Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes
LPM 2019-2025 : comment l’ANSSI compte détecter les cybermenaces chez les opérateurs
Loi Crédits : Marc Rees (licence CC-BY-SA 4.0)

LPM 2019-2025 : comment l’ANSSI compte détecter les cybermenaces chez les opérateurs

À marqueur vaillant, rien d'impossible
10 min

C’est peu de le dire, l’article 19 du projet de Loi de programmation militaire pour la période 2019-2025 va susciter de lourdes interrogations. Il veut autoriser la détection de « marqueurs » chez les opérateurs pour repérer des cybermenaces. Une procédure inédite, et pas seulement parce qu'elle est chapeautée par l’ANSSI, sous l’œil de l’Arcep.

L’annonce avait été esquissée lors des Assises de la sécurité à Monaco l’an dernier. Elle est matérialisée dans le projet de LPM dévoilé hier, bientôt en discussion au Parlement. Une nouvelle qui ravira Orange dont le président du chapitre Cyberdefense, Michel Van Den Berghe, nous avait déjà fait part de son impatience en novembre, avec des projets plein les cartons.

Qu’en-est-il ? L’article 19 du projet entend modifier le Code des postes et des communications électroniques et celui de la Défense en attribuant une mission à l’ANSSI qui dépasse allègrement son cadre antérieur.

Alors que l’agence peut, depuis cinq ans, mettre en place des sondes pour protéger les opérateurs d’importance vitale (dont les centrales nucléaires), son rôle va déborder sur les opérateurs de communication électronique (2 471 déclarés à l’Arcep) et les hébergeurs. 

L’étude d’impact en explique les raisons : des attaques d’origines multiples venant même de puissance étrangère, des armes informatiques qui prolifèrent et se démocratisent, une cybercriminalité qui envahit la sphère régalienne, et enfin « une exposition accrue de notre société à la menace du fait d’une numérisation plus étendue de celle-ci et une utilisation à grande échelle d’objets connectés ».

Ceci posé, dans ce nouveau chapitre, l’intervention de l’ANSSI sera croissante selon le degré de la menace (potentielle ou consommée) et les cibles (sensibles ou non). Et en l'état du texte, toujours susceptibles d'évolution lors des débats législatifs. 

Une détection des cyberattaques décidée par les opérateurs

Cet article est réservé aux Abonnés et membres Premium

Déjà abonné ?

Publiée le 09 février 2018 à 10:02


Chargement des commentaires