Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes
Bits, uTip, Tipeee... l'industrie du pourboire dans le streaming
Jeux video Crédits : AntonioGuillem/iStock

Bits, uTip, Tipeee... l'industrie du pourboire dans le streaming

« Merci Kappa42 pour ton soutien ! »
12 min

Dans le monde du streaming vidéoludique, la tendance est depuis quelques années à la distribution de pourboires aux créateurs de contenus. Ce modèle tend à supplanter celui de la publicité pour rémunérer les streameurs, ce qui n'est pas sans conséquence pour eux, et les autres acteurs du milieu qui doivent s'adapter.

« xX_RøXxX0R_Xx just donated 100 bits », « Kappa42 vient de s'abonner », « QSI vient de donner 1.000 euros ! »... Si vous êtes un adepte de Twitch, et des diffusions en direct de jeux vidéo, ces phrases ne vous sont certainement pas inconnues. S'il y a quelques années, la publicité parvenait encore à faire vivre les pionniers du streaming sur Twitch ou Dailymotion, un nouveau modèle est venu supplanter celui alors en vigueur jusqu'ici : celui des pourboires. 

Il est désormais très simple de donner un petit quelque chose à son créateur de contenu préféré, que ce soit de manière ponctuelle, ou bien récurrente, y compris pour ceux qui ne souhaitent ou ne peuvent pas directement envoyer d'argent, notamment grâce au minage de crypto-monnaies

Ce nouveau mode de fonctionnement change profondément les habitudes des streameurs, qui ne peuvent plus forcément compter sur des revenus réguliers. Nous en discutons avec ExServ et Adrien Mennillo, le fondateur de la plateforme uTip.

Twitch : « bits » et abonnements

En tant que premier de cordée du secteur, Twitch se devait d'apporter des outils variés aux diffuseurs présents sur sa plateforme. Deux options (cumulables) leur sont donc proposées.

Les spectateurs peuvent s'abonner à une chaine, à partir de 5 dollars par mois partagés à 50/50 entre la plateforme et le diffuseur. Le ratio passe à 60/40 pour les partenaires officiels.

Autre option : les microdons via Cheers. Le principe est simple : les spectateurs achètent des packs de points appelés bits, à partir de 1,40 dollar pour 100 bits (0,014 dollar par bit), jusqu'à 308 dollars pour 25 000 bits (0,01232 dollar par bit). Ces points peuvent être dépensés sur certaines chaînes afin de mettre en avant des messages publiés sur le chat, tout en apportant un petit pourboire au streameur, à hauteur de 0,01 dollar par bit. La mise en avant payante existe d'ailleurs aussi chez YouTube, avec son Super Chat.

Seulement, pour les diffuseurs, l'accès à ces fonctionnalités de monétisation n'est pas aisé sur Twitch. Il faut en effet atteindre certains paliers d'audience avant d'y prétendre. Twitch distingue ainsi trois types de streameurs :

  • Les débutants, qui n'ont atteint aucun palier et n'ont aucune possibilité de monétisation intégrée à la plateforme
  • Les affiliés qui ont atteint un minimum de 50 followers, avec une moyenne de 3 spectateurs et un minimum de 8 heures de stream répartis sur 7 jours lors des 30 derniers jours
  • Les partenaires qui atteignent 75 spectateurs en moyenne avec un minimum de 25 heures de diffusion réparti sur 12 jours lors des 30 derniers jours

Affilié Twitch

Exemple de panneau de gestion d'un streameur débutant sur Twitch. Les jalons à atteindre sont clairement indiqués. 

Il faut au minimum atteindre le rang d'affilié pour accéder aux microdons via Cheers, aux abonnements ou encore à la vente de jeux sur la plateforme. Les partenaires sont quant à eux les seuls à pouvoir diffuser de la publicité sur leurs streams. Si la route à suivre est clairement balisée par la plateforme, le système reste loin d'être idéal selon ceux qui y sont confrontés.

« Le système de Twitch est toxique par nature », nous explique ExServ, streameur avec plus de 26 000 abonnés sur la plateforme. « Il faut streamer pour gagner, et plus tu passes de temps sur la plateforme, plus tu gagnes. J'ai des connaissances qui travaillent plus de 100 heures par semaine en comptant l'administratif et la préparation de leurs émissions pour arriver à dégager un revenu qui n'est pas incroyable. »

« Certains cumulent aussi des prestations sociales comme le RSA en plus de leur stream. Le problème, c'est que plus tu passes de temps sur Twitch, moins tu en passes à chercher une situation plus stable et tu finis par t'enfermer dans ce système. La plateforme t'encourage d'ailleurs à y passer plus de temps, pour débloquer des succès qui te permettront d'avoir d'autres options de monétisation. Pour passer partenaire, il faut obtenir une moyenne de 75 spectateurs sur un mois, ça a l'air peu dit comme ça, mais c'est très difficile à atteindre si l'on n'a pas dès le départ une communauté derrière soi. »

Mixer : Skills, Sparks et Embers... 

À l'instar de Twitch, Microsoft compte aussi s'appuyer sur les microdons pour rémunérer les utilisateurs de sa plateforme maison : Mixer. En août 2016, le groupe de Redmond rachetait Beam, renommée Mixer et mis en avant sur Xbox One, dans l'espoir de peser sur ce marché. Elle entre dans sa « saison 2 » et doit justement apporter de nouvelles fonctionnalités dans ce domaine. 

 Mixer Sparks

Pour rappel, sur Mixer, les spectateurs amassent une monnaie virtuelle, les sparks, en regardant des diffusions, à raison de 2 sparks par minute. Ils peuvent ensuite les dépenser soit pour interagir avec la diffusion, en faisant jouer un son ou en incrustant une image. Autre option, l'utilisation d'effets ou d'autocollants dans la fenêtre de chat. 

En fonction du nombre de sparks reçus sur une certaine période, le diffuseur peut atteindre des paliers qui lui débloquent une petite rémunération. Pour 100 000 sparks collectés, soit l'équivalent de 830 heures de visionnage, un streameur peut gagner... 15 maigres dollars. 

Autre option, l'abonnement récurrent, à la façon de Twitch. Il faut pour cela devenir « partenaire » du service, une étape qui requiert un compte âgé d'au moins deux mois, avec 2 000 suiveurs, 12 streams par mois pour une durée d'au moins 25 heures au total. Cependant, atteindre ses paliers n'est pas suffisant, puisque Mixer attend que ses partenaires fassent preuve de « professionnalisme », proposent des contenus variés et s'attachent à la promotion ainsi qu'à la modération de leur propre communauté. 

Tipeee et Patreon : les rois du don récurrent

Les streameurs de tous bords, ainsi que les youtubeurs s'appuient aussi fortement sur Tipeee ou Patreon, des plateformes leur permettant de collecter des dons récurrents auprès de leurs fans, chaque mois ou selon leur production.

Le principe est simple. À chaque palier de don franchi, le spectateur obtient (ou non) l'accès à diverses contreparties plus ou moins tangibles, telles que l'accès à des serveurs de discussion (Discord, TeamSpeak...), des sessions privées, des avant-premières, des artworks exclusifs...

Les deux plateformes prélèvent une commission sur l'ensemble des revenus qu'elles collectent. Chez Tipeee, il faut compter 8 % au minimum, ce taux pouvant varier en fonction du mode de paiement choisi par les donateurs. Dans le cas d'un don via Paysafecard, des frais supplémentaires correspondant à 15 % du montant total sont imputés.

Sur Patreon, la commission de la plateforme est fixée à 5 %. Il faut y ajouter les frais de paiement, qui varient en fonction du prestataire, et encore d'autres frais au moment de sortir les sommes collectées de la plateforme pour les verser sur votre compte en banque ou votre cagnotte PayPal.

uTip : publicité volontaire, minage et abonnements

Un autre service creuse son trou chez les créateurs ces derniers mois, uTip. Lancé en septembre 2017, il a été refondu il y a deux mois, misant sur un flux d'actualité inspiré d'Instagram.

Il propose un éventail de méthodes pour collecter des fonds. « On n'aime pas trop le terme de soutien, on préfère parler de rémunération des contenus », nous précise Adrien Mennillo, le fondateur de l'entreprise. Et celui qui a rendu la plateforme célèbre chez les youtubeurs a un petit air de déjà vu : la publicité. 

Seulement, il y a une variante notable. Sur uTip, les internautes regardent les publicités volontairement, et choisissent quels créateurs soutenir ainsi. Chaque créateur dispose d'une page où ses fans peuvent lancer une publicité vidéo, à regarder en entier. Pour un clip de 30 secondes, 5 centimes sont versés au youtubeur. « Nous ne prenons pas de commission sur ces 5 centimes. Nous nous rémunérons avec la différence entre le prix auquel on vend la publicité aux annonceurs, entre 6 et 7 centimes par affichage, et celui versé aux créateurs », indique le fondateur.

De prime abord, ce montant peut sembler très élevé, par rapport au fameux ratio de 1 euro pour 1 000 vues de YouTube (en fait très variable, sous ce montant). « Il s'agit en fait d'un calcul très différent », nous explique Adrien Mennillo.

En réalité, ce taux ne donne pas le prix de chaque publicité vue, mais une moyenne de revenus pour 1 000 visionnages d'une vidéo. Seulement, ces 1 000 vidéos ne donnent pas forcément lieu à 1 000 visionnages de publicités. « En réalité, la rémunération versée pour une publicité de 30 secondes vue intégralement sur YouTube est plutôt de l'ordre de 1 à 1,5 centime pour 3 centimes facturés à l'annonceur. On reste significativement au-dessus. »

Pour justifier ce tarif élevé aux annonceurs, uTip leur offre plusieurs garanties. « Chez nous, l'internaute regarde la publicité volontairement, il y est attentif et prend du recul sur le message qu'on leur transmet. Les annonceurs peuvent ainsi parler aux gens sans les forcer, et c'est quelque chose qu'ils apprécient particulièrement », affirme la plateforme. Des limites de visionnage des publicités existent, en fonction des campagnes, pour éviter l'overdose volontaire.

uTip FireTipR

Autre option : réaliser un don en argent sur la plateforme. Soit directement au créateur (par carte bancaire ou PayPal), soit en passant par FireTipR pour un paiement récurrent. Dans ce cas, par défaut, 45 % de la somme va au créateur de votre choix, 45 % dans une cagnotte que vous répartissez entre les autres personnes que vous suivez sur la plateforme, et 10 % partent en frais et commissions. Il est toutefois possible de répartir les 90 % disponibles pour les créateurs à volonté. Il est ainsi possible de verser 10 % de son abonnement à 9 personnes différentes, 30 % à une en particulier, et 5 % à d'autres, etc. 

Ces dons n'ouvrent pas nécessairement le droit à des contreparties, comme on peut le voir sur Patreon ou Tipeee. Un modèle critiqué par Adrien Mennillo : « Leur modèle revient à dire aux gens qui créent des contenus que leur travail de base ne mérite pas rémunération, et qu'ils doivent en faire encore davantage pour en justifier une. Je ne suis pas très fan de cette façon de voir les choses ». Il reconnait toutefois qu'il existe une demande sur uTip pour cette méthode, qui pourrait donc arriver dans les prochaines semaines.

Dernière solution pour soutenir les créateurs : le minage de crypto-monnaies. Il passe bien entendu par le service Coinhive, qui permet d'exploiter la puissance d'un processeur afin de miner du Monero, via un simple script JavaScript. Le taux de conversion retenu est d'un million de calculs (hashs) pour 0,01 euro. Si vous disposez d'un processeur commun, comme un Core i5 6600K capable d'un hashrate de 220 H/s, il vous faudra consacrer 75 minutes de puissance de calcul pour un don d'un centime ou un petit quart d'heure avec un Threadripper 1950X. 

uTip

« La crypto-monnaie rapporte peu, c'est surtout un positionnement idéologique pour nous. On veut lever un maximum d'obstacles à la rémunération des créateurs, et Coinhive est apparu comme une solution pour ceux qui ne souhaitent ni regarder de publicité, ni dépenser d'argent directement » soutient Adrien Mennillo.

Les montants collectés mensuellement par les différents créateurs sont publics, ce qui permet aux communautés de savoir s'il y a un besoin particulier, ou non. Les montants mis en jeu semblent toutefois rester assez faibles. La chaîne YouTube La statistique expliquée à mon chat, qui compte plus de 200 000 abonnés, a ainsi collecté un peu moins de 20 euros par ce biais ces 30 derniers jours. D'autres plus actifs comme LeChefOtaku dépassent les 300 euros.  Depuis le début de l'année, uTip affirme avoir reversé un peu plus de 100 000 euros aux créateurs, dont un peu plus de 90 % depuis la publicité. 

« Si tu veux donner un euro à ton youtubeur préféré, il faut regarder 20 pubs... alors c'est énorme, parce que tu vas regarder de la pub volontairement et c'est très bien valorisé. Si j'avais 5 centimes à chaque fois que quelqu'un regardait une de mes vidéos, je n'aurais besoin d'aucun autre revenu annexe. Mais franchement, je pense que je préfère que quelqu'un qui veut me donner un euro, me donne directement cet euro, plutôt qu'il se sbirifie à regarder de la publicité », réagissait le streameur Benjamin Daniel (dit Benzaie) en fin d'un marathon de 24 heures, suite aux demandes de spectateurs de passer à uTip.

Une fiscalité encore floue pour ces dons

Comment ces pourboires sont-ils vus du point de vue fiscal ? Pour l'heure, les autorités n'ont pas tranché de manière officielle.  Cependant, avec un peu de bon sens, il n'est pas si compliqué de savoir quel régime appliquer à ces revenus. 

« Il y a un flou complet sur la fiscalité », nous confie ExServ. « On a créé de nouveaux métiers, avec de nouveaux modes de rémunération, mais on ne sait pas encore comment les taxer. Le gouvernement a du retard à ce niveau-là. Pour ma part, je déclare tout via mon autoentreprise et je paye mes cotisations. Pour ce qui est de la TVA, en tant qu'autoentrepreneur je n'y suis pas assujetti. Ce n'est probablement pas la meilleure méthode pour maximiser mes revenus, mais elle a le mérite d'être simple », poursuit-il.

Il est déjà possible de ranger les versements des spectateurs dans deux catégories différentes. Si le don donne lieu à contrepartie, qu'il s'agisse par exemple d'une dédicace ou de la diffusion de son nom, il s'agit ni plus ni moins d'une prestation de service, au sens large du terme. Dans pareil cas, le diffuseur se doit de reverser 20 % de TVA à l'État.

Dans le cas contraire, si aucune contrepartie n'est prévue, le régime du présent d'usage peut s'appliquer, à condition que la somme en question reste « modique » par rapport au patrimoine de celui qui fait le cadeau, et à l'occasion d'un « évènement ». La définition est donc très floue, et c'est à un juge de trancher en cas de différend avec les autorités fiscales. Attention toutefois, ce cas ne fonctionne que lorsque le don est fait à un particulier. 

En ce qui concerne la TVA, tout dépend du statut de l'entité qui collecte le don. S'il s'agit d'une entreprise, la collecte de la TVA sur les dons s'effectue normalement. S'il s'agit d'un autoentrepreneur, il en est exempté, mais il doit tout de même payer les cotisations correspondant à ces sommes. 

Publiée le 19 novembre 2018 à 12:00


Chargement des commentaires