Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes
Le ministre de l’Éducation annonce la création d’un Capes d’informatique dès 2020
Loi Crédits : pinstock

Le ministre de l’Éducation annonce la création d’un Capes d’informatique dès 2020

CAPES LOCK
5 min

Le ministre de l’Éducation nationale vient d’annoncer la création d’un Capes d’informatique à horizon 2020. Objectif : améliorer la formation des professeurs, et plus particulièrement de ceux qui seront chargés du nouvel enseignement de spécialité « Numérique et sciences informatiques », prévu dans le cadre de la réforme du bac.

« Nous avons un problème avec le vivier d’enseignants » avait prévenu Pierre Mathiot, auteur du rapport de préfiguration de la réforme du bac, en février dernier, lors d’une audition à l’Assemblée nationale.

Et pour cause : à partir de la rentrée prochaine, les élèves de première se façonneront un parcours « à la carte », en complément d’un socle d’enseignements communs. Finies les traditionnelles série S, ES et L : tous les lycéens suivront désormais les mêmes cours de français, d’histoire-géo ou d’EPS, outre différents enseignements de « spécialité » (qu’ils pourront choisir).

Le numérique pourrait ainsi faire plus largement son irruption au lycée. Du côté des enseignements obligatoires, l’introduction d’un cours d’ « humanités scientifiques et numériques » (de deux heures hebdomadaires) avait initialement été annoncée par le ministère de l’Éducation nationale. En passe d’être plus génériquement intitulé « enseignement scientifique », cette discipline transverse pourrait néanmoins conduire les élèves à « apprendre à coder », comme le souhaite l’exécutif.

Au rayon des enseignements de spécialité, figure d'autre part un cours de « Numérique et sciences informatiques », dont le volume horaire sera de quatre heures en première, puis de six heures en terminale.

Résultat, près de 1 500 lycées auraient besoin de professeurs d’informatique selon Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’Éducation nationale.

Jean-Michel Blanquer promet « des progrès structurels considérables »

Cet article est réservé à nos membres abonnés.

Publiée le 08 janvier 2019 à 16:54


Chargement des commentaires