Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes
L'application SAIP torpillée au Sénat, de sa conception à son utilisation
Applications Crédits : Ministère de l'Intérieur

L'application SAIP torpillée au Sénat, de sa conception à son utilisation

Saipés comme jamais
9 min

Le sénateur Jean Pierre Vogel (LR) descend en flammes l'application SAIP dans un rapport au vitriol. Il s'agit pour lui d'une « application imparfaite », à évaluer d'ici 2019 « afin de déterminer sa pertinence » et, si besoin, de réorienter le système vers du cell broadcast.

Juin 2016, quelques jours avant le coup d'envoi de l'Euro 2016 de football, le gouvernement lançait officiellement son application SAIP sur smartphones (Android et iOS seulement). Quelques semaines plus tard (le 14 juillet 2016), Nice subissait un attentat causant des dizaines de morts. À l'époque, le ministère de l'Intérieur avait rapidement déclenché le plan ORSEC et Facebook son Safety Check, mais la notification SAIP était arrivée bien plus tard dans la nuit.

Dans un rapport publié aujourd'hui et examiné fin juin en commission des finances, le sénateur Jean Pierre Vogel (Les Républicains) revient sur le dispositif qui englobe le Système d’alerte et d’information des populations (SAIP) : le Réseau national d’alerte (qui utilise également les sirènes). Il n'est pas tendre avec ce dernier, jugé « obsolète ». Le développement de l'application a été confié à la société Deveryware, pour un budget de 300 000 euros

Le parlementaire recommande de développer « fortement le volet "téléphonie mobile" plutôt que le volet "sirènes" » qui concentrerait près de 80 % des crédits prévus (44,7 millions d'euros pour la première phase jusqu'en 2018, 36,8 millions d'euros à partir de 2020, soit un total de 81,5 millions d'euros). De son côté, le volet téléphonie mobile ne récupère que 11 % des crédits consommés ou prévus pour ce projet.

Un choix « contestable » pour le sénateur, d'autant que les sirènes ne sont aujourd’hui « quasiment jamais utilisées dans d’autres contextes que ceux des essais hebdomadaires ». De plus, elles ne donnent pas de détails sur la marche à suivre en cas d'incident : seule une infime minorité de Français saurait comment réagir si les sirènes devaient se déclencher. Il est par contre possible d'afficher des informations détaillées sur les terminaux mobiles. C'est justement le rôle que devait jouer l'application SAIP, mais elle n'a pas vraiment eu le succès escompté jusqu'à présent, notamment à cause de « failles techniques ».

SAIP : « application imparfaite », « dysfonctionnement technique », « bugs »...

Cet article est réservé aux Abonnés et membres Premium

Déjà abonné ?

Publiée le 08 août 2017 à 09:03


Chargement des commentaires