Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes
Les revenus télécoms encore en baisse, malgré la montée de la fibre et de la 4G
FAI Crédits : AndreyPopov/iStock/ThinkStock

Les revenus télécoms encore en baisse, malgré la montée de la fibre et de la 4G

Télécharger plus, payer moins
6 min

Après un espoir fin 2016, les revenus du secteur affichent une nouvelle baisse, malgré la transition vers le très haut débit fixe (porté par la fibre) et la généralisation de la 4G sur mobile. À l'ère de l'illimité, l'explosion des usages ne signifie pas celle du chiffre d'affaires.

Après une légère remontée des revenus fin 2016, les télécoms voient à nouveau leurs chiffres partir à la baisse. L'Arcep a publié son observatoire des marchés des communications électroniques, pour le deuxième trimestre. Le chiffre d'affaires global a plongé de 0,2 % face à 2016, à 8,9 milliards d'euros, dont 8,1 milliards pour les seuls services télécoms.

Sur le fixe, les revenus s'établissent 4,3 milliards d'euros sur trois mois (-0,6 %), soit « une baisse plus contenue depuis le début de l’année 2015 que les années précédentes (-2% par an en moyenne entre 2012 et 2014) » selon l'autorité. Les revenus spécifiques au haut et très haut débit ont bien monté (+2,7 %, à 2,9 milliards d'euros), mais les autres activités liées ont perdu de leur superbe. Les services à valeur ajoutée (les numéros spéciaux) ont fondu de 9,4 %, pour s'arrêter à 264 millions d'euros.

Côté mobile, les revenus grimpent par contre (modestement), avec 0,9 % de mieux face à 2016, à 3,5 milliards d'euros. Malgré un revenu moyen par abonné en légère baisse, le parc de forfaits continue inlassablement de grossir, avec une explosion de la part de lignes en 4G et de la consommation de données, alors que les usages classiques continuent de décroître.

Explosion du très haut débit, fibre en tête

Cet article est réservé aux Abonnés et membres Premium

Déjà abonné ?

Publiée le 10 octobre 2017 à 09:00


Chargement des commentaires