Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes
Xeon Scalable : Intel dévoile sa nouvelle gamme de processeurs pour serveurs
Processeurs

Xeon Scalable : Intel dévoile sa nouvelle gamme de processeurs pour serveurs

Jusqu'à 13 000 dollars
6 min

Après l'annonce des EPYC 7000, avec lesquels AMD veut reconquérir 10 % du marché des serveurs, Intel se devait de répondre. C'est désormais chose faite avec sa nouvelle gamme Xeon Scalable qui apporte un renouveau dans la segmentation de l'offre.

Comme prévu, c'était hier le grand jour pour Intel, qui dévoilait enfin la nouvelle série de processeurs devant assurer son grand renouveau dans les serveurs, et surtout faire face à l'offre EPYC d'AMD : les Xeon Scalable (Skylake-SP).

Comme son concurrent, il a décidé de sortir le grand jeu avec une invitation à la presse le mois dernier, ainsi qu'à un show en direct de New York où étaient aussi conviés ses plus grands partenaires. Ceux-ci ont bien entendu eu l'occasion de dire tout le bien qu'ils pensent de ces nouvelles puces et de la plateforme qui les accompagne.

Côté communication, on a eu droit à pas moins de trois communiqués de presse, trois billets de blogs, deux podcasts. Le tout étant référencé sur cette page avec les photos des nouvelles puces et de l'évènement. Un chiffre est d'ailleurs largement mis en avant : 1,65x de performance en plus par rapport à la génération précédente.

Intel Xeon ScalableIntel Xeon Scalable

Mais ce gain est surtout permis par la montée en nombre de cœurs (jusqu'à 28), et fréquence... et surtout en tarif. Car entre les deux puces ici comparées, il y a presque un rapport de 1 à 2 (sans parler du reste de la plateforme). Certes il y a eu des améliorations au niveau de l'architecture, ces nouvelles puces profitant des nouveaux choix d'Intel en matière de cache ou de bus, désormais de type « Mesh » ou encore d'une gestion plus fine des fréquences et de l'énergie. 

Une gamme, 5 segments, 58 possibilités (mais seulement trois puces)

Cette débauche de moyens était à la hauteur de la gamme dévoilée, qui ne compte pas moins de quatre éléments de segmentation principaux. Comme nous l'avions déjà évoqué, il s'agit de Bronze, Silver, Gold et Platinum. Mais n'allez pas croire qu'il s'agit ici d'une source de simplification, où qu'Intel a été touché par la grâce de Free Mobile. Il n'en est rien. On peut d'ailleurs le constater dès l'analyse de cette diapositive :

Intel Xeon Scalable

On peut en effet rapidement comprendre que les nuances sont nombreuses et pas toujours clairement mis en avant. Ainsi, un modèle Bronze serait pour les tâches légères et un Silver pour celles qui sont modérées. Une différence qui n'a aucun sens technique et qui est simplement accompagnée par la présence de la mention du Turbo et de l'Hyper Threading sur les modèles les plus performants, impliquant que ces fonctionnalités sont absentes de leurs petits frères. 

Entre les version Gold et Platinum on note de plus gros écarts avec un nombre de cœurs maximum qui varie, tout comme le nombre de sockets qui peuvent être gérés. C'est déjà beaucoup, mais en réalité il s'agit d'un simple résumé. Car la liste des différences est détaillée dans un tableau bien plus complet qui nous permet de voir que la segmentation se joue à de nombreux niveaux :

  • Intel Xeon Scalable
  • Intel Xeon Scalable
  • Intel Xeon Scalable
  • Intel Xeon Scalable
  • Intel Xeon Scalable

Les plus attentifs auront relevé une évolution dans le nombre de liens UPI (Ultra Path Interconnect) qui vient remplacer QPI (Quick Path Interconnect). Ils se veulent plus rapides (10,4 GT/s contre 9,6 GT/s) et plus économes en énergie d'un tiers environ. Mais dans la pratique, ils seront parfois bridés à leur débit antérieur.

Même chose pour la présence de deux unités FMA pour AVX-512 uniquement sur les modèles Gold et Platinum, contre une seule pour les autres références. On notera au passage que la fréquence sera revue à la baisse pour les cœurs qui exploitent ce type d'instructions afin, sans doute, de limiter l'échauffement.

Et si vous avez un gros besoin à ce niveau sans nécessiter un CPU à 28 cœurs qui peut aller jusqu'à huit sockets ? Dommage. Il en sera de même pour la vitesse mémoire, qui ne grimpera jusqu'à 2666 MHz sur les deux plus grosses séries ou sur la quantité qui peut être gérée par socket.

Celle-ci sera en effet de 1,5 To, uniquement sur les références dotées d'un « M ». Ceux avec un « T » sont prévus pour une durée de vie de 10 ans dans des conditions thermiques spécifiques. Ceux avec un « F » intègrent un contrôleur Omni-Path Fabric directement au sein de leur package et un connecteur dédié. Côté TDP, il sera question de 70 à 205 watts.

  • Intel Xeon Scalable
  • Intel Xeon Scalable
  • Intel Xeon Scalable
  • Intel Xeon Scalable
  • Intel Xeon Scalable
  • Intel Xeon Scalable
  • Intel Xeon Scalable

De gros chiffres, de gros tarifs, mais encore de nombreux manques face à EPYC

De ce point de vue, Intel semble jouer exactement la partition attendue par AMD avec pas moins de 58 références apparues dans ARK. Et ce, malgré le fait que seulement trois puces sont produites de manière concrète (LCC, HCC et XCC avec 10, 18 et 28 cœurs). La palette de tarif est aussi étendue avec un minimum à 213 dollars pour le Xeon Bronze 3104 (six cœurs à 1,7 GHz) et un peu plus de 13 000 dollars pour le Xeon Platinum 8180M (28 cœurs entre 2,5 et 3,8 GHz).

La montée en gamme de l'offre ne permet d'ailleurs pas au géant de Santa Clara de rivaliser avec son concurrent sur de nombreux points. On pensera notamment au nombre de cœurs qui peut grimper à 32 chez AMD pour une solution sur un seul socket, pour un tarif qui débute à 2 100 dollars, contre 8 719 dollars minimum pour un modèle à 28 cœurs d'Intel. 

On constate ici un des gros défauts de la segmentation qui peut parfois mener au choix d'une puce qui ne correspond pas totalement au besoin, seulement pour l'accès à une caractéristique précise. Surtout que les limites restent nombreuses. Même une puce Gold ne dispose que de 48 lignes PCIe 3.0 et de six canaux mémoire.

Il en sera de même côté chipsets, avec pas moins de sept références qui se distingueront sur le nombre de ports réseau qu'ils peuvent gérer (1 ou 10 Gb/s), la présence ou les performances de QuickAssist, le nombre de liens PCIe, etc.

  • Intel Xeon Scalable
  • Intel Xeon Scalable
  • Intel Xeon Scalable
  • Intel Xeon Scalable
  • Intel Xeon Scalable
  • Intel Xeon Scalable

On ne change pas une équipe qui... gagne ?

Bref, si Intel a changé la devanture et appliqué un peu de peinture brillante, il n'a pas spécialement revu ce qui fait le cœur de ses gammes serveurs et de ses pratiques en la matière. En ce sens, la réponse apportée à AMD semble taper à côté de ce que certains attendaient.

Bien entendu, la marque garde de nombreux atouts. Elle dispose de fonctionnalités complètes, d'une gamme capable de monter jusqu'à huit sockets, de performances qui devraient être sans commune mesure pour ceux qui exploitent AVX-512, mais elle semble avoir mis en place tout cela en oubliant de combler la brèche que son concurrent a décidé de viser. 

Reste maintenant à voir si une telle stratégie s'avère payante ou non et si ces puces Xeon Scalable sont de nature à empêcher la concurrence de venir grapiller les 10 % de part de marché espérés. Les mois à venir et les différentes annonces de la rentrée seront un premier signe, en attendant le verdict des trimestriels.

Pour ceux qui voudraient une analyse détaillée des performances de ces nouvelles puces, Anandtech a eu l'occasion de les tester en conditions réelles, face à des modèles d'ancienne génération et des puces EPYC.

Publiée le 12 juillet 2017 à 09:02


Chargement des commentaires