Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes
Difficultés des PME avec les « Marketplaces » : le site gouvernemental fait un flop
Justice Crédits : Marc Rees (licence CC-BY-SA 4.0)

Difficultés des PME avec les « Marketplaces » : le site gouvernemental fait un flop

#FarWest
2 min

Fin octobre, Mounir Mahjoubi a lancé un espace en ligne afin de « recenser les difficultés des TPE/PME avec les plateformes de vente en ligne ». Le secrétaire d’État chargé du Numérique espérait sans doute un raz-de-marée. Ce ne fut qu’un clapotis.

Le secrétaire d'État au numérique a lancé le 31 octobre dernier, un espace en ligne permettant aux entreprises de faire connaitre les problématiques rencontrées sur les marketplaces. « Connectez-vous et partagez vos difficultés pour que nous entamions un dialogue avec les plateformes sur la base des problématiques rencontrées ». Voilà la phrase placardée sur le site de la DGE, la direction générale des entreprises. 

À en croire ce communiqué, le dirigeant d’une TPE du Bas-Rhin avait alerté le secrétaire d’État à la suite de son déréférencement de la marketplace d’Amazon. « Ce déréférencement a eu des conséquences immédiates pour l’éditeur : une perte estimée de chiffre d’affaires à hauteur 20 %, l’impossibilité d’obtenir des pièces comptables, sans capacité à recourir au service client ».

Mounir Mahjoubi y est évidemment allé de sa petite phrase : « La France n’est pas un Far West numérique. Par la médiation, je demande aux plateformes de bâtir des relations de confiance avec le tissu des PME françaises. » 

Il assurait même dans une interview au Dauphiné avoir « reçu une centaine de messages » similaire à la PME alsacienne. Très logiquement, ses services ont ainsi été appelés à trouver « des réponses concrètes aux problématiques récurrentes » d’ici les fêtes de fin d’année.

Seules 56 entreprises ont témoigné

Qu’en est-il en réalité ? Selon nos informations, ce 21 novembre, une ribambelle de plateformes ont été invitées, très exactement à 19 heures, dans les locaux de la DGE à Ivry-sur-Seine. Alibaba, eBay, Rakuten (ex-PriceMinister), Amazon, la Redoute, ManoMano, le BonCoin ou encore Cdiscount se sont tous retrouvés face aux huiles de la direction des entreprises.

La réunion avait lieu avec Thomas Courbe, son directeur général, et Pierre Pelouzet, le Médiateur des entreprises. Les services ont à cette occasion tiré un bilan de cet espace encore ouvert aux TPE/PME durant sept petits jours.

Le bilan est beaucoup moins ambitieux qu’on pouvait le penser à entendre le secrétaire d’État au numérique : en effet, seules… 56 entreprises se sont manifestées auprès de cet espace, a-t-on appris.

Un charte et une valorisation du Made in France

Malgré ce succès d’estime, la DGE semble avoir un cap à fixer : dès l’invitation, il a été annoncé la volonté d’élaborer avec ces gros acteurs du e-commerce « des réponses concrètes aux problématiques soulevées par les TPE/PME et de permettre à ces entreprises de profiter au mieux des opportunités offertes par vos plateformes ». 

Derrière ces lignes, selon nos informations encore, une charte d’engagement est sur la rampe à Bercy. Mieux, en plus de ces échanges, une initiative va être lancée afin de valoriser les produits « fabriqués en France » sur ces plateformes « en particulier pour Noël ». 

Contactée dans l'après-midi, la DGE nous a indiqué ne pas pouvoir répondre à nos questions, nous invitant à contacter le cabinet du secrétaire d'Etat.

Publiée le 23 novembre 2018 à 17:31


Chargement des commentaires