Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes
Le rachat d'Opera capote, une nouvelle offre est sur la table
Société

Le rachat d'Opera capote, une nouvelle offre est sur la table

Opera TV restera scandinave
2 min

En mars dernier, Opera annonçait faire l'objet d'une OPA provenant d'un consortium composé de deux groupes chinois proposant de racheter l'entreprise pour 1,2 milliard de dollars. Une opération qui a capoté pour des questions règlementaires.

Le 10 février, un consortium composé de Kunlun et Qihoo, deux géants de l'internet chinois, et d'un fonds d'investissement local proposait de racheter l'intégralité des parts d'Opera Software pour 1,2 milliard de dollars. Au vu de la somme en jeu – qui représentait près du double de sa capitalisation boursière – la direction d'Opera n'avait pas tardé à donner son feu vert. 

Une offre peut en cacher une autre

Tout aurait dû se dérouler sans encombre, seulement le consortium peine à obtenir l'accord de plusieurs autorités gouvernementales. Or, il devait les obtenir avant le 15 juillet, sans quoi son offre devenait automatiquement caduque selon les termes du contrat conclu avec Opera Software. « Selon les informations à notre disposition, l'acquéreur n'est pas certain de satisfaire cette condition d'ici le 15 juillet » fait savoir l'éditeur dans un communiqué.

Le consortium chinois est retombé sur ses pattes en émettant une nouvelle offre qui cette fois-ci devrait poser moins de problèmes du point de vue des autorités de la concurrence à travers le monde. Pour 600 millions de dollars, les investisseurs chinois prendraient possession des navigateurs mobiles et desktop d'Opera, de ses applications « Performance et Vie Privée » de ses licences technologiques en dehors de celles liées à Opera TV et d'une part de 29,09 % dans une joint venture chinoise : nHorizon.

Opera se concentrera sur Opera TV

De son côté Opera Software se concentrerait sur Opera Mediaworks, ses jeux et applications (dont Bemobi) et Opera TV. L'entreprise garderait à sa charge l'ensemble des employés dédiés à ces opérations. Celles-ci ont généré en 2015 un chiffre d'affaires de 467 millions de dollars, avec un EBITDA de 74 millions de dollars. Opera s'attend sur ce segment à une croissance d'au moins 22 % de son chiffre d'affaires en 2016, avec un EBITDA en progression.

Lars Boilesen, actuel PDG d'Opera Software, prendra les commandes des deux entités jusqu'à la fin de l'année avant de se consacrer pleinement à la branche qui n'a pas été revendue. En bourse, la nouvelle a été très mal accueillie, avec un recul de près de 12 % du cours de l'entreprise.

Publiée le 18 juillet 2016 à 14:30


Chargement des commentaires