Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes
5G sur les 26 GHz : le casse-tête de la libération et de l'attribution des fréquences
Téléphonie

5G sur les 26 GHz : le casse-tête de la libération et de l'attribution des fréquences

Pousse-toi de là que je m’y mette
12 min

La 5G passera aussi par la bande des 26 GHz, mais celle-ci est déjà bien encombrée avec l'armée, les satellites et les faisceaux hertziens. L'Arcep publie le bilan de sa consultation publique, dont le but est de préparer la libération des fréquences pour l'arrivée de la 5G. 

Le cœur de la 5G à son lancement sera sans aucun doute la bande de 3,5 GHz, dans les zones denses pour commencer. Avec les améliorations liées à cette technologie, les antennes proposeront une couverture équivalente à la bande des 1 800 MHz nous affirmait récemment Bouygues Telecom, tout en permettant d'avoir des largeurs de spectre bien plus importantes, et donc plus de bande passante avec des débits plus élevés.

Avis d'encombrement sur les 26 GHz en France

En plus des 3,5 GHz, la 5G sera également déployée sur les bandes actuelles de la 4G – avec un intérêt « assez limité » pour le grand public – mais aussi sur des fréquences millimétriques. Par abus de langage, il s'agit généralement des bandes au-dessus des 24 GHz (au lieu de 30 GHz au sens strict du terme).

La bande des 26 GHz a été choisie au niveau européen, mais elle est déjà bien utilisée par plusieurs acteurs du numérique : opérateurs de satellites, opérateurs de réseau avec les faisceaux hertziens pour relier des stations fixes, CNES, ministère des armées, etc.

Fréquence 26 GHz Arcep
L'occupation des 26 GHz... sans tenir compte de la 5G qui va arriver

Des initiatives ont déjà été mises en place sur le vieux continent, notamment par les régulateurs suédois, roumains et anglais. En France, l'Arcep ne veut pas se laisser distancer et « souhaite engager dès à présent les travaux préparatoires pour faciliter l’introduction de la 5G dans la bande 26 GHz ».

Entre fin mai et début juin, l'Arcep a lancé une consultation publique sur « les perspectives de la 5G dans la bande des 26 GHz » afin d'avoir les retours des nombreux acteurs concernés. L'objectif étant de préparer la libération des 26 GHz pour la 5G et « d'évaluer les enjeux et conditions possibles de coexistence des futurs réseaux 5G avec des stations terriennes des services scientifiques et du service fixe par satellite ».

La consultation est désormais terminée et l'heure du bilan a sonné. Treize contributions ont été faites, parmi lesquelles nous retrouvons les quatre opérateurs de réseau nationaux (Bouygues Telecom, Iliad, Orange et SFR), l'Avicca, l'Afnum, Qualcomm, Airbus, Eutelsat, etc.

L'intérêt et les enjeux de cette bande de fréquences

Cet article est réservé à nos membres abonnés.

Publiée le 08 août 2018 à 15:40


Chargement des commentaires