Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes
Le verrouillage des API Twitter, « une manière de tuer à petit feu les applications tierces »
Reseaux Sociaux Crédits : Marisa Allegra Williams

Le verrouillage des API Twitter, « une manière de tuer à petit feu les applications tierces »

Libérez un jeton, sauvez une app
6 min

Depuis plus de cinq ans, Twitter réserve certaines fonctions à ses clients officiels, tout en imposant des restrictions aux applications tierces. Dans les prochains mois, ces dernières pourraient perdre les mises à jour des tweets en temps réel. Nous en discutons avec Ludovic Vialle, créateur de Plume, qui a depuis abandonné la plateforme.

Les relations entre Twitter et les applications tierces se compliquent encore. Début avril, les concepteurs de quatre clients tiers publiaient Apps of a Feather, un site prévenant les utilisateurs de la disparition des mises à jour en temps réel de leurs logiciels. La raison : le remplacement de l'actuel canal d'accès aux données (API) le 19 juillet, sans que ces développeurs n'aient d'alternative en main. Le lendemain, le réseau social a promis de différer ce changement, avec une documentation à disposition.

Cet épisode est le dernier d'une longue série de différends entre l'entreprise et les développeurs tiers. Fin 2012, Twitter a instauré une limite d'utilisateurs pour chaque application tierce (via des jetons, ou « tokens »). Pour libérer un de ces « jetons », l'internaute doit révoquer manuellement l'application dans ses paramètres.

La société décourageait aussi la conception de logiciels mimant son service. Autrement dit, les clients concurrents des siens, dont Tweetie sur mobile (racheté en 2010) et TweetDeck (acquis en 2011). L'intégration de services tiers (comme Facebook) est aussi proscrite.

Avant de discuter d'Apps of a Feather avec des concepteurs de clients tiers, nous avons interrogé Ludovic Vialle, fondateur de la société toulousaine LevelUp Studio. En 2012, il revendait son client Plume à UberMedia, avant de cesser son développement en 2014. LevelUp Studio est depuis passé à d'autres logiciels, travaillant actuellement sur un gestionnaire de podcasts, Podiverse. Il revient sur les dernières années de Twitter avec nous.

Quand a été créé Plume et combien de personnes travaillaient dessus ?

Plume a été développé mi-2009 et est sorti le 16 février 2010, si je me souviens bien. J'étais seul pendant longtemps, avant de passer à deux en 2011, puis Steve Lhomme (qui travaille désormais sur VLC) a pris le relais et continué tout seul. À certains moments, nous étions deux à trois dessus afin d'accélérer le développement quand nécessaire.

Qu’est-ce qui vous a fait abandonner le développement de Plume en « propre », pour le revendre à UberMedia ?

Cet article est réservé aux Abonnés et membres Premium

Déjà abonné ?

Publiée le 11 mai 2018 à 14:33


Chargement des commentaires