Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes
Une connexion Internet à 10 Gb/s : des offres existent déjà, y compris en France
FAI Crédits : nadla/iStock

Une connexion Internet à 10 Gb/s : des offres existent déjà, y compris en France

Xavier, si tu nous entends...
9 min

Les réseaux filaires à 10 Gb/s deviennent abordables pour le grand public, mais qu'en est-il d'une connexion à Internet ? Les offres FTTH actuelles sont généralement « limitées » à 1 Gb/s, mais on peut déjà aller au-delà chez certains, notamment Netalis en France. Une tendance qui va s'accélérer.

Les réseaux Ethernet en 10 Gb/s (10 GbE) se démocratisent pour le grand public, avec la baisse de prix des routeurs et des switchs, ainsi que l'intégration de ports capables de gérer ce débit sur certaines cartes mères. Les NAS aussi suivent le mouvement, que ce soit avec des ports natifs ou via des cartes filles vendues séparément. Même le Mac Mini d'Apple s'y met !

Le 10 Gb/s arrive (doucement) chez les FAI

À travers le monde, les fournisseurs d'accès à Internet (FAI) commencent à sauter le pas. L'annonce la plus médiatique sur le vieux continent est certainement celle du suisse Salt (racheté en 2015 par Xavier Niel) et son forfait Fiber promettant 10 Gb/s symétriques. Elle a été lancée en mars pour 49,95 francs suisses par mois (environ 43,7 euros).

D'autres FAI proposent aussi du 10 Gb/s, en Corée du Sud et à Singapour par exemple. En France, le 10 GbE est encore inexistant hors fibre dédiée (FTTO). Les offres FTTH actuelles sont limitées à 1 Gb/s aussi bien pour le grand public que les professionnels, à une exception près pour l'instant : le FAI régional Netalis.

Son offre NetaLink Ultra à 10 Gb/ a été annoncée début octobre et le premier client FTTH 10 Gb/s devrait être raccordé avant la fin de l'année. Son fondateur et président Nicolas Guillaume revient pour nous sur les enjeux de son projet « exécuté en moins d'un an ». Pour lui, « les clients sont en appétence et c'est le moment d'y aller ». 

D'autres suivront rapidement, notamment chez les plus gros. Orange et SFR ont déjà mené des expérimentations et certains pensent que la Freebox v7 (évoquée par Free depuis six ans) pourrait être en 10 Gb/s, ou en profiterait dans un second temps. Cette box (ou ces box) sera en effet en place plusieurs années, elle devra donc être faite pour durer.

Elle devra bien se préparer à l'explosion du 10 GbE et/ou du Multi-Gig qui sera une réalité un jour ou l'autre. Même si certains opérateurs, comme Orange, ne semblent pas penser que ce sera pour tout de suite.

Notre dossier sur les réseaux à 1 Gb/s ou plus :

En 10 Gb/s, « Internet devient votre réseau local »

Avant de revenir sur la partie technique, attardons-nous sur les utilisations possibles du 10 Gb/s. Pour le moment, « il n'y en a pas vraiment pour le grand public c'est clair, par contre il y en a pour les professionnels », nous explique Nicolas Guillaume.

« Le 10 Gb/s, pour nous, c'est vraiment la technologie du cloud », avec cette vitesse de connexion « Internet devient votre réseau local » , claironne l'opérateur. Un son de cloche différent de celui entendu chez Orange. « Aujourd’hui, le 10G ne correspond pas à un besoin client » selon l'opérateur qui met en avant une étude TNS Sofres de juin 2018 affirmant que pour 93% des Français, leur « abonnement fibre actuel couvre bien leurs besoins ».

Toujours selon Orange, « l’ensemble de l’écosystème des solutions techniques jusqu’aux équipements clients n’est pas encore prêt : peu d'appareils compatibles 10 Gb/s en dehors de l'iMac Pro d’Apple (5 500 euros), une limitation par les navigateurs et un Wi-Fi qui limite à 1 Gb/s (connexion par câble Ethernet adapté nécessaire pour du 10 Gb/s) ».

« Si un manque de débit est ressenti par un client, l’origine réside essentiellement sur le déficit de son réseau Internet domestique » poursuit le FAI. Plutôt que se lancer dans des hausses des débits sur ses box, il « concentre ses efforts sur le déploiement de la fibre pour en faire profiter un maximum de clients ». 

Rappelons tout de même qu'il existe d'autres produits 10 Gb/s : NAS, cartes mères, carte réseau... De plus, le Wi-Fi peut grimper jusqu'à plusieurs Gb/s avec le 802.11ad (WiGig) et le 802.11ax. S'il n'est pas encore finalisé, des routeurs sont tout de même déjà disponibles. Il est évidemment possible d'utiliser du 10 Gb/s sur un réseau filaire sans aucun problème à l'heure actuelle, même si un tel débit servira surtout à plusieurs utilisateurs.

Et du côté des composants de nos PC, tant les disques durs que les SSD (surtout les modèles NVMe) sont capables d'exploiter des débits dépassant largement les 125 Mo/s proposés en théorie par une connexion à 1 Gb/s.

99 euros HT pour 10 Gb/s, avec un engagement de 24 ou 36 mois

Netalis ne joue pas sur le même tableau, en tant que FAI local dans la communauté d'agglomérations du Grand Besançon. Son offre est proposée à 99 euros HT par mois – un tarif censé être définitif – contre 79 euros HT pour 1 Gb/s, soit une différence de 20 euros HT pour un débit de téléchargement 10 fois plus important. En envoi par contre, rien ne change : 1 Gb/s.

Le débit n'est pas garanti et la bande passante mutualisée (comme sur les offres fibre grand public). Il faut passer sur les offres FTTO pour avoir une fibre dédiée, mais le tarif est loin d'être le même (comptez plusieurs centaines d'euros pour des débits garantis). Pour le FAI, son abonnement Ultra à 10 Gb/s reste donc « une offre bas de marché » comparé au FTTO. Une manière également de séparer ses deux formules et de justifier l'importante différence de prix.

« On aura la capacité de faire du 10 Gb/s symétrique si nécessaire » nous indique Nicolas Guillaume. « Théoriquement, nos box tiendront le 10 Gb/s, mais il n'est pas impossible qu'on change des cartes sur notre réseau » ajoute notre interlocuteur. Si de nouvelles box doivent être mises en place, la proximité géographique de ses clients devrait lui faciliter la tâche.

La box, justement, dispose d'un connecteur pour la fibre optique, d'un port Ethernet à 1 Gb/s et d'un autre à 10 Gb/s. Elle est fournie par le FAI, et lui coûterait « quelques centaines d'euros ». L'abonnement est assorti d'un engagement de 24 mois avec des frais d'installation, alors qu'ils sont offerts sur 36 mois. « Il faut clairement supporter un certain investissement. Nous avons choisi de ne pas perdre d'argent, ou de ne pas faire comme sur le grand public », se justifie Nicolas Guillaume.

Netalis est un FAI exclusivement B2B, mais un particulier peut toujours souscrire à une offre s'il est éligible. Le tarif sera le même, avec une facturation incluant évidemment la TVA. Néanmoins, « rien n'est fait pour le particulier », prévient le fournisseur d'accès. Son président nous annonce du changement sur ce segment pour 2019, mais refuse d'en dire plus pour le moment, si ce n'est que ce ne sera pas lié à Netalis.

Netalis

Quelques milliers de prises éligibles

Pour mettre en place cette offre FTTH Pro à 10 Gb/s, le FAI s'appuie sur son réseau de fibres noires dans l'agglomération du Grand Besançon. Il serait actuellement de quelques dizaines de kilomètres, avec 50 à 60 km d'ici la fin de l'année. L'offre Ultra à 10 Gb/s est commercialisée sur les lignes reliées à des armoires de rue se trouvant sur son propre réseau. 

« Au fil des semaines, on va progressivement installer notre matériel. On va tout ramener à notre point de présence à Besançon, puis connecter toutes ces zones via le réseau passif d'Orange ». Le FAI passe en effet par les lignes FTTH de l'opérateur historique pour arriver jusqu'aux prises dans les bureaux.

À terme, le délai pour ouvrir une ligne FTTH Pro à 10 Gb/s serait de deux à quatre semaines, identique pour une ligne 1 Gb/s : « C'est uniquement lié à la commande des lignes passives auprès d'Orange » affirme Netalis. La différence entre 1 et 10 Gb/s se fait principalement dans le système informatique du FAI.

Interrogé sur le nombre de prises éligibles, le FAI nous indique « être largement sous les 10 000 prises. Ça reste de l'hyperlocal, mais c'est un gros investissement pour un opérateur régional ». Bien évidemment, il a déjà des plans pour la suite, avec deux futures villes « pas nécessairement dans notre région ».

Un cœur de réseau prêt, le peering en cours d'amélioration

Pour proposer des telles offres dans de bonnes conditions, il faut disposer d'un réseau capable d'assurer le transit. « Tout le backbone de Netalis est en 10 Gb/s, voir en n x 10 Gb/s : les liens de transports longue distance, la partie cœur de réseau... » détaille le FAI. Il reconnait par contre que ses interconnexions sont encore essentiellement avec du 1 Gb/s, mais assure être en train de les redimensionner.

Dans tous les cas, Nicolas Guillaume ne s'attend pas à ce que ses abonnés utilisent plusieurs Gb/s en permanence. Le 10 Gb/s « ne va pas faire exploser le réseau, bien au contraire » prévoit-il : « En B2B c'est beaucoup de vagues de trafic ». Rappelons que le débit n'est pas garanti et la bande passante mutualisée entre les abonnés. 

Merci l'Arcep et... Orange

Si les FAI alternatifs se plaignent généralement d'Orange, ce n'est pas le cas de Netalis sur son projet de FTTH Pro à 10 Gb/s.

« Nous avons eu un bon accueil d'Orange, qui était plutôt content de nous voir arriver, et de la part des agents de l'Arcep avec de vraies réponses à nos questions. Nous n'en serions pas là si nous n'avions pas eu du côté des deux partenaires (Orange et le régulateur), des gens veillant à une concurrence sereine », nous lance l'entrepreneur, avec une pointe de flatterie, étant donné ses rapports parfois houleux avec le gendarme des télécoms.

À partir de début 2019, les abonnements de Netalis pourront être proposés par d'autres opérateurs B2B. « Ils pourront répliquer complètement nos offres, avec un tarif de gros », affirme le dirigeant. La société prévoit aussi de s'appuyer sur des partenaires locaux pour exporter son expertise technique dans d'autres villes, puis y co-commercialiser des offres.

Interrogé sur un éventuel rachat, Nicolas Guillaume reconnait avoir eu des propositions, « y compris très, très récentes », mais sans les accepter. « Ce n'est pas du tout la dynamique de Netalis [...], mais on ne ferme aucune porte », ajoute-t-il prudemment.

Bientôt du 10 Gb/s chez les FAI nationaux ? Des tests sont en cours...

Attendons maintenant les annonces des quatre FAI nationaux, à commencer par la Freebox v7, qui finira bien par être annoncée un mardi matin. Il parait difficile pour Free de faire complètement l'impasse sur une telle fonctionnalité pour sa nouvelle box haut de gamme qui sera certainement en place pour plusieurs années. 

Les concurrents ne restent pas les bras croisés. SFR par exemple testait le 10 Gb/s sur une ligne FTTH grand public en juillet dernier, tandis qu'Orange vantait sa fibre à 10 Gb/s dès... avril 2016. Aucune annonce n'a par contre été faite concernant une éventuelle commercialisation.

Bouygues Telecom, Free et SFR n'ont pas répondu à nos questions pour le moment.

Publiée le 08 novembre 2018 à 12:21


Chargement des commentaires