Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes
Les Google Play Services 10.2 disponibles, Android 4.0.1 devient un minimum
OS MàJ Crédits : juniorbeep/iStock

Les Google Play Services 10.2 disponibles, Android 4.0.1 devient un minimum

Ice Scream
3 min

Mise à jour du 17 février 2017 à 16:35 :

Comme prévu, la version 10.2 des Play Services est désormais en ligne. Les notes de version ne font état que de l'abandon de Gingerbread (Android 2.3), la part d'Honeycomb (Android 3.0) étant inférieure à 0,1 %, donc non prise en charge. Désormais, toute application visant cette version des Play Services (ou ultérieure) devra viser au minimum le niveau 14 des API, qui correspond à Android 4.0.1 (Ice Cream Sandwich).


L’arrivée prochaine des Google Play Services 10.2.0 marquera un tournant dans le support des anciennes versions d’Android. Les moutures 2.3 et 3.0 ne seront ainsi plus prises en comptes. Ce qui ne signifie pas que tout arrêtera de fonctionner.

La fragmentation d’Android est un vaste sujet, mais on peut la diviser en deux catégories : celle du système proprement dit, et celle de la base fonctionnelle. La première est la plus visible car elle est directement liée aux problèmes de sécurité. Les vieilles versions d’Android ne sont plus mises à jour, les constructeurs ne jouant le jeu que pendant une période de 18 à 24 mois... quand ils daignent proposer des mises à jour. Mais les applications continuent de fonctionner, grâce aux Google Play Services.

Ces derniers assurent une base fonctionnelle dans laquelle les applications tierces viennent puiser une grande partie de leurs capacités. Or, les Services sont mis à jour de manière séparée, Google ayant pris en charge jusqu’à présent la vieille version 2.3 d’Android. Aussi, de nombreuses applications s’en contentent. Les développeurs peuvent alors suivre les évolutions sans trop être freinés, avec des limites bien entendu – les fameux niveaux des API.

Adieu à Gingerbread et Honeycomb

Avec la version 10.2.0 des Play Services attendue pour début 2017, Google se prépare cependant à faire un peu de ménage. La plus ancienne version d’Android supportée sera la 4.0.1 (Ice Cream Sandwich). Les moutures 2.3 (Gingerbread) et 3.0 (Honeycomb) vont donc disparaître de l’équation. Les applications ne vont évidemment pas arrêter de fonctionner, mais si les développeurs souhaitent utiliser des nouveautés des Play Services, il faudra renoncer aux vieux systèmes.

Si l’on en croit les derniers chiffres de la fragmentation publiés par Google, ce changement n’impactera qu’un petit nombre de personnes, et encore pas dans l’immédiat. Gingerbread ne compte en effet que pour 1,3 % des utilisateurs, Honeycomb n’apparaissant même pas dans les statistiques (il représente donc moins de 0,1 % de parts de marché). L’immense majorité des utilisateurs (72 %) se trouve sur les versions 4.4, 5.1 et 6.0 d’Android. Avant que la mouture 4.4 (KitKat) soit d’ailleurs inquiété, l’abandon du support devra passer par Jelly Bean (4.1, 4.2 et 4.3), à moins que les prochains Play Services ne se débarrassent du trio.

Android 4.0.1 devient le socle minimal

Les utilisateurs concernés ne risquent pas vraiment de sentir la moindre conséquence dans l’immédiat. Concrètement, les développeurs ne pourront simplement pas utiliser les nouveautés de la version 10.2.0 des Play Services. Sur Android 2.3 et 3.0, ils resteront plafonnés à la mouture 10.0. Pour Google, il s’agit simplement d’une étape logique, puisque « de nombreux développeurs ont déjà abandonné le support de Gingerbread dans leurs applications ».

Le conseil de la firme est donc simple : les développeurs doivent maintenant viser Android 4.0.1 et le niveau 14 des API Play Services, et abandonner le support pour tous les autres niveaux ne recevant plus aucune mise à jour des Services. Notez que la date exacte de la bascule n’est pas connue.

Google en profitera certainement pour faire un ménage artificiel dans ses chiffres mensuels sur la fragmentation, en y supprimant purement et simplement les versions antérieures à Android 4.0. Pour autant, des terminaux continueront de les exploiter, avec tous les inconvénients que l’on connaît sur la sécurité.

Vincent Hermann

Publiée le 23 novembre 2016 à 09:06

Mise à jour le 17 février 2017 à 08:59


Chargement des commentaires