, la croissance des abonnés était similaire à celle observée sur les deux années précédentes. Puis, avec les mesures de confinement à partir de mars dans de nombreux pays, beaucoup plus de foyers ont rejoint Netflix afin de se divertir », explique l’entreprise américaine.

L’Europe est le premier vecteur de croissance avec près de 7 millions de clients, contre 3,6 millions pour l’Asie-Pacifique, 2,3 millions pour les États-Unis/Canada et 2,9 millions pour l’Amérique latine.

Pour le second trimestre 2020, Netflix prévoit 7,50 millions de clients supplémentaires, contre 2,7 millions en 2019. La situation devrait ensuite largement ralentir : « ceux qui n’ont pas rejoint Netflix pendant toute la durée du confinement ne devraient pas le faire peu de temps après la levée du confinement […] nous supposons actuellement que les ajouts nets aux troisième et quatrième trimestres seront inférieurs à ceux de l'année dernière », d’autant que de nouvelles saisons de Money Heist et Stranger Things avaient été mises en ligne en Q3 2019 et rien de tel n’est prévu en 2020.

Les revenus de la plateforme sont de 5,768 milliards de dollars, en hausse de 27,6 % sur un an. Le bénéfice net est de 709 millions de dollars, avec la prévision d’attendre 820 millions sur le second trimestre. C’est dans les deux cas mieux que n’importe quel trimestre de 2019.

La société en profite pour rappeler qu’elle s’est « engagée à dépenser 150 millions de dollars pour soutenir l'industrie pendant cette crise ».

Elle était attendue pour hier, mais la cour d’appel de Versailles ne rendra finalement son verdict que vendredi à 14h, explique la présidente Isabelle Chesnot à l’issue d’une audience, comme le rapporte Reuters.

« Nous maintenons temporairement la suspension de l'activité de nos centres de distribution français. Nous réévaluerons notre position une fois que l'arrêt de la cour d'appel aura été rendu vendredi 24 avril », explique le revendeur dans un communiqué repris par l’AFP.

Le géant de la vente en ligne ajoute qu’il demande à ses employés de « rester chez eux jusqu'au samedi 25 avril inclus » et qu'ils « percevront leur plein salaire ».

Depuis août 2018, le jeu est disponible sur Android, mais pas via la boutique officielle de Google, uniquement depuis le site de l'éditeur en téléchargeant un fichier APK. Les choses viennent de changer, comme l’explique Polygon.

Le constat est amer pour Epic Games qui s’explique auprès de nos confrères : « Google désavantage les logiciels téléchargeables en dehors de sa boutique, grâce à des mesures techniques et commerciales telles que des pop-ups de sécurité effrayants et répétitifs pour les logiciels téléchargés et mis à jour ».

« Pour cette raison, nous avons lancé Fortnite pour Android sur le Google Play Store », ajoute l’éditeur qui indique qu’il continuera de proposer son jeu en dehors de la boutique également. 

Si Epic Games n’en fait pas mention dans son explication, la querelle se trouve aussi sur les 30 % ponctionnés par Google pour les achats in-app, qui avaient poussé l’éditeur à se passer du Play Store. L’année dernière, il avait demandé une exception pour Fortnite, refusée par le géant du Net.

Epic Games a donc finalement jeté l’éponge… mais « espère que Google révisera ses politiques et ses transactions commerciales dans un proche avenir ». Plusieurs autres sociétés s’y sont attaquées, également sur l’App Store d’Apple, sans succès pour le moment. 

Comme prévu, Microsoft 365 a été déployé hier. Les abonnés Office 365 peuvent migrer vers la nouvelle offre. Le téléchargement se fait automatiquement sur plusieurs jours, mais les utilisateurs peuvent se rendre dans Compte > Mises à jour pour Office pour la déclencher manuellement.

Rappelons que ce changement représente une évolution plus axée sur le grand public avec l’inclusion de nombreux nouveaux services, ou certains améliorés. C’est le cas par exemple de l’Éditeur, renforcé pour couvrir de nouveaux types de conseils, et disponible d’ailleurs depuis peu comme Extension pour Chrome et Edge (dans une forme moins évoluée).

Parmi les apports, notons un coach de présentation pour PowerPoint, un Designer pour mettre en valeur les informations et les rendre moins rébarbatives, ou encore un complément Money pour Excel dédié aux comptes bancaires et à leur gestion.

Il s’agit de la première phase des nouveautés annoncées par Microsoft fin mars. D’autres suivront dans les mois à venir, comme un élargissement de Teams au grand public, divers ajouts dans Edge dont la surveillance des fuites de mots de passe ainsi que des outils de contrôle parental étendus aux smartphones, surtout sous Android.

Rappelons que les tarifs de Microsoft 365 ne changent pas. On reste sur du 6,99 euros par mois ou 69 euros par an pour un utilisateur unique, ou 9,99/99 euros pour six utilisateurs au sein d’un même foyer.

Le fabricant ne s’est pas foulé sur le nom puisqu’il s’appelle simplement « Sonos Radio ». Il propose des « contenus exclusifs, [des] stations organisées par genre et plus de 60 000 stations de radio locales », accessibles gratuitement pour les propriétaires d’appareils Sonos… en échange de publicités.

Sonos Radio est « préchargée dans le menu Parcourir de l’application Sonos avec la mise à jour logicielle d’aujourd’hui ». Les stations de radio internationales seront « offertes » à tous les clients dans le monde, tandis que la « programmation originale de Sonos sera offerte aux États-Unis, au Canada, au Royaume-Uni, en Irlande et en Australie dès aujourd’hui. D’autres pays seront inclus plus tard ».

Fomalhaut b a été présenté au public pour la première fois en 2008, sur la base des données récupérées par le télescope Hubble entre 2004 et 2006. Faits surprenants, aucune signature n’était visible dans l’infrarouge, son orbite ne semblait pas être une ellipse comme c’est généralement le cas des planètes et l’objet a disparu des radars en 2014.

Il semblerait en fait que Hubble soit passé « au bon endroit au bon moment » pour capturer un événement rare : « L’interprétation qui en résulte est que Fomalhaut b n’est pas une planète, mais un nuage qui s’étend lentement dans l’espace à la suite d’une collision entre deux grands corps célestes. Les chercheurs pensent que la collision s’est produite peu de temps avant les premières observations faites en 2004 ».

La version macOS du client, qui n’est autre qu’une Progressive Web App encapsulée, retrouve une fonction populaire qui avait été perdue en cours de route : le rafraichissement automatique et continu des tweets.

Pour activer l’option, il faut cliquer sur les étoiles en haut à droite de l’interface, puis sélectionner « Épingler sur votre profil ». Après quoi, lorsque vous serez en haut de votre flux, vous verrez les nouveaux tweets s’afficher automatiquement.

Il n’y plus qu’à attendre de voir si les clients tiers pourront profiter de ce retour. Rappelons que Twitter leur a « sucré » de nombreuses capacités en 2018 avec des limitations très strictes sur ce que peut faire l’API. Ces applications n’ont ainsi plus de rafraîchissement automatique du fil, ne voient pas les sondages ou encore ne peuvent pas participer à des messages privés en groupe.

Aptoide est, selon Android Police, la plus large boutique d’applications indépendante pour Android, avec 150 millions d’utilisateurs actuellement.

Malheureusement pour ces derniers, le service a été victime d’une large fuite de données, initialement rapportée par Under the Breach sur Twitter le 17 avril.

Le pirate indique avoir récupérer les informations de 39 millions de comptes, avec les détails de 20 millions publiés pour prouver ses dires. Il en garderait donc la moitié en réserve, mais on ne connait pas le degré de véracité de son annonce.

Les informations fournies sont en tout cas réelles et contiennent les adresses email, mots de passe hachés en SHA-1, noms, dates d’anniversaire, statuts de comptes, les adresses IP et l’user agent des victimes. Mais pas pour tous, car sur les 49 millions de comptes touchés, 32 millions ont été créés via Facebook et Google. Auxquels cas le mot de passe n’est pas présent dans la base.

Aptoide cherche actuellement à connaitre le point d’entrée du ou des pirates. Toutes les activités liées aux comptes sont suspendues : création, connexion, critique et commentaire. Quand les fonctions seront réactivées, il sera demandé aux utilisateurs de changer de mot de passe, une procédure classique dans ce genre de cas.

On espère en outre qu'Aptoide reverra à la hausse ses fonctions de hachage, car le SHA-1 n'est plus considéré comme sûr depuis longtemps.

Journée importante pour le navigateur, avec l’arrivée de deux versions majeures : Vivaldi 3.0 pour ordinateurs et Vivaldi 1.0 finale pour Android.

Le navigateur se dote de plusieurs fonctions importantes sur lesquelles il était à la traine jusqu’à présent, dont des bloqueurs de traqueurs et de publicité. Ils ne sont pas actifs par défaut et se trouvent dans la zone Vie privée des réglages.

Le blocage des traqueurs s’appuie sur le récent Tracker Radar de DuckDuckGo, Vivaldi étant le premier navigateur à l’intégrer. EasyList peut être activé en complément. Celui des publicités est confié à EasyList, avec des listes locales en renfort, désactivées par défaut.

Notons également l’apparition d’une horloge en bas à droite. En cliquant dessus, on peut lancer un chronomètre, un compte à rebours ou une alarme. Les noms sont modifiables, de même que les durées ou les sons de notification.

Côté Android, il s’agit surtout d’une version finale, avec une interface revisitée pour l’occasion. On garde l’essentiel des fonctions, dont les nouveaux bloqueurs. La synchronisation y est également disponible pour récupérer ses données via le compte Vivaldi.

Dans un article du New York Times, on peut lire les témoignages de plusieurs anciens employés de Dropbox. Selon eux, l'éditeur s’était penché sur la sécurité de Zoom il y a plus de deux ans déjà, car l’outil était utilisé au sein de l’entreprise.

Les découvertes auraient été stupéfiantes, au point de décider Dropbox à embaucher secrètement des hackers pour travailler sur la question. Les failles trouvées auraient toutes été signalées à Zoom, dont le temps de réaction était alors sévèrement critiqué.

Ces anciens ingénieurs de Dropbox rejettent d’un revers de la main l’excuse de Zoom : ses problèmes ne datent pas de la crise sanitaire, le service ne peut donc pas se retrancher vers l’impossibilité de prévoir une telle situation.

D’ailleurs, on a pu voir récemment qu’une première mise à jour a basculé de nombreux réglages par défaut sur des choix infiniment plus logiques pour mieux protéger la vie privée des utilisateurs. Le chiffrement va également être renforcé. Mais la route sera longue pour redorer un blason particulièrement terni.

Alors que les écoles sont fermées dans de nombreux pays et que les gens sont confinés chez eux pour limiter la propagation du virus SARS-Cov-2, Facebook lance sa messagerie pour enfants Messenger Kids dans de nouveaux pays.

Des fonctionnalités sont ajoutées au passage. Il y a ainsi « l’amitié supervisée » qui permet aux parents de laisser le choix à leurs enfants d’accepter ou non des contacts (avec toujours un contrôle des parents), la gestion des groupes et enfin la possibilité de rendre le nom et la photo de profil de leur enfant accessible aux amis et parents de leur enfant.

Le réseau social en profite pour faire un tour d’horizon des fonctions mises en place pour la protection des enfants.