Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes
VMware vSphere Hypervisor 6.x (ESXi): la virtualisation simple et gratuite pour serveur
Applications

VMware vSphere Hypervisor 6.x (ESXi): la virtualisation simple et gratuite pour serveur

#TutoMonday
6 min

Lorsque l'on parle de virtualisation, on pense souvent à une application à lancer au sein d'un système d'exploitation déjà installé. Mais il existe des hyperviseurs pour serveurs ultra-légers, qui se veulent simples à utiliser et efficaces. vSphere Hypervisor est le produit de VMware, elle existe en version gratuite. 

Il est courant d'utiliser la virtualisation pour tester un système d'exploitation (OS) différent de celui de la machine hôte, disposer d'un environnement secondaire ou accéder à une application spécifique. Un concept né dans les années 70.

On utilise pour cela des applications nommées hyperviseurs. VirtualBox d'Oracle, Parallels, Workstation de VMware ou encore QEMU sont quelques exemples de solutions grand public. Ils s'installent au sein d'un OS classique et déjà en place sur la machine. On parle alors d'hyperviseurs de type 2. 

Mais il peut également être nécessaire de dédier un serveur entier à la virtualisation. Dès lors, un hyperviseur de type 1 peut avoir son intérêt. Ces derniers fonctionnent au plus proche du matériel et assurent un lien direct avec l'OS virtualisé. Ils peuvent prendre la forme de systèmes complets ou de modules du noyau. On trouve dans cette catégorie Hyper-V Server de Microsoft, Xen Server de Citrix, KVM ou encore VMware vSphere Hypervisor (ESXi) de VMware.

VMWare vSphereVMWare vSphereVMWare vSphere

C'est à ce dernier que nous nous intéressons aujourd'hui. Il a en effet quelques atouts : disponible en version gratuite, il est simple à prendre en main, efficace et peut fonctionner tant via une interface web qu'avec différents outils de VMware. Ce sera ainsi une première approche avant de nous intéresser à des systèmes plus complexes tels que Proxmox ou Unraid.

Récupérer l'ISO et l'installer sur votre serveur

Les hébergeurs proposent en général d'utiliser vSphere Hypervisor (ESXi) comme distribution pour leurs serveurs dédiés. C'est notamment le cas d'IkoulaOnline ou OVH en France. Vous pouvez également l'installer sur l'un de vos ordinateurs, classique ou paramétré comme serveur. Nous utiliserons notre machine 1U. 

Cela nous permettra de pouvoir déployer l'ISO facilement à distance. Il nous faut tout d'abord la récupérer. Cela se passe sur le site de VMware, et nécessite la création d'un compte. Il vous suffit de cliquer sur Télécharger, vous serez alors renvoyé sur MyVMware. Une fois connecté, vous aurez accès à la liste des versions avec la possibilité de télécharger leur ISO respective et de disposer d'une clé de licence illimitée (8 vCPU par VM au maximum). 

La version 6.7 de vSphere Hypervisor (ESXi) est sortie en avril, apportant quelques améliorations d'interface, de meilleures performances et la gestion de la mémoire persistante ou de TPM 2.0. Son image ISO pèse 330 Mo environ. Il suffit de la transférer sur une clé USB ou un lecteur optique (réel ou virtuel) puis de démarrer la machine.

Seules quelques étapes sont nécessaires : sélection du périphérique de stockage, langue du clavier, mot de passe root. Le tout peut être bouclé en une dizaine de minutes. Une fois la procédure terminée, la machine affichera un menu et quelques informations comme l'adresse IP à laquelle accéder à l'interface web.

  • VSphere Hypervisor ESXi Installation
  • VSphere Hypervisor ESXi Installation
  • VSphere Hypervisor ESXi Installation
  • VSphere Hypervisor ESXi Installation
  • VSphere Hypervisor ESXi Installation
  • VSphere Hypervisor ESXi Installation
  • VSphere Hypervisor ESXi Installation
  • VSphere Hypervisor ESXi Installation

Découverte de l'interface

Une fois arrivé dans l'interface, vous devrez vous connecter avec le compte root et le mot de passe créé. Bien entendu, vous pouvez créer différents comptes avec des niveaux d'accès différents. 

Il vous sera proposé de participer au programme « d'amélioration du service » qui vise à récolter des données d'usage anonyme (télémétrie), ce que vous pouvez refuser. Vous arriverez alors sur le tableau de bord principal, qui recense les composants de la machine hôte et son usage. Un graphique permet par exemple de voir le taux d'utilisation du CPU et de la mémoire.

Vous pouvez activer des options, comme un accès SSH. Deux sections, Gérer et Surveiller, permettent d'aller un peu plus loin et d'accéder aux remontées des capteurs de température, de vitesse des ventilateurs ou de tension. On y trouve également l'utilisation du CPU cœur par cœur, des logs divers et autres notifications émises par le système.

Trois sections complémentaires sont ensuite disponibles : Machines virtuelles, Stockage et Mise en réseau. Les deux dernières permettent une gestion plus fine du matériel et de la virtualisation liée au stockage (datastores, locaux ou distants) ainsi que l'accès réseau. Des règles de pare-feu y sont par exemple proposées. 

Le tout est assez fluide et fonctionne dans les différents navigateurs que nous avons testés. 

  • VSphere Hypervisor ESXi Découverte
  • VSphere Hypervisor ESXi Découverte
  • VSphere Hypervisor ESXi Découverte
  • VSphere Hypervisor ESXi Découverte
  • VSphere Hypervisor ESXi Découverte
  • VSphere Hypervisor ESXi Découverte
  • VSphere Hypervisor ESXi Découverte
  • VSphere Hypervisor ESXi Découverte
  • VSphere Hypervisor ESXi Découverte
  • VSphere Hypervisor ESXi Découverte

Installation d'une première machine virtuelle

La création d'une machine virtuelle reprendra les basiques du genre, que ceux qui utilisent déjà des outils tels que VMware Workstation connaissent bien. Vous devrez ainsi lui donner un nom, indiquer l'OS utilisé et le niveau de compatibilité avec les précédentes versions de vSphere Hypervisor (ESXi). 

Vous serez ensuite invité à choisir le périphérique de stockage, classique ou en mémoire persistante, puis à paramétrer la configuration matérielle de la machine : nombre de cœurs, mémoire, taille du stockage, réseau, disque optique, etc. C'est ici que vous devrez indiquer où se trouve l'ISO d'installation du système d'exploitation invité, à moins que vous n'utilisiez un serveur PXE ou autre. Dans le cas d'une ISO, l'interface vous permettra de l'uploader sur le serveur.

Une fois la configuration terminée et la machine démarrée, une petite fenêtre apparaîtra dans l'interface. Elle affiche l'écran de la machine virtuelle. Vous pouvez l'agrandir ou la réduire, mais aussi changer la langue du clavier. Vous retrouverez là aussi différentes informations sur la machine, son état, son utilisation des ressources, etc. 

Bien entendu, il est possible d'effectuer des sauvegardes et autres snapshots de vos machines virtuelles. Cet accès via l'interface web n'est pas le seul possible. Outre des méthodes classiques qui dépendent de l'OS (accès RDP, VNC ou SSH), vous pouvez utiliser votre serveur avec un client local VMware Workstation Pro par exemple. 

  • VSphere Hypervisor ESXi Création VM
  • VSphere Hypervisor ESXi Création VM
  • VSphere Hypervisor ESXi Création VM
  • VSphere Hypervisor ESXi Création VM
  • VSphere Hypervisor ESXi Création VM
  • VSphere Hypervisor ESXi Création VM
  • VSphere Hypervisor ESXi Création VM
  • VSphere Hypervisor ESXi Création VM
  • VSphere Hypervisor ESXi Création VM

Plusieurs VM sur une même machine

L'un des avantages de cette solution, c'est qu'elle permet de faire fonctionner simultanément plusieurs machines virtuelles, ce qui n'est pas possible avec la version gratuite VMware Workstation Player par exemple.

Ainsi, vous pouvez utiliser un petit serveur comme solution de remplacement pour différents micro PC comme des Raspberry Pi, tout en ayant de plus larges possibilités en ce qui concerne les OS pouvant être installés (avec un processeur x86), les performances mais aussi les ressources attribuées à chaque instance, qui peuvent facilement évoluer.

Le tout avec des performances proches des capacités natives de la machine hôte. Ainsi, les résultats d'un test CineBench effectué dans une machine virtuelle étaient identiques à quelques points près à ceux relevés sans virtualisation dans notre dossier sur la constitution d'une machine 1U :

VSphere Hypervisor ESXi Multi VMESXi 6.7 Performances Core i7-6700K

Simple et complet malgré sa gratuité

Au final, la promesse est tenue. Le produit est léger, impacte peu les performances de la machine hôte et est aussi simple à prendre en main qu'un hyperviseur peut l'être. Il reste néanmoins complet et devrait suffire même aux utilisateurs avancés.

Bien entendu, ceux qui veulent également gérer depuis leur interface des fonctionnalités clé en main de NAS, serveur email et autres outils dédiés aux joueurs se tourneront plutôt vers des produits comme Proxmox ou Unraid (payant). Mais dès lors que la virtualisation est votre seul objectif, vSphere Hypervisor (ESXi) sera grandement suffisant. 

Publiée le 26 novembre 2018 à 11:40


Chargement des commentaires