Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes
Julian  Assange arrêté par la police britannique dans l'ambassade d'Équateur
Justice Crédits : TF1

Julian Assange arrêté par la police britannique dans l'ambassade d'Équateur

Et maintenant ?
2 min

Après avoir été réfugié pendant sept ans dans l'ambassade d'Équateur, Julian Assange a finalement été arrêté par la police britannique, qui a eu l'autorisation de pénétrer dans l'ambassade. Il sera présenté « dès que possible » au tribunal de Westminster.

Le fondateur de WikiLeaks était réfugié dans l'ambassade londonienne de l'Équateur depuis 2012 après avoir obtenu l'asile politique. En 2014, il faisait part de son intention de quitter « bientôt » sa prison dorée, mais rien n'a changé depuis, si ce n'est que ses relations avec l'Équateur se sont largement détériorées ces derniers mois.

En octobre, il attaquait en effet le pays pour dénoncer ses conditions de « détention ». En décembre, le président équatorien Lenín Moreno accentuait la pression sur son réfugié pour qu'il quitte son ambassade, affirmant que la « voie [était] libre pour que M. Assange décide de partir ».

Il y a quelques jours, WikiLeaks affirmait que Julian Assange serait expulsé dans les prochaines heures ou jours. De son côté l'Équateur réfutait « catégoriquement les fausses nouvelles qui ont circulé récemment sur les réseaux sociaux, propagés en grande partie par une organisation liée à M. Assange, évoquant une résiliation imminente de l’asile diplomatique qui lui a été accordé depuis 2012 ». Quito ajoutait au passage qu'en « diffusant des informations qui déforment la vérité, [Assange] et ses associés manifestent une fois encore leur ingratitude et leur manque de respect pour l’Équateur ».

Nouveau rebondissement ce jeudi : Julian Assange a été arrêté par la police britannique. Selon Reuters, cette dernière aurait été invitée à pénétrer dans l'ambassade, car le pays aurait mis fin à son statut d'asile. Sajid Javid, secrétaire d'État à l'Intérieur, confirme sur Twitter : « Près de sept ans après être entré à l’ambassade équatorienne, je peux confirmer que Julian Assange est maintenant en garde à vue et fera face à la justice au Royaume-Uni. Je tiens à remercier l’Équateur pour sa coopération et Metropolitan Police pour son professionnalisme. Personne n’est au-dessus de la Loi ».

WikiLeaks a fait part de son mécontentement : « L’Équateur a illégalement mis fin à l’asile politique de Julian Assange en violation du droit international ». La plateforme confirme elle aussi que son fondateur n'est pas sorti de son plein gré, mais qu'il a été arrêté par les forces de l'ordre londoniennes dans l'ambassade.

De son côté, le président équatorien parle d'une décision « souveraine » prise « après ses violations répétées des conventions internationales et des protocoles de la vie quotidienne ». Depuis octobre, Julian Assange doit suivre des règles strictes concernant ses visites et ses communications, risquant un retrait de son droit d'asile en cas d'infraction.

Il s'était réfugié en 2012 alors qu'il était accusé de viol en Suède, une affaire qui a depuis été classée. L'arrestation d'aujourd'hui a été menée dans le cadre d'un mandat datant de juin 2012 du tribunal de Westminster, pour non-présentation de la part de Julian Assange.

Il est désormais en garde à vue et sera « présenté au tribunal de Westminster dès que possible » indiquent les forces de l'ordre. Certains craignent désormais qu'il ne soit extradé vers les États-Unis.

Publiée le 11 avril 2019 à 13:22


Chargement des commentaires