Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes
Altice : séparation en vue entre les activités européennes et américaines
Société

Altice : séparation en vue entre les activités européennes et américaines

Separately has no limits
6 min

Altice a annoncé ce matin une réorganisation complète de sa structure capitalistique. Altice NV et Altice USA deviendront à terme deux structures indépendantes l'une de l'autre, mais toujours contrôlées d'une main de fer par Patrick Drahi.

Altice annonce une nouvelle « réorganisation » de son empire. L'objectif poursuivi par cette manœuvre est d'isoler davantage le silo regroupant les activités américaines (Suddenlink et Optimum) des aléas rencontrés par la branche européenne, notamment par SFR.

SFR voit rouge

Il faut dire que la marque au carré rouge a accumulé les couacs ces derniers temps. Entre des effectifs démoralisés, passés de 15 000 à un objectif de 9 000 personnes d'ici 2019, la « démission » de plusieurs cadres dont Michel Combes, parti se refaire une santé du côté de chez Sprint, rien ne va plus sur le plan de l'emploi.

Les clients sont eux aussi sur le départ, sur les 12 derniers mois, SFR a perdu 186 000 clients sur le marché fixe grand public, laissant la deuxième place à son rival Free. Sur le mobile, on note un léger rebond (+75 000 clients sur un an), qui fait suite à un plongeon qui a vu leur nombre passer de 22,9 millions fin 2014 à 20,1 millions fin 2016

Pendant ce temps, le pari de la convergence avec les médias peine à porter ses fruits. L'intégration de chaînes sportives dans les offres de l'opérateur au carré rouge n'étant pas parvenu à faire revenir les abonnés partis chez la concurrence, ni à en dissuader d'autres de le faire. Celle de SFR Presse n'a pas suffi non plus à canaliser l'hémorragie de clients. Mais surtout, de nouvelles règles entreront en vigueur le 1er juin prochain pour encadrer les « remises de couplage » dont l'intérêt pour les opérateurs est d'amincir le taux de TVA moyen sur leurs offres.  

Sur les marchés, c'est l'endettement global d'Altice qui inquiète, même si, grâce aux résultats enregistrés aux États-Unis, l'effet de levier est moins important aujourd'hui qu'il y a deux ans. L'entreprise a pour rappel emprunté plus de 50 milliards d'euros, ce qui lui coûte, rien qu'en intérêts, plusieurs milliards d'euros par an.

Méthode Coué

Cet article est réservé aux Abonnés et membres Premium

Déjà abonné ?

Publiée le 09 janvier 2018 à 17:50


Chargement des commentaires