Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes
Supercell : 2,1 milliards d'euros de revenus en 2016, avec quatre jeux mobiles
Finances

Supercell : 2,1 milliards d'euros de revenus en 2016, avec quatre jeux mobiles

Cash Royale
2 min

L'éditeur finlandais Supercell, spécialisé dans les jeux mobiles, a dévoilé quelques données financières afin de montrer au monde sa bonne santé. En 2016 et avec seulement quatre titres à son catalogue, il est parvenu à générer plus de revenus qu'Ubisoft.

Si les jeux édités par Supercell – Boom Beach, Clash of Clans, Clash Royale et Hay Day – font énormément parler d'eux, l'entreprise finlandaise est quant à elle beaucoup plus discrète sur son succès. Pourtant, celui-ci ne fait quasiment aucun doute au vu de la place de ses jeux dans le classement des applications les plus rentables sur Android comme sur iOS. 

Une pépite scandinave

Justement, Supercell a décidé de publier quelques données-clés afin de montrer un peu ses muscles à la face du monde. Dans un court communiqué, que nous nous sommes procuré, l'entreprise déclare avoir réalisé en 2016 un chiffre d'affaires de 2,1 milliards d'euros. Une somme colossale pour un éditeur qui, rappelons-le, a publié moins de dix jeux dans sa courte histoire et n'en compte plus que quatre à son catalogue. À titre de comparaison, Ubisoft espère générer un chiffre d'affaires de l'ordre de 1,5 milliard d'euros sur son exercice en cours. Cela avec 125 titres rien que sur Steam, excluant les titres sur mobile.

Avec seulement 213 employés dans la société, les coûts de fonctionnement de Supercell sont bien plus réduits que ceux d'un grand éditeur dont les effectifs frôlent parfois avec la barre des 10 000 personnes. De quoi permettre à Supercell de dégager un EBITDA de 917 millions d'euros en 2016, près de la moitié de celui enregistré par Activision Blizzard par exemple. Supercell reste toutefois muet sur son résultat net, qui s'élevait à 426,4 millions d'euros en 2014 et 693,3 millions d'euros en 2015 d'après des documents publiés par Tencent l'an dernier.

Jackpot pour Tencent

Pour ce dernier, qui a racheté avec le soutien d'un consortium d'industriels 76,9 % du capital de Supercell lors du deuxième semestre 2016, c'est le gros lot qui vient de tomber. Supercell explique en effet avoir reversé 909 millions d'euros de dividendes à ses actionnaires cette année.  De quoi leur permettre un coquet retour sur leur investissement de départ, l'éditeur avait été en effet valorisé à 10,2 milliards de dollars lors de cette transaction

Le groupe chinois n'en est pas à son coup d'essai en matière d'investissements dans le jeu vidéo. Il détient en effet la totalité des parts de Riot Games, l'éditeur de League of Legends. Une autre pépite extrêmement rentable. Tencent pourra aussi compter sur les diversifications entamées par sa nouvelle filiale pour faire son beurre.

À la façon d'un Rovio (Angry Birds...), Supercell s'essaye, certes timidement, à l'animation avec une web série baptisée Clash-A-Rama qui revendique déjà 200 millions de visionnages. L'éditeur s'intéresse également au sport électronique et organise de nombreux tournois pour attirer de nouveaux joueurs sur ses franchises. Enfin, il a racheté 51 % des parts de Frogmind, le studio à l'origine de la saga Badlands.

Kevin Hottot

Publiée le 17 février 2017 à 11:30


Chargement des commentaires