Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes
E-administration : le gouvernement promet de toujours proposer une « option humaine »
Loi Crédits : grinvalds/iStock

E-administration : le gouvernement promet de toujours proposer une « option humaine »

À défaut d’option data
4 min

Alors que le gouvernement veut dématérialiser 100 % des démarches administratives d’ici 2022, le secrétaire d’État au Numérique est revenu la semaine dernière sur sa stratégie d’inclusion numérique. L’exécutif espère notamment trouver un accord permettant d'améliorer la coordination entre acteurs publics et privés (associations, entreprises...).

Il ne se passe pas une semaine sans qu’un parlementaire ne s’inquiète de la « fracture numérique ». Questions au gouvernement, interpellations lors d’auditions... Tous les moyens sont bons pour rappeler au gouvernement qu’un nombre non négligeable de Français n’est pas encore en mesure d’effectuer des démarches administratives sur Internet – soit parce qu’ils n’ont pas Internet à la maison, soit parce que cela est tout simplement trop compliqué pour eux.

La récente proposition de loi visant à ériger une dispense de télédéclaration des revenus au profit des personnes handicapées ou âgées de plus de 70 ans en est encore un exemple.

Mounir Mahjoubi l’a toutefois souligné, jeudi 9 novembre, lors d'une audition au Sénat : « La transformation de l'État repose sur deux piliers : la performance et l'humanité. » Quelques semaines plus tôt, à l’Assemblée nationale, le secrétaire d’État au Numérique était même allé plus loin, promettant que « les personnes qui n’auront pas pu effectuer les démarches en ligne continueront à être accueillies par des agents qui auront du temps à leur consacrer puisqu’ils auront été libérés, par ailleurs, de certaines tâches ».

Le citoyen doit toujours disposer d'une « option humaine »

Cet article est réservé aux Abonnés et membres Premium

Déjà abonné ?

Publiée le 13 novembre 2017 à 12:06


Chargement des commentaires