Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes
Amazon confie un studio à l'ancien patron de Sony Online Entertainment
Jeux video

Amazon confie un studio à l'ancien patron de Sony Online Entertainment

La tête dans le nuage
2 min

Amazon ne cache plus ses ambitions en tant qu'éditeur de jeux vidéo. Le géant américain qui dispose de son propre moteur de jeu hérité du Cryengine, vient d'annoncer un recrutement de taille : celui de John Smedley, l'ancien patron de Sony Online Entertainment.

Depuis la revente de Sony Online Entertainment à un fonds d'investissement, la carrière de son ancien patron a été plutôt mouvementée. Après y avoir mené une vague de licenciements en février 2015, John Smedley a quitté l'entreprise (depuis rebaptisée Daybreak Games) en juillet de la même année, pour fonder son propre studio indépendant. Un projet Kickstarter raté, une campagne Indiegogo à peine mieux réussie et 5 à 10 000 exemplaires de son premier jeu vendus plus tard, ce studio a lui aussi fermé ses portes en décembre dernier.

Amazon Online Entertainment

Le dirigeant n'aura toutefois pas eu de difficultés à retrouver un travail. Amazon a en effet décidé de lui confier la tête d'un nouveau studio à San Diego en Californie, apprend-t-on chez nos confrères de Games Industry. Le géant américian y affirme avoir porté son choix sur Smedley pour ses « travaux pionniers qui ont aidé à définir les jeux massivement multijoueurs modernes », en faisant référence ici à EverQuest.

Pour l'heure, très peu de détails ont été confirmés sur les projets qui seront menés par ce nouveau studio. Amazon assure simplement que l'équipe de Smedley « travaille déjà d'arrache-pied sur un nouveau projet ambitieux qui puise dans la puissance du cloud AWS et de Twitch pour connecter les joueurs du monde entier dans un nouvel univers ». Le contraire aurait été étonnant. 

Ni cloud ni vice ?

Amazon a en effet présenté trois titres jusqu'ici et tous mettent en avant la même fonctionnalité : une intégration profonde de Twitch, qui rappelons-le appartient au géant américain depuis maintenant quelques années. Elle doit notamment permettre aux spectateurs de dépenser une monnaie virtuelle baptisée Stream+, permettant d'interagir avec les diffuseurs, ou de prendre des paris sur des matchs compétitifs. 

L'intégration d'Amazon Web Services n'avait quant à elle pas été évoquée jusqu'ici, mais elle n'est ni surprenante ni inédite dans le milieu du jeu vidéo. Microsoft avait par exemple martelé au lancement de la Xbox One que les développeurs pourraient tirer parti de la plateforme Azure pour décharger la console de certains calculs. Quelques titres seulement exploitent toutefois cette possibilité, notamment ceux de la série Forza pour la gestion des drivatars. Il est donc logique qu'Amazon cherche à profiter de sa plateforme maison pour enrichir ses titres, et pourquoi pas inciter d'autres studios et éditeurs à en faire autant. 

Kevin Hottot

Publiée le 16 février 2017 à 11:43


Chargement des commentaires