Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes
La Hadopi veut que les sites de e-commerce chassent les box Kodi trop dédiées au piratage
Hadopi Crédits : filmspeler.nl

La Hadopi veut que les sites de e-commerce chassent les box Kodi trop dédiées au piratage

Les box Kodi sur le ring
2 min

La Hadopi s’intéresse de près aux sites de e-commerce qui vendent des box Kodi trop dédiées, à son goût, au piratage d'oeuvres protégées. Selon nos informations, elle a pris attache avec plusieurs de ces plateformes pour trouver des solutions.

« La Hadopi nous a contactés pour un rendez-vous. Elle veut échanger sur le sujet des box Kodi afin de savoir comment nous pourrions appréhender ce type de problématique » nous indique en ce sens une source.

Pour recontextualiser, l'autorité a rédigé une note technique adressée aux sociétés de gestion collective et sociétés de défense du milieu pour les alerter de l’essor de ces systèmes parfois vendus avec des add-ons dédiés au piratage. Ce n’est donc pas le lecteur multimédia libre et neutre qui l'alerte, mais les logiciels préinstallés qu’on retrouve sur des plateformes comme Amazon.

Une menace sur l'audiovisuel

Selon cette étude dévoilée dans nos colonnes, la Hadopi a la certitude que certaines des extensions menacent gravement « le modèle économique des chaines payantes de cinéma ou de sports, de même que celui des offres de vidéo à la demande », telles Canal+, SFR Sport, OCS, beIN SPORTS, myCANAL, Netflixetc.

Le document insiste : « les difficultés ne proviennent (…) pas des boitiers électroniques eux-mêmes, ni du logiciel Kodi, mais bien de l’installation sur ces boitiers d’extensions dédiées au piratage, développées pour Kodi par des tiers peu soucieux du respect des droits d’auteur et droits voisins », sachant néanmoins qu’on peut installer le tout sur une Freebox mini 4K ou une Bbox Miami, notamment.

Une incitation à agir adressée aux intermédiaires

Dans l’entourage de la haute autorité, ces prises de rendez-vous nous sont confirmées : « lorsque ces acteurs sont formellement avertis, il est plus compliqué pour eux de ne rien faire ».

Seul souci, la Hadopi n’a aucune capacité juridique d’attaquer les sites de e-commerce. Elle intervient d'ailleurs dans le cadre de sa mission d’études sur les offres illicites. Néanmoins, les sociétés de gestion collective pourraient un jour décider de passer à une phase plus offensive, d’autant qu’un arrêt de la Cour de justice de l’Union européenne a déjà plaidé pour leur cause.

Une lourde difficulté : on voit difficilement comment ces intermédiaires pourraient à coup sûr identifier les matériels effectivement dédiés au piratage afin d'endiguer le risque d’hémorragie. Des add-ons peuvent être renommés, d’autres encore, surgir sur le marché. 

Publiée le 13 septembre 2017 à 14:30


Chargement des commentaires