Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes
Bruxelles inflige 110 millions d'euros d'amende à Facebook pour mensonge sur WhatsApp
Justice

Bruxelles inflige 110 millions d'euros d'amende à Facebook pour mensonge sur WhatsApp

Ça chiffre chez WhatsApp
3 min

Quand une combinaison de données « impossible » en 2014 est effectuée en 2016, la Commission européenne voit rouge. Elle vient d'infliger une amende de 110 millions d'euros à Facebook, accusé de lui avoir fourni des informations trompeuses lors du rachat de WhatsApp. L'Italie réclame par ailleurs trois millions d'euros sur le même dossier.

Il y a des mensonges qui coûtent cher. En décembre, l'institution signalait que Facebook lui avait fourni « des informations trompeuses » en 2014, au moment du rachat de WhatsApp. Le réseau social avait alors déclaré ne pas être en capacité de croiser ses données avec celles du service de messagerie, qui compte plus d'un milliard de membres.

Pourtant, en août, la société a commencé à combiner des informations de ses deux propriétés, avec une possibilité de refus sous 30 jours. La nouvelle a courroucé à la fois les utilisateurs et des autorités européennes, qui ont obtenu la suspension de ce mélange sur le vieux continent en novembre.

Ce matin, la direction de la concurrence de la Commission européenne annonce une amende de 110 millions d'euros à l'encontre de la société. Une première pour une réponse trompeuse dans le cadre de l'autorisation d'un rachat, selon elle.

Des informations inexactes... et coûteuses

Cet article est réservé aux Abonnés et membres Premium

Déjà abonné ?

Publiée le 18 mai 2017 à 11:00


Chargement des commentaires