Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes
La CNIL enquête sur l'extension Lusha, qui affiche téléphone et email sur des profils LinkedIn
Securité Crédits : peterhowell/iStock

La CNIL enquête sur l'extension Lusha, qui affiche téléphone et email sur des profils LinkedIn

Lusha et la souris
5 min

L'autorité nous révèle scruter les activités de Lusha. Cette extension fournit des coordonnées d'internautes en visitant leur profil LinkedIn ou Twitter. La société, qui se prétend conforme au RGPD, collecte des données de sources publiques et privées. Interrogée, elle refuse de nous les détailler.

Inscrivez-vous, installez l'extension navigateur puis allez sur n'importe quel profil LinkedIn pour obtenir ses numéros et adresses email. C'est la promesse de Lusha, un service signalé sur Twitter par @Paingout qui pensait un temps à une faille de LinkedIn. En réalité, Lusha a été taillé pour afficher les coordonnées de personnes physiques en complétant les profils du réseau professionnel avec ses propres données. 

Sur la fiche LinkedIn du Premier ministre, Édouard Philippe, cet internaute a obtenu une adresse email et deux numéros de téléphone. Et selon nos tests, le répondeur du numéro mobile appartient bien à l'intéréssé. Mieux : sur sept autres essais, concernant notamment Mounir Mahjoubi et trois responsables des affaires publiques d'entreprises, cinq se sont avérés concluants. Trois ont même présenté des numéros de mobile.

Passés cinq profils consultés, sur LinkedIn, Twitter ou Salesforce, l'accès aux coordonnées devient payant. Il en coûtera au moins 300 dollars par an, pour 30 consultations mensuelles. Le service est cependant déjà sous le regard de la CNIL. « Un contrôle a été effectué concernant cette entreprise, les suites sont en cours d’instruction. En l’absence d’établissement sur le territoire français, une mesure de coopération internationale est envisagée » nous déclare l'autorité.

Mais d'où viennent ces données, et quels sont les recours ?

Une « Lusha Database » bien mystérieuse

Cet article est réservé à nos membres abonnés.

Publiée le 09 octobre 2018 à 17:36


Chargement des commentaires