Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes
Cedexis nous parle de son rachat par Citrix, géant américain du cloud
Web

Cedexis nous parle de son rachat par Citrix, géant américain du cloud

Citrix impératrice
6 min

Pour Julien Coulon, cofondateur de Cedexis, le rachat par le groupe américain a été une manœuvre « simple » après des années de collaboration. La société franco-américaine doit l'aider à entrer de plain pied dans le monde de l'abonnement, tout en l'ouvrant au monde des contenus sur Internet.

Cedexis, « l'aiguilleur du Net », passe sous pavillon américain. La société a été acquise par Citrix, l'une des marques historiques du cloud, qui a engrangé 778 millions de dollars de revenus fin 2017. Avec ce rachat, le groupe espère s'étendre au-delà des réseaux d'entreprises, tout en se tournant vers l'abonnement, un modèle qui a réussi à de grands groupes technologiques ces dernières années.

Cedexis est un spécialiste de la livraison de contenus, capable de diriger un internaute vers le réseau de diffusion de contenu (CDN) ou le fournisseur cloud le plus rapide. Lancée en 2009 par deux anciens d'Akamai, elle emploie aujourd'hui 75 personnes dans neuf bureaux (principalement en Europe et aux États-Unis), pour un chiffre d'affaires situé « entre 10 et 15 millions d'euros », selon son cofondateur Julien Coulon.

La société est devenue un point important du Net français, une attaque par déni de service distribuée (DDoS) ayant rendu une bonne part de la presse française indisponible en mai 2017. Au quotidien, ce seraient un milliard d'internautes qui transiteraient par sa plateforme, utilisée par Facebook, Google, Huawei, Microsoft (Windows Update, Xbox...), Slack, Tencent ou encore Twitter. Julien Coulon revient avec nous sur ce passage de flambeau, dont les conditions financières ne sont pas encore connues.

Des associés de longue date

Cet article est réservé aux Abonnés et membres Premium

Déjà abonné ?

Publiée le 12 février 2018 à 16:30


Chargement des commentaires