Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes
La piste de la suspension du permis de conduire pour ceux qui téléphonent au volant
Loi Crédits : zoff-photo/iStock

La piste de la suspension du permis de conduire pour ceux qui téléphonent au volant

Phone sweet phone
2 min

Le gouvernement s’apprêterait à sanctionner plus lourdement l’usage d’un téléphone au volant, selon une information RTL. À l’occasion du comité interministériel de la sécurité routière (CISR) qui se tiendra cet après-midi, il annoncera déjà une limitation à 80 Km/h sur les axes secondaires.

Contre l'usage du téléphone au volant, un récent rapport parlementaire signé du sénateur centriste Vincent Delahaye préconisait l’an passé l’usage de brouilleur d’ondes dans les véhicules ou encore d’inciter les fabricants « à doter leurs appareils d’un « mode voiture », comme il existe déjà un « mode avion » sur l’ensemble des smartphones ».

Selon RTL, le gouvernement envisage un autre scénario : l’automobiliste pourrait écoper à l’avenir d’une suspension temporaire du permis de conduire d’une durée pouvant atteindre trois mois.

En comparaison, à ce jour, l’article R. 412-6-1 du Code de la route punit cette pratique d’une contravention de 4e classe, d’un montant de 135 euros. En outre, le conducteur risque un retrait de trois points du permis de conduire.

Des circonstances aggravantes

« Il y aura des circonstances aggravantes qui pourront justifier cette suspension » détaillent nos confrères, qui évoquent l’usage d’un téléphone « à proximité d'un passage piéton ou d'une école par exemple ».

Depuis le décret du 28 décembre 2016, rappelons qu’il est désormais possible de sanctionner ces usages sans interception, grâce à la vidéo-verbalisation et aux radars.

De même, un décret du 24 juin 2015 relatif à la lutte contre l’insécurité routière interdit « le port à l’oreille, par le conducteur d’un véhicule en circulation, de tout dispositif susceptible d’émettre du son, à l’exception des appareils électroniques correcteurs de surdité ».

Plusieurs risques induits

Selon la Ligue contre la violence routière, téléphoner tout en conduisant, portable en main ou au moyen d’un kit mains libres, induit plusieurs risques : une « augmentation significative des temps de réaction (au moins 50%), ainsi que de la charge mentale », en outre « une altération de l’attention allouée à la conduite (plus d’un tiers en cas de conversation mains libres) ».

La Ligue souligne aussi que ces pratiques engendrent « une moins bonne appréciation et perception des situations; une modification du comportement visuel (tendance à regarder droit devant si l’on téléphone, négligeant alors la surveillance dans les rétroviseurs du champ périphérique) ».

Publiée le 09 janvier 2018 à 09:58


Chargement des commentaires