Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes

Mardi soir, le fabricant présentait officiellement sa nouvelle puce haut de gamme, sans donner le moindre détail sur ses caractéristiques techniques. Via un billet de blog, on en apprend aujourd'hui davantage sur le Snapdragon 845 « construit avec de nouvelles architectures conçues pour l'intelligence artificielle et l'immersion ».

Cette tâche incombera en partie au DSP Hexagon 685. C'est la troisième génération après les Hexagon 680 des Snapdragon 820, 821 et 660 et Hexagon 682 du Snapdragon 835. Pour le reste, le Snapdragon 845 dispose de huit cœurs Kryo 385 (gravés en 10 nm) jusqu'à 2,8 GHz, contre huit Kryo 280 jusqu'à 2,45 GHz pour le Snapdragon 835.

La partie GPU est assurée par un Adreno 630. Elle supporte les écrans 4K UHD jusqu'à 60 ips, ou bien 2x 2 400 x 2 400 pixels à 120 fps pour la VR. Qualcomm annonce des « améliorations de 30 % du rendu graphique/vidéo par rapport à la génération précédente ».

Côté capteur optique, le SoC prend en charge les caméras jusqu'à 32 Mpixels, ou les capteurs doubles jusqu'à 16 Mpixels grâce à son ISP Spectra 280. Des vidéos 4K UHD sur 10 bits à 60 ips peuvent être lues ou enregistrées. Côté slow motion, Qualcomm annonce jusqu'à 480 ips en 720p.

Le modem X20 du fabricant, annoncé au MWC de Barcelone, est intégré au SoC. Pour rappel, il supporte la 4G jusqu'à 1,2 Gb/s en téléchargement et 150 Mb/s en upload, via l'agrégation de cinq bandes de fréquences de 20 MHz maximum.

Pour le reste, le Wi-Fi 802.11ad (2,5, 5 et 60 GHz) est de la partie ainsi que le Bluetooth 5. GPS, GLONASS, Beidu, QZSS, SBAS et Galileo sont supportés pour le positionnement par satellite. Quick Charge 4(+) est également présent afin de recharger une batterie à 50 % en 15 minutes seulement.

La disponibilité de cette plateforme est prévue pour début 2018. La fiche produit du Snapdragon 845 est disponible par ici, tandis qu'une comparaison avec Snapdragon 835, 821 et 820 se trouve par là.

Netflix a commencé depuis quelques jours le teasing de la saison 4 de Black Mirror, dévoilant de premières bandes annonces.

Pour s'assurer de nombreuses reprises, le service de SVOD a continué de marteler ses vidéos depuis, avec les épisodes Black Museum, Hang the DJ, Metalhead ou encore U.S.S. Callister.

Il a également fini par lâcher la date de lancement de cette nouvelle saison, avec tous ses épisodes : ce sera pour le 29 décembre prochain.

Attendez-vous donc à passer la nouvelle année dans des univers qui remettront en question votre rapport au monde et à la technologie.

Fin octobre, ProtonMail ouvrait la bêta de son « Bridge », permettant une utilisation de son service à travers les protocoles IMAP et SMTP classiques, via des clients comme Apple Mail, Outlook ou Thunderbird.

Désormais, il est accessible à tous. Il n'est toujours proposé que sous macOS et Windows, la version Linux devant arriver plus tard. Il prend la forme d'une application qui vient chiffrer ou déchiffrer vos emails lors de leur envoi/réception et demande une configuration spécifique.

Un guide d'installation est disponible par ici.

Annoncée depuis des mois, la version 5.0 de l'application Amazon Prime Video est enfin disponible pour les appareils d'Apple. Elle apporte le support de l'iPhone X, de la recherche universelle (États-Unis, Canada, Australie, Norvège et Suède) et des Apple TV à partir de la troisième génération.

Difficile de ne pas voir dans ce timing un clin d'œil à la guerre qui oppose le géant de la vente en ligne à Google, notamment pour le support de YouTube. La période des fêtes de fin d'année est sans doute aussi propice à une telle annonce.

Cette nouvelle extension de Prime Video reste une bonne nouvelle, même si l'on espère une meilleure ergonomie pour 2018. Outre le contenu, encore un peu faible, elle reste en effet le véritable point noir du service sur l'ensemble des plateformes.

L'annonce avait fait couler beaucoup d'encre fin mai. Alors que la bascule était prévue pour le 8 décembre, elle est finalement arrivée un peu en avance. 17 ans après sa création, Voyages-sncf.com, le site de l'agence de voyages VSC Groupe, renvoi désormais vers Oui.sncf. Les applications ont également été mises à jour en ce sens.

Le groupe assure que les services sont les mêmes, avec quelques nouveautés tout de même : une alerte petit prix, une relation client 24h/24 avec un OUIbot accessible sur la page d'accueil (en version bêta pour le moment) et des pages « OUI des Régions » pour découvrir de nouveaux lieux.

Attendons maintenant les premiers retours des utilisateurs afin de voir si la transformation est une réussite. Il faut dire que la concurrence est de plus en plus présente, notamment avec Trainline (anciennement Captain Train) qui mise sur la simplicité et la rapidité.

Après avoir annoncé un partenariat début juin, les deux protagonistes passent officiellement la seconde.

Durant cette expérimentation, certains clients Lyft à Boston pourront se retrouver dans une voiture autonome lorsqu'ils demandent un trajet au service de VTC.

Pour nuTonomy (racheté par Delphi il y a quelques semaines), ce premier essai grandeur nature à deux finalités : faire découvrir les voitures autonomes au public et obtenir des retours de la part des clients afin d'améliorer son système.

Les attaques contre le chiffrement se font de plus en plus courantes et agressives. Dernier exemple en date : l'Allemagne veut des backdoors dans tous les appareils numériques.

L'association de défense des droits et libertés des citoyens a donc décidé de monter au créneau et interpelle le secrétaire d’État chargé du numérique et le député, qui a déjà publié des écrits sur le sujet.

Elle souhaite qu'ils prennent « publiquement position sur le chiffrement de bout en bout face aux positions de l'administration française ainsi que sur ce projet de RFC ».

Dans le domaine des cartes graphiques utilisées avec un connecteur externe Thunderbolt 3, PowerColor avait été l'un des premiers à annoncer un produit. Le constructeur en a montré plusieurs versions lors de divers salons, mais semble avoir décidé de changer un peu les choses à l'occasion d'un nouveau lancement officiel de sa Gaming Station.

On retrouve ici un boitier qui ne sera pas sans faire penser à la Gaming Box de Gigabyte côté look. Il s'en distingue néanmoins de par la présence de deux ports USB 3.0 Type-A en façade. Trois autres sont présents à l'arrière, avec un port réseau Gigabit (RJ45) et le connecteur Tunderbolt 3 Type-C (40 Gb/s). Ce dernier est capable de fournir jusqu'à 87 watts via Power Delivery.

L'alimentation fournie est un modèle SFX de 550 watts certifié 80PLUS Gold, capable de fournir jusqu'à 375 watts à la carte graphique. Les dimensions de l'ensemble sont de  310 x 157 x 46 mm, le poids n'ayant pas été précisé.

PowerColor précise que les Radeon RX 400/500 sont supportées (mais pas les Vega ?), ainsi que les GeForce GTX 10 Series. Aucun tarif ni date de disponibilité n'a été dévoilé.

On devrait en apprendre plus à l'occasion du CES de Las Vegas en janvier.

Le 9 novembre, OVH subissait des incidents en cascade, menant à une perte de configuration sur des routeurs gérant ses liens optiques entre ses datacenters. En cause, un (vieux) bug logiciel dans les routeurs Cisco utilisés par l'hébergeur, qui les a depuis mis à jour.

La nuit dernière, l'entreprise a tenté de séparer en trois groupes ses équipements optiques de Roubaix, pour éviter une nouvelle panne générale de son réseau européen. À 20h50, Octave Klaba déclare que des équipements ont de nouveau perdu leur configuration, en préparant son intervention à 23h.

OVH a dû reconstruire les liens entre Roubaix et ses autres points de présence de zéro. Dans un tweet, il affirme que ces connexions sont tombées à 20h20, à cause d'un bug toujours présent dans les routeurs Cisco mis à jour.

Tous les liens seraient revenus vers 1h du matin. En attendant, l'hébergeur a abandonné sa maintenance, le temps de comprendre le problème avec le constructeur.

C'est par le biais d'un communiqué de presse que les deux protagonistes officialisent leur partenariat. Le premier apporte ses connaissances sur l'ameublement, le second sur l'environnement sonore dans la maison. Mais nous n'aurons pas davantage de détails pour le moment.

Le suédois explique qu'il s'agit de la troisième étape de son projet Home Smart, après les systèmes de recharges sans fil et l'éclairage connecté déjà en vente dans ses boutiques.

Quoi qu'il en soit, il faudra être patient puisque les premiers fruits issus de cette nouvelle collaboration ne sont pas attendus avant 2019 dans les magasins Ikea.

Encore un compte Twitter pour Apple. Cette fois c'est au tour de @AppleTV de faire son apparition, en remplacement de @iTunesMovies.

Il doit venir appuyer la présence de la nouvelle application et de l'appareil du même nom, tous deux pensés pour offrir une place à Apple dans votre salon.

Cette arrivée fait suite à celle d'Amazon Prime Video sur tvOS, mais également à l'extension de l'application TV d'Apple dans de nombreux pays.

Shuttle a dévoilé un nouveau Mini PC au sein de sa gamme XPC cube : le SZ270R9. Il s'agit d'un modèle haut de gamme équipé d'un chipset Z270 qui peut accueillir un processeur Core de 6ème ou 7ème génération (LGA 1151). Dommage, le Z370 n'est pas présent.

L'ensemble est néanmoins complet : alimentation de 500 watts 80PLUS Silver, trio DP/DP/HDMI pour les sorties vidéo, support de cartes graphiques haut de gamme, double connecteur réseau Gigabit (RJ45), etc. Les caractéristiques complètes sont ici.

Mais la machine est surtout la première à arborer une nouvelle façade dotée de LEDs RGB, avec un bouton dédié à l'overclocking facile. Situé sur le dessus de l'appareil, il permettra d'augmenter automatiquement les fréquences de fonctionnement d'un modèle de la série « K » d'Intel, le tout pouvant être affiché et/ou contrôlé depuis une application.

Son prix et sa date de disponibilité en France n'ont pour le moment pas été dévoilés.

Sur Reddit, l'entreprise affirme qu'une faille de sécurité mettant en cause son site web a permis à des malfaiteurs de s'emparer de son portefeuille bitcoin.

Elle ne communique pas encore sur le montant exact du préjudice mais, selon sa communauté, il serait question de 4 736,42 BTC, qui dorment aujourd'hui à cette adresse. Au cours actuel, cela représente 68,2 millions de dollars, ou 53,2 millions d'euros. « Nice hack », diront certains.

Pour l'heure, le site de l'entreprise est fermé en attendant l'arrivée de mesures renforçant sa sécurité. Il permet pour rappel à des particuliers et entreprises d'acheter ou de vendre de la puissance de calcul à des fins de minage. NiceHash appelle enfin ses utilisateurs à changer leurs mots de passe par précaution, en attendant de voir si leurs données personnelles ont elles aussi été touchées ou non.  

Lors d'une conférence organisée par NASDAQ, Blake Jorgensen, le directeur financier d'Electronic Arts, a lâché quelques chiffres sur le succès du mode Ultimate Team de ses jeux de sport.

« Aujourd'hui, 70 à 75 % des gens qui achètent nos jeux de sport rejoignent Utimate Team. C'est fun. C'est un moyen génial de profiter du jeu. Et sur ces 75 % de joueurs, environ la moitié dépense de l'argent tandis que l'autre moitié joue sans dépenser » affirme le responsable, pas peu fier de son taux de conversion, quand le graal pour certains spécialistes du free-to-play se trouve autour de 2 ou 3 %.

Chaque année, ce mode de jeu génère environ 800 millions de dollars de revenus, grâce à la vente de pochettes surprise contenant des cartes à l'effigie de sportifs.

Ces cartes permettent de les utiliser au sein de son équipe, et il est donc important pour briller lors des matchs en ligne d'avoir la meilleure composition possible, ouvrant la porte à de nombreuses micro-transactions.

Le célèbre logiciel de partage de bureau et de prise de contrôle distante est touché par une brèche. L'éditeur a déjà diffusé le correctif pour Windows, les autres versions devant être colmatées avant la fin de la semaine.

Exploitée via une DLL malveillante (disponible sur GitHub), la faille permet au client et au serveur d'effectuer des actions auxquelles ils n'ont normalement pas droit sans accord express de l'utilisateur en face. Par exemple, si ce dernier partage son bureau, la vulnérabilité permet de prendre le contrôle du clavier et de la souris.

Notez que les mises à jour, dès qu'elles sont disponibles, sont téléchargées automatiquement par les applications. En attendant qu'un message vous indique sa récupération, il faudra donc faire attention à qui cherche à établir des connexions.

Comme confirmé à The Hacker News, toutes les moutures de 11 à 13 sont concernées, qu'il s'agisse d'éditions gratuites ou payantes.

« Suite à plusieurs problèmes liés aux frais de traitement élevés et la volatilité de la valeur du bitcoin, à compter d'aujourd'hui, nous n’acceptons plus le bitcoin comme moyen de paiement sur Steam » fait savoir Valve dans un long billet d'annonce.

Pour l'entreprise, le niveau de volatilité du bitcoin est devenu un problème. Les fluctuations du cours entre l'émission d'une transaction et sa validation lui forçant à devoir rembourser ou réclamer un paiement supplémentaire à ses clients.

De plus, les coûts de transaction qui étaient encore faibles il y a deux ans au moment de la mise en place de Bitcoin comme solution de paiement sur la plateforme. Aujourd'hui, avec une moyenne de 7,3 dollars, cette méthode « rend l'achat de jeux sur Steam déraisonnablement onéreux » estime Valve.  

Il y a un peu moins de deux mois, la filiale de Google battait sa propre intelligence artificielle AlphaGo avec une nouvelle version AlphaGo Zero. Comme nous l'avions alors expliqué, elle utilisait de l'apprentissage par renforcement et non plus supervisé. Pour résumer, l'IA ne connaît au début que les règles et elle va ensuite jouer des millions de parties contre elle-même pour « apprendre ».

Dans une publication scientifique, DeepMind présente une nouvelle version plus générale baptisée AlphaZero. Avec un seul algorithme, elle « peut atteindre, tabula rasa, des performances surhumaines dans de nombreux domaines difficiles ». En ne connaissant que les règles et en jouant des millions de parties contre elle-même, AlphaZero « a atteint en 24 heures un niveau de jeu surhumain aux échecs et shogi (échecs japonais), ainsi qu'au jeu de Go ».

DeepMind ouvre ainsi de nouveaux horizons à son intelligence artificielle, mais nous sommes toujours très (très) loin d'une IA forte. De plus, elle est toujours développée par des humains et se cantonne à des tâches très limitées (quelques jeux de société pour le moment).

Oui, nous sommes fin 2017 et il s'agit de la toute nouvelle voiture électrique du fabricant. Et pourtant, InsideEVs explique bien que la dernière mise à jour de la voiture apporte... la radio FM et un compteur kilométrique afin de savoir combien d'autonomie il reste à la voiture par exemple.

Pour Engadget, « Tesla était si pressée de sortir sa voiture qu'elle négligeait des caractéristiques quotidiennes que nous tenons pour acquises ».

On ne sait pas encore quand le grand public pourra en profiter, les premiers exemplaires étant réservés aux employés de la marque. Pour rappel, début novembre, seules 260 Model 3 avaient été produites.

Oculus a déployé une version bêta de la version 2.0 de son logiciel Rift Core. Elle promet une nouvelle interface système « qui ouvre de nouvelles possibilités pour la réalité virtuelle », Oculus Home, un lieu virtuel à décorer selon ses goûts et des améliorations à l'application de bureau Oculus.

Cette dernière apporte la gestion des listes de souhaits qui déclenchent des notifications quand un des produits qu'elles contiennent est en promotion. Le détail des fonctionnalités et la méthode à suivre pour récupérer cette mise à jour est disponible par ici.

Née sur les cendres de CyanogenMod, LineageOS propose également des firmwares alternatifs pour bon nombre de terminaux mobiles. La version 14.1 est basée sur Android 7.1, contre Android 6.0 pour la 13.0.

Des mises à jour sont disponibles depuis peu pour ces deux dernières, avec notamment les correctifs de sécurité Android d'octobre et novembre, ainsi que pour la faille KRACK. Des améliorations sont également de la partie. Les notes de versions se trouvent par ici.

L'équipe en profite pour faire le point sur la prochaine mouture de son système, basée sur Android 8 (Oreo). « Un certain nombre de versions non officielles de LineageOS 15.0 existent, dont certaines sont construites par nos propres responsables » peut-on lire dans le billet de blog. Elles ne sont en aucun cas représentatives de la version finale, mais permettent de se faire une première idée d'Oreo.

Lineage ajoute que, « maintenant qu'Android 8.1 est disponible, nous prévoyons de passer directement à la branche 15.1 et nous allons fusionner tout notre travail pour la version 15.0 ». Aucune date concernant LineageOS 15.1 n'a été précisée pour le moment.

En août 2016, l'éditeur avertissait les développeurs : les Chrome Apps étaient condamnées et ne devaient pas survivre à 2017. Au 1er janvier, la fonction sera donc supprimée de Chrome.

En pratique, ce changement ne devrait pas avoir un grand impact. Google indiquait déjà l'année dernière que la fonctionnalité ne servait qu'à moins de 1 % des utilisateurs. Pour l'immense majorité, les extensions font leur travail. Elles restent bien entendu en place.

Même si les développeurs étaient prévenus, Google leur envoie actuellement un email dans le cas où ils auraient encore au moins une Chrome App sur le Web Store. La société y indique également travailler sur l'arrivée future des Progressive Web Apps sur les ordinateurs de bureau pour la mi-2018 (même si elle estime ces délais encore « bruts »).

Rappelons que les PWA sont déjà mises en avant sur Android depuis un moment. Elles ne désignent pas une technologie en particulier, mais sont une appellation parapluie pour divers standards. L'ensemble forme des applications web que l'on utilise comme si elles étaient natives (ou presques), avec raccourcis, notifications et autres.

Notez également que même si Google pousse à leur utilisation, les autres principaux éditeurs travaillent tous à leur support dans leurs navigateurs ou l'ont déjà fait, notamment Apple, Mozilla et Opera.