Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes
Altice : recrutements en trompe-l'œil et revenus en baisse
Finances

Altice : recrutements en trompe-l'œil et revenus en baisse

Un éléphant, ça trompe...
5 min

Altice Europe a présenté hier ses résultats pour le troisième trimestre 2018. Le groupe de Patrick Drahi s'enorgueillit de recrutements positifs, mais le chiffre d'affaires continue de s'éroder. Le résultat d'une stratégie trop agressive ?

Recruter de nouveaux abonnés a un prix. Visiblement, la direction d'Altice est prête à faire tapis pour gonfler ses chiffres et effacer trois années de fuite de la clientèle. Particulièrement agressif dans ses offres en France ces derniers mois, SFR est en effet parvenu à convaincre de très nombreux clients sur le fixe et sur le mobile, mais cet afflux n'est pas synonyme de revenus immédiats, bien au contraire. 

Un chiffre d'affaires en baisse

En France, l'ambiance n'est pas vraiment à la fête, puisqu'Altice y enregistre un chiffre d'affaires de 2,48 milliards d'euros sur le troisième trimestre, en baisse de 7,6 % sur un an. L'EBITDA reste tout de même positif, avec un bénéfice de 962 millions d'euros, à comparer au 1,093 milliard d'euros inscrit dans les livres de comptes 12 mois plus tôt.

Sur les neuf premiers mois de l'année, le constat est le même, avec un chiffre d'affaires de 7,674 milliards d'euros, en baisse de 6,5 % sur un an. Le recul est visible aussi bien sur le fixe (2,107 milliards d'euros, -9,7 %) que sur le mobile (3,199 milliards d'euros, -3,6 %) ou le B2B (1,403 milliard d'euros, -5,4 %).

À chaque fois, l'excuse est la même : une concurrence qui se veut de plus intense, des niveaux de clientèle plus bas qu'un an plus tôt malgré le rebond des recrutements, et « la perte d'un traitement favorable de la TVA sur les packs presse/télécoms ». Une référence à la stratégie passée autour de SFR Presse, réduite à néant par le gouvernement

Les abonnés affluent en France

Il ne faut toutefois pas jeter le bébé avec l'eau du bain. Des points très positifs sont à noter, notamment sur le plan des recrutements. Sur le marché fixe par exemple, le dernier trimestre a été marqué par l'arrivée de 166 000 clients supplémentaires, dont 64 000 sur le FTTx et 6 000 sur la 4G Box, ainsi que le départ de 19 000 abonnés ADSL.

Si vous comptez bien, le total est donc de 51 000 recrutements, pour un parc de 6,1 millions d'abonnés. Où sont donc les 115 000 restants ? Outre une marge d'erreur de 1 000 avec les arrondis, SFR a tout simplement décidé... d'ajouter ses abonnements OTT pour RMC Sport (+114 000) au total de ses abonnements fixe.

SFR Q3 2018

Plus c'est écrit petit, mieux ça passe...

Si l'opérateur a au moins la décence de le préciser avec un renvoi au pied de page, taille 6, d'une de ses diapositives, la méthode reste plus que discutable, tant les deux services n'ont rien à voir.

Côté mobile, SFR se vante de 378 000 nouveaux abonnés mobiles, hors offres prépayées et M2M, ce qui porte le total à 13,4 millions de clients. Selon l'entreprise, il s'agit de son meilleur trimestre sur le plan des recrutements depuis 2004. Difficile de confirmer au vu du petit tour de passe-passe réalisé avec les abonnés OTT.

SFR joue en Ligue des Champions des promotions

Pour Altice, ce succès est dû à plusieurs facteurs, à commencer par son « agilité » quand il s'agit de répondre aux promotions de la concurrence. L'opérateur explique ainsi au travers d'un graphique qu'il n'est pas systématiquement l'initiateur de promotions, et qu'il sait s'adapter en 24 heures aux percées de ses pairs, aussi bien sur le fixe que sur le mobile. Il s'appuie pour cela à la fois sur les offres de SFR, engageantes, que sur celles de RED, plus souples.

Autre facteur important, celui des contenus, notamment grâce à RMC Sport et l'acquisition des droits pour la Ligue des Champions. Si recruter 114 000 clients en OTT en l'espace de trois mois est un accomplissement en soi, comme nous le notions un peu plus tôt, ce score reste encore très insuffisant pour rentabiliser le coût astronomique (350 millions d'euros par an rien que pour la LdC) de ces compétitions. 

SFR Q3 2018SFR Q3 2018

Enfin, SFR continue de vanter ses réseaux fixe et mobiles face à la concurrence. Sur le marché fixe, il estime être l'opérateur commercialisant le plus de prises « Fibre » en France, ce en comptant à la fois ses réseaux en propre (9,9 millions de prises, fibre et câble confondus) et celui qu'il loue (2 millions de prises), soit près de 12 millions de prises.

Un chiffre opposé aux 10,3 millions pour Orange, 6,8 millions pour Free et 4,7 millions pour Bouygues Telecom.  Pour le mobile, ce sont ses 34 000 antennes qu'il met sur le devant de la scène, ce qui placerait l'opérateur en position de force au moment de basculer vers de la « 4G +++ ».

Une dette sous contrôle

Difficile de parler d'Altice sans évoquer sa dette. En Europe, elle s'élève au total à 32,47 milliards d'euros, répartis en plusieurs silos. Le plus important reste celui formé par SFR et Next Radio TV, puisqu'il compte pour 16,24 milliards d'euros.

Altice International ajoute 8,27 milliards à la note, tandis que la holding luxembourgeoise a emprunté au total 6,23 milliards d'euros. Altice Corporate complète le tableau avec 1,73 milliard d'euros empruntés ainsi qu'Altice TV, pour 303 petits millions (et un EBITDA négatif : -231 millions d'euros).

Fait notable, le coût de cette dette a fondu de 21 % en un an, passant de 1,64 milliard de dollars sur les 9 premiers mois de 2017 à 1,29 milliard sur la période janvier - septembre 2018. Une amélioration due à la restructuration de plusieurs volets et à la baisse des taux d'intérêt. Une bouffée d'oxygène de 100 millions de dollars par trimestre, ça ne se refuse pas.

Altice Europe Dette

Publiée le 22 novembre 2018 à 14:43


Chargement des commentaires