Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes
La route solaire de WattWay (dans l'Orne) produit beaucoup moins que prévu
Nouvelle Techno MàJ Crédits : COLAS-Yves SOULABAILLE.

La route solaire de WattWay (dans l'Orne) produit beaucoup moins que prévu

Et c'est peu de le dire...
8 min

Mise à jour du 3 juin 2019 à 09:58 :

WattWay a répondu à certaines de nos questions et nous avons donc intégré les réponses dans cette actualité.


Deux ans et demi après le lancement de la route solaire de WattWay, quel bilan énergétique peut-on en tirer ? La production est largement moins importante que prévu, mais la société se veut rassurante. Elle compte commercialiser des produits cette année, mais pas sous la forme d'une route.

Fin décembre 2016, « la première route solaire du monde » était dévoilée en grande pompe en France, c'est du moins ce qu'affirmait la ministre de l'Environnement et de l’Énergie de l'époque (Ségolène Royal). Elle a nécessité près de cinq ans de développement pour obtenir un tronçon d'un kilomètre en Normandie (Tourouvre), financé à hauteur de 5 millions d'euros par le ministère de l'Environnement. 

Une opération « reconquête » à Tourouvre ?

L'inauguration avait lieu le 22 décembre... le lendemain du solstice d'hiver. Quoi de mieux en effet pour une route solaire que de la lancer le jour le plus court de l'année, donc avec le moins d'ensoleillement. Depuis, plusieurs obstacles se sont dressés sur la route solaire, dont l'intégralité des panneaux photovoltaïques pourrait prochainement être remplacée, selon Ouest France.

« Avec le recul, l’expérience s’avère décevante et ne répond pas aux objectifs de rentabilité prévus, générant même des nuisances sonores. Une opération "reconquête", à l’initiative du constructeur, semble en marche », expliquent nos confrères. Première étape du plan : peindre sur la glissière de sécurité de la route une grande fresque murale, avec les graffeurs nantais du Collectif 100 Pression. Seconde étape selon Ouest France : raccourcir la route solaire à 700 mètres et changer l'intégralité des panneaux solaires. L'ensemble devrait être terminé pour l'inauguration de la fresque début juin. 

Quoi qu'il en soit, Bouygues (la maison mère de Colas et donc de WattWay) semble se satisfaire de cette expérimentation et espère bien commercialiser ses premières solutions cette année. Mais quels sont d'ailleurs les premiers résultats de cette expérimentation ? Nous avons interrogé WattWay à plusieurs reprises, sans réponse pour l'instant. Qu'à cela ne tienne, nous avons pu obtenir des chiffres d'une autre manière.

Après la publication de cet article, nous avons pu avoir quelques précisions que nous avons ajoutées.

149,4 MWh en un an au lieu de... 280 MWh espérés

Environ six mois après le lancement, nous avions tenté d'obtenir auprès de WattWay des premiers retours sur son expérimentation : production solaire, robustesse des installations, réaction des usagers, etc. Malheureusement, malgré des promesses de réponses à l'époque, nous n'en avons pas eu une seule.

Nous avons récemment retenté l'opération, avec plus de succès, mais pas de chiffres précis : « Aujourd’hui, nous pouvons dire qu’un mètre carré d’une dalle Wattway, en fonction à la fois du climat et du trafic, génère entre 40 kWh et  120 kWh par an. A Tourouvre, nous sommes sur la base de 80 kWh/m²/an ». Lors de l'annonce fin 2017, le rendement estimé était de 100 kWh/m² pour rappel.

Obtenir des chiffres précis sur la production de cette route solaire n'est donc pas aisé, mais pas impossible non plus. Lors d'une interview à l'AFP en décembre 2017, le directeur de WattWay (Étienne Gaudin), en donnait un : la route avait produit 149,4 MWh sur 12 mois, contre 280 MWh attendus lors du lancement, soit quasiment deux fois moins que prévu. 

Pour rappel, en octobre 2016 lors du lancement du chantier (deux mois avant l'inauguration de la route solaire), Ségolène Royal s'était un peu emballée sur le rendement attendu : « La production attendue est de 17 963 kWh par jour, soit la consommation pour l’éclairage public d’une ville de 5 000 habitants ». La « bourde » avait été corrigée sur le site du ministère et par WattWay dans son communiqué de presse.

250 MWh seulement en plus de deux ans ?

Fin 2018, une interview d'Étienne Gaudin à Le Perche est agrémentée d'une photo du panneau indiquant la production instantanée, journalière et cumulée depuis sa mise en service en décembre 2016. Les données EXIF de la photo la date au 22 février 2019, en phase avec la publication de l'actualité le 6 mars 2019. Contacté, l'auteur de l'actualité Raphaël Hudry nous confirme qu'elle date bien de février dernier. 

Au bout de 792 jours, la production totale est donc de 250 MWh... seulement. En restant sur le rythme de la première année, elle aurait dû être de 300 MWh fin 2018, et donc légèrement plus élevée deux mois plus tard (les panneaux produisent logiquement beaucoup moins en hiver qu'en été). Autant dire qu'on est loin du compte avec 250 MWh. WattWay en attendait 560 MWh. 

Objectif rempli à 85 %* (* : sauf panne)

Fin 2017 à l'AFP, le directeur général relativisait : en prenant uniquement en compte les dalles ayant fonctionné en continu (certaines ont sauté suite à des orages), l'objectif aurait été rempli à 85 %. Il s'agit de calculs théoriques, ne représentant donc pas la réalité du terrain, mais qui permettent au fabricant d'afficher des chiffres plus en phase avec ses annonces. 

Notez que l'on retrouve exactement le même chiffre de 85 %, toujours dans la bouche d'Étienne Gaudin, mais dans l'entretien avec Le Perche fin 2018. Si la production annuelle est moins importante, mais que le rendement hors « événements exceptionnels » et autres « dysfonctionnements » reste le même, cela signifie mathématiquement que ces derniers ont été plus nombreux en 2018. Le dirigeant ne donne aucune explication. Mais c'est peut-être la raison de la baisse de la production pour l'année 2018 avec 100 MWh seulement (contre 150 MWh en 2017).

Pour ne rien arranger, la société SNA qui avait produit les panneaux solaires utilisés par WattWay était placée en liquidation judiciaire. Deux repreneurs s'étaient fait connaitre, dont FBJB (groupe VMH Énergie) pour la partie photovoltaïque. Là encore selon Ouest France, cette activité serait à l'arrêt depuis plusieurs semaines et la société ne souhaite visiblement pas s'exprimer sur le sujet. 

Ces mauvaises nouvelles à répétitions pourraient aussi avoir poussé le fabricant à refaire sa route avec de nouveaux panneaux, comme pense le savoir Ouest France. 

WattWay reste vague dans sa réponse : « Du fait de l’avancée du projet, le site de Tourouvre sera amené à évoluer. Nous sommes en discussion avec le Département de l’Orne pour décider ensemble de l’évolution la plus adaptée pour le territoire, mais nous ne pouvons pas vous en dire plus tant que les choses ne sont pas actées. En attendant, nous poursuivons notre travail et les travaux qui ont eu lieu récemment, entrent dans ce cadre. Tous les travaux réalisés depuis la livraison de l’installation du site pilote de Tourouvre, sont à la charge de Colas. Nous ne communiquons pas le montant de nos investissements dans le cadre de la R&D ».

Bruit, pertes solaires dues au trafic, rentabilité...

Guy Monhée, maire de Tourouvre est ravi d'avoir attiré les caméras du monde entier sur sa ville grâce à cette route solaire, mais note un souci : le bruit. « J'ai été surpris quand j'ai roulé dessus. Cela fait un vacarme, un peu comme si on roulait sur des pavés. La vitesse a dû y être limitée à 70 km/h, car trois riverains se plaignaient », explique-t-il à l'AFP. Mis à part ce trio, « les usagers ne s'en plaignent pas ». Il était alors question de tester des dalles plus plates et faisant moins de bruit, mais nous sommes sans nouvelles depuis.

À La Perche, le directeur de WattWay explique que « la température n'est pas forcément plus gênante que pour les panneaux posés sur des maisons ». Par contre, la position horizontale n'est évidemment pas idéale pour les panneaux solaires et ferait perdre 10 % par rapport aux fermes solaires, auxquels s'ajoute une perte de « 20 % à cause du trafic et de l'ombrage ».

Selon WattWay, 5 % des dalles avaient été remplacés au bout d'un an (fin 2017). Le même chiffre est avancé fin 2018 à nos confrères de La Perche. Soit environ 125 dalles par an sur un total de 2 500. Le coût des travaux pour chaque changement n'est pas précisé. Le fabricant espère obtenir un taux inférieur lors de la commercialisation.

WattWay nous explique que « le site pilote de Tourouvre est un site expérimental (comme la quarantaine de sites pilotes Wattway installés à ce jour dont la surface oscille généralement entre 25 et 100 m²). De par sa taille, le site de Tourouvre est un véritable laboratoire à ciel ouvert et sa surface nous a permis de tester simultanément différents matériels ».

Il a permis à la société de valider/optimiser certains points : architecture électrique avec quatre fois moins d'armoires et de câblage, techniques de pose, expérimentation de différents matériaux, procédures de remplacement de dalle et usages de l’électricité produite.

La commercialisation arrive

La filière de Bouygues le reconnait sans détour : « Nous n'atteignons pas la rentabilité, cependant le projet WattWay permettra de produire de l'énergie un peu n'importe où. Le site de Tourouvre nous permet de progresser, mais cela ne va pas être le modèle de commercialisation ».

Cette expérimentation grandeur nature a donc permis d'essuyer les plâtres sur la pose et le raccordement des dalles, et ainsi préparer l'avenir... qui ne sera vraisemblablement pas une route. Il s'agira plus certainement de petites portions de chaussées, notamment dans des zones électriquement blanches.

WattWay confirme : « L’ensemble des sites pilotes déployés en France et à l’international nous a permis d’affiner notre solution et en tant que spécialiste de la route, nous allons pour la fin de l’année proposer des solutions qui permettront d’alimenter des équipements en bord de voirie, notamment dans des zones blanches où le raccordement au réseau serait trop coûteux. La solution Wattway permettra d’alimenter en électricité des équipements qui offriront un meilleur service aux usagers. Par exemple, mettre en lumière un abri de bus sur une route de campagne, permettre la recharge de vélos ou de voitures électriques… »

Enfin, la maison mère Bouygues affirme être en mesure de « débuter la commercialisation » des produits WattWay cette année, c'est du moins ce qu'elle indique dans son rapport intégré 2018 publié le 25 avril 2019.

Saint-Jean-d’Alcapiès WattWay
Un parking solaire de WattWay à Saint-Jean-d’Alcapiès pour alimenter un gîte.

Publiée le 29 mai 2019 à 15:44

Mise à jour le 29 mai 2019 à 15:44


Chargement des commentaires