Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes
Synology 2019 : DSM 7.0, SRM 1.2, DS1419dva avec GTX 1050 Ti, routeur mesh à 135,60 euros
Stockage

Synology 2019 : DSM 7.0, SRM 1.2, DS1419dva avec GTX 1050 Ti, routeur mesh à 135,60 euros

Et sinon, le 10 GbE ?
13 min

En plus d'une interface revue et corrigée, le DSM 7.0 apportera des améliorations sur le RAID en cas de panne, tandis que les professionnels disposeront de la migration Active Directory. Le routeur Mesh MR2200ac arrive avec le SRM 1.2. Enfin, il était question du NAS DS1419dva avec GeForce GTX pour de la détection d'objet en temps réel.

Comme chaque année, Synology a organisé une conférence pour présenter ses dernières sorties et les produits des prochains mois. Il était notamment question des nouveaux NAS DS-619slim, DS1019+, DS1819+ et DS2419+ que nous avions déjà vus au Computex (lire notre compte rendu), mais aussi d'un DS1419dva avec un GPU GeForce GTX de NVIDIA pour accélérer les calculs pour de la reconnaissance d'objet.

Le DSM 7.0 a été annoncé, les professionnels étant toujours une cible de choix pour Synology. Le fabricant lance d'ailleurs une nouvelle gamme Controller spécialement pensée pour la haute disponibilité, dont le premier représentant est l'UC300.

En marge des présentations, nous avons également pu nous entretenir avec deux responsables de la marque pour le marché français. Nous sommes revenus sur des choix techniques du fabricant et sur son manque de dynamisme dans certains domaines (port 10 GbE natif encore trop peu répandu, pas d'USB Type-C, etc.).

Notre dossier sur la conférence Synology 2019 :

DSM 7.0 bêta au premier trimestre de l'année prochaine

La bêta du DSM 7.0 sera lancée au premier semestre 2019, avec une mise en ligne de la version finale au deuxième trimestre, sauf problème de dernière minute. Malgré de multiples demandes, le fabricant n'a pas souhaité nous donner la liste des NAS concernés. Pour rappel, le DSM 6.2 était la dernière mise à jour pour des NAS DS-x11, x12 et x13, il faudra donc certainement avoir une série DS-x14 au minimum.

Le fabricant connait ses points forts et a attaqué sa conférence avec la prochaine mise à jour majeure de son interface d'administration : le DSM 7.0. Une brève démonstration vidéo était projetée, mais aucune machine n'était disponible sur place pour la prendre en main.

Nouvelles interface et fonctionnalités, des QR-Code arrivent

DSM 7.0 mise sur trois points : une meilleure expérience utilisateur, un design plus intuitif et plus de 1 500 messages interactifs comportant des informations détaillées pour l'utilisateur, notamment pour le guider en cas de problème. Comme toujours, le fabricant présente aussi certaines fonctionnalités comme des nouveautés, alors qu'il s'agit d'une amélioration d'un service déjà existant. Un exemple : Synology explique qu'avec le DSM 7.0, il sera possible de personnaliser l'écran d'accueil avec un logo et un texte, alors que c'est déjà le cas.

Parmi les réelles nouveautés, nous pouvons citer la possibilité de se « connecter à son NAS à distance grâce à son téléphone », sans devoir saisir un identifiant et un mot de passe. Il faudra disposer de la dernière version de DS Finder (encore en bêta), se rendre sur Go.Synology.com et scanner le QR Code affiché (il contient votre adresse IP en plus d'autres informations).

À l'avenir, un QR Code sera également collé sur les NAS afin de pouvoir y installer le DSM encore plus simplement : il suffira de la scanner, là encore avec l'application DS Finder.

  • Synology 2019
  • Synology 2019
  • Synology 2019

RAID : reconstruction accélérée, prédiction de panne, remplacement anticipé

Synology a également travaillé sur la reconstruction d’un RAID en cas de panne. Première fonctionnalité : la reconstruction accélérée des données avec une gestion plus fine, par bloc. Plutôt que d'attaquer le disque entier, la reconstruction rapide se focalise uniquement sur l'espace utilisé... un principe tellement simple qu'on se demande pourquoi il n'a pas été mis en place avant.

Le constructeur annonce un temps de récupération de 3h au lieu de 8h avec un RAID 5 (3x 4 To) utilisé à 40 % (logique car 40 % de 8h donne 3h environ). Vous l'aurez compris, moins le disque dur est rempli, plus la reconstruction de la grappe ira vite. « Cette technologie sera brevetée » assure Nicolas Henri, en charge du support chez le constructeur.

Dans la même optique, le DSM pourra prédire des pannes, avec un « modèle extrêmement fiable » selon le fabricant, qui revendique un taux de réussite de 90 %. Le tout a bien évidemment été entrainé avec du Deep Learning sur plus de 300 millions de statuts de disques durs. Pour les 10 % restants... la panne ne sera pas anticipée.

Afin de réduire encore plus les délais de réparation d'une grappe – et donc limiter les risques d'une seconde panne venant s'ajouter à la première, avec une issue généralement fatale pour les données – un clonage du disque peut être mené par précaution.

Si vous disposez d'un disque dur de rechange (en marche, mais non utilisé) installé dans le NAS, le système va copier les données du disque dont il estime qu'il risque de tomber en panne sur celui de remplacement. Cette manipulation évite ainsi de recalculer les parités lors de la reconstruction, un gain de temps considérable. Le fabricant n'a donné aucune indication sur la disponibilité du NAS lors de cette copie et sur le cas des fichiers écrits ou modifiés durant cette opération.

  • Synology 2019
  • Synology 2019
  • Synology 2019

Gérer jusqu'à 10 000 NAS, déléguer des tâches, migration Active Directory

Axé vers les professionnels, le CMS (Système de gestion centralisée) de Synology va avoir droit à une nouvelle interface plus intuitive afin de pouvoir gérer jusqu'à... 10 000 serveurs. Le fabricant voit les choses en grand et tente de faire les yeux doux aux multinationales.

Dans le cadre d'un déploiement à grande échelle, Synology proposera également au responsable de « déléguer la gestion des autorisations » à des utilisateurs tiers de confiance. Il n'est ici question que « des configurations simples, sans impact sur les configurations systèmes globales » ajoute Nicolas Henri : création de comptes et configuration des droits sur les dossiers par exemple, pas la création/suppression d'un volume ou d'une grappe.

Toujours pour les entreprises, Active Directory Server va être renommé Directory Server for Windows Domain « afin de clarifier la fonctionnalité de l'application ». Synology propose désormais une « migration transparente » de votre domaine Active Directory Windows vers son produit maison (et gratuit). La mise en place est très simple, au moins sur le papier : « Il suffit d'ajouter le NAS au domaine » pour qu'il récupère l'ensemble des configurations et des informations, puis le passer en contrôleur de domaine principal.

Pour renforcer la disponibilité du serveur Active Directory, il est également possible de définir deux NAS en contrôleur et équilibrer la charge entre eux. Cela permet aussi une redondance en cas de panne d'un des serveurs. Des contrôleurs secondaires peuvent également être définis, en lecture seulement.

Active Backup gratuit et Synology Application Gateway

Jusqu'ici payante, la suite Active Backup est désormais gratuite. Interrogé par nos soins, Synology ne précise pas si un geste commercial sera proposé à ceux qui ont déjà payé une licence. Ils devront contacter le service client pour le savoir.

Au passage, Active Backup for Business gagne la prise en charge d'Hyper-V en plus de VMware. Ce n'est pas tout : du côté des serveurs physiques, les machines sous Linux sont désormais gérées en plus de celles sous Windows. 

Signalons aussi le paquet Synology Application Gateway (SAG) permettant d'unifier l'accès à des applications s'exécutant sur différents serveurs (un pour les emails, un pour le chat, etc.) sans avoir à s'identifier sur chaque NAS. Drive, Chat, Mailplus et Calendar sont gérés par Synology Application Gateway, ainsi qu'une nouvelle application Contact. Elle prend en charge CardDav et s'intègre dans la suite collaborative de Synology.

Là encore, le fabricant cible les sociétés avec de gros besoins, répartissant leurs services sur différents serveurs afin qu'ils puissent tenir la charge, tout en limitant les risques en cas de panne.

Les Live Photo sur Moments, Siri et Google Assistant sur DSM

Pensée pour le grand public, l'application Moments prend désormais en charge les Live Photos d'iOS. Elle propose également deux options de retouche rapide pour les couleurs et l'inclinaison, ainsi que la « reconnaissance intelligente » des images en double.

Puisqu'on parle d'iOS, sachez que DS Routeur prend en charge les raccourcis Siri. Par exemple, vous pouvez demander à l'assistant numérique de donner un accès au Wi-Fi à des amis de passage. Siri affiche alors un QR Code contenant toutes les informations de connexion au réseau. Siri (via DS Routeur) peut aussi dire qui passe le plus de temps sur Internet (via le Wi-Fi) à la maison.

Plus généralement, DSM 7.0 sera compatible avec Siri et Google Assistant. Pour rappel, le constructeur avait déjà ajouté la compatibilité Alexa à l'Audio Station l'année dernière

Synology 2019

Drive partout, avec téléchargement de fichiers à la demande

Sur Drive, Synology ajoute une fonctionnalité déjà présente dans de nombreux services de stockage en ligne : le streaming de fichier, ou placeholders. Un fichier apparait ainsi dans l'explorateur Windows 10 (rien n'est précisé concernant les autres OS), mais il n'est pas physiquement présent sur la machine afin d'économiser de l'espace : il est téléchargé à la demande. 

Poursuivant le mouvement lancé l'an dernier, Synology veut « faire de Drive le portail unique pour la collaboration sur tous vos fichiers pour le partage et la synchronisation ». Drive est ainsi présent sur les ordinateurs, le NAS et les terminaux mobiles. Seule exception : Drive ServerSync (qui remplace Cloud Station ShareSync, vous suivez ?) servant à synchroniser des fichiers entre deux NAS.

Une simplification bienvenue tant il est parfois difficile de s'y retrouve dans les outils de synchronisation et de partage de Synology. Pour autant, Cloud Station ne va pas s'arrêter tout de suite : « l'application sera maintenue jusqu'à fin 2020 et en fin de vie en 2021 ». Vous avez donc le temps de migrer tranquillement.

  • Synology 2019
  • Synology 2019
  • Synology 2019

Et voici un NAS DS1419dva avec... une GeForce GTX 1050 Ti 

Des annonces ont également été menées sur la Surveillance Station, qui proposera prochainement du Deep Video Analytics (DVA). La société ajoute de l'intelligence artificielle dans la détection de personnes et de mouvement, mais aussi du comptage de personnes, du suivi d'objets (notamment pour identifier un intrus ou une disparition) ; le tout en temps réel évidemment.

Interrogé, le fabricant nous précise qu'un service de reconnaissance faciale est en cours d'étude, sans pouvoir nous donner de plus amples informations pour l'instant, notamment sur la manière dont elle sera implémentée. 

Un NAS pensé pour le DVA est annoncé durant la conférence Synology 2019 : le DS1419dva. Il intègre un GPU GeForce GTX 1050 Ti de NVIDIA, directement soudé sur la carte mère. Il ne sera donc pas possible de le changer pour un autre modèle ou d'acheter une carte PCIe par la suite. Le fabricant est resté avare en détail, précisant simplement qu'il utilise un « framework maison » et que son DS1419dva devrait arriver début 2019.

Le DS1419dva n'est pas dédié à la vidéosurveillance, il s'agit avant tout d'un NAS (d'où son nom DS pour DiskStation) qui intégrera « la majorité des applications de Synology ». « À terme, le GPU NVIDIA pourra être utilisé pour améliorer la puissance de calcul d'autres applications », déclare le fabricant.

Rack UC300 : un NAS 2-en-1 pour éviter les pannes

Pour les professionnels avec de gros besoins, une nouvelle gamme Unified Controller est annoncée. L'UC300 est le premier représentant. Sa particularité est d'être un NAS « 2-en-1 ». La connectique, le processeur, la mémoire, la carte mère... tout est doublé, afin de proposer une totale redondance sur la partie matérielle. Les disques durs sont évidemment partagés entre les deux systèmes.

Durant la conférence, le fabricant a projeté une vidéo montrant un UC300 en activité, avec ses deux contrôleurs (équipés de CPU Intel Xeon D-1521 avec quatre cœurs et huit threads) effectuant diverses tâches. Un de deux est alors retiré d'un coup. En « moins de 12 secondes », le second contrôleur prend le relais et s'occupe de gérer l'ensemble des services, sans aucune interruption. 

Synology 2019Synology 2019

Le routeur mesh MR2200ac arrivera le 16 octobre, pour 135,60 euros

Enfin, dernière annonce et pas des moindres : le routeur mesh MR2200ac arrivera (enfin) en France, le 16 octobre pour 135,60 euros. Il était pendant un temps question de 113 euros, mais ce tarif est en fait HT, contrairement à ce qui nous avait été annoncé sur place. Le tarif est dans tous les cas intéressant, reste maintenant à voir ses performances sur le terrain et comparées à d'autres solutions mesh.

Il sera livré avec la nouvelle version 1.2 du SRM (annoncée au Computex), d'ores et déjà disponible pour le routeur RT2600ac. Le support de WPA3 est ajouté à la création d'un réseau mesh (avec Wi-Fi 802.11k, v et r) avec un RT2600ac et jusqu'à dix MR2200ac. Synology recommande de ne pas dépasser sept unités, sous peine de performances amoindries.

Nous avons été plusieurs à poser la question de la disponibilité du SRM 1.2 sur le RT1900ac (il a trois ans), des réponses différentes nous ont été données par les représentants de l'équipe française de Synology. Néanmoins, le fabricant a finalement confirmé à notre confrère Cachem que le SRM 1.2 sera bien disponible sur le RT1900ac, à partir du 16 octobre.

Par contre, des limitations sont à prévoir : le RT1900ac ne pourra pas créer un réseau mesh avec le MR2200ac et ne prendra pas en charge WPA3.

Synology Mesh Router 

SRM 1.2 est déjà disponible sur le RT2600ac... prochainement sur le RT1900ac

SRM 1.2 intègre un nouveau paquet Safe Access qui permet de créer des profils pour des groupes d'utilisateurs. Trois existent par défaut (enfants, employés et invités), mais il est possible d'en ajouter d'autres. Un contrôle parental (gestion des plages horaires et du temps de connexion) est de la partie, ainsi qu'un filtrage par site web ou par catégories (elles sont gérées par Synology nous indique le fabricant). Il est possible de combiner les deux : bloquer les réseaux sociaux à certaines heures par exemple.

La page de blocage peut être personnalisée, y compris avec un GIF animé. L'utilisateur peut faire une demande d'accès s'il pense que le blocage n'est pas justifié. L'administrateur reçoit alors une requête et peut débloquer l'accès si besoin. Google Safe Browsing est aussi de la partie, ainsi qu'un bloqueur de publicité, mais nous n'avons pas plus de détail pour l'instant.

Cette nouvelle mouture propose des statistiques sur le temps passé en ligne par les différents utilisateurs, ainsi que sur les tentatives d'accès inappropriées à des sites (triés par catégories).

Signalons ensuite Threat Intelligence qui, comme son nom l'indique, surveille les paquets transitant sur votre routeur à la recherche de données jugées dangereuses. Plusieurs politiques de réaction peuvent être mises en place (rejet, quarantaine, demande d'autorisation, etc.) en fonction de la menace.

Le fabricant annonçait enfin que cette mise à jour 1.2 ajouterait des VLAN au routeur, mais nous n'en trouvons pas de trace dans les notes de version... peut-être pour une prochaine mouture. 

  • Synology 2019
  • Synology 2019
  • Synology 2019

Que retenir de la conférence Synology 2019 ?

Cette conférence 2019 est dans la lignée de celle de l'année dernière, avec quelques différences notables tout de même. Si nous avons évidemment eu droit à une panoplie de NAS dans la série x19 (déjà annoncés) et à une nouvelle version du DSM, il n'était pas question de services supplémentaires payants. Au contraire, le fabricant a même fait machine arrière sur la suite Active Backup, désormais gratuite.

Côté matériel, deux nouvelles tentatives sont à retenir. Le DS1419dva pour commencer, avec une GeForce GTX 1050 Ti intégrée pour analyser des images provenant de la caméra, une première chez Synology. L'UC300 ensuite, pour les professionnels ayant des besoins spécifiques, notamment sur les performances iSCSI et la disponibilité.

Synology est par contre toujours hanté par ses vieux démons. Sur le segment pro, la déduplication et la compression sont toujours aux abonnés absents sur les FlashStation (série FS) et rien n'a été annoncé sur le sujet, malgré plusieurs demandes lors de la conférence. Sur la partie matérielle, les évolutions sont encore trop lentes, surtout au niveau de la connectique. Comme l'an dernier, pas un mot des évolutions autour de DS Video.

Un exemple parmi d'autres : le nouveau DS619slim (déjà dévoilé au Computex) « pensé pour accueillir des SSD » de l'aveu même du fabricant ne propose pas de port 10 GbE, seulement 2x 1 Gb/s. Ne parlons même pas de l'USB Type-C aux abonnés absents sur tous les NAS. Des sujets sur lesquels nous reviendrons dans la seconde partie de notre dossier.

Synology 2019Synology 2019Synology 2019

Publiée le 11 octobre 2018 à 14:06


Chargement des commentaires