Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes
Si vous n’avez rien compris au bras de fer Gad Elmaleh vs CopyComic
Justice Crédits : CopyComic Gad Elmaleh George Carlin

Si vous n’avez rien compris au bras de fer Gad Elmaleh vs CopyComic

Miskine !
10 min

Des vidéos questionnant sur de possibles plagiats dans les sketchs de l’humoriste. Des demandes de retraits visant Twitter, qui fait finalement marche arrière. Une procédure rendue sans contradictoire, afin de contraindre Facebook à communiquer les IP, des accusations qui fusent et accusent Kheiron… Bienvenue dans l’affaire Gad Elmaleh vs CopyComic.

En avril 2009, à l'heure de la loi Hadopi, cet humoriste affirmait au journal de France2 « oui à la loi contre le piratage, [il faut] condamner le piratage, le vol ». La loi était votée quelques semaines plus tard.

Dix ans plus tard, le fan d'Hadopi est épinglé dans deux vidéos (partie 1, partie 2). Ce chantre de la propriété intellectuelle, Gad Elmaleh, est soupçonné avec d’autres humoristes, dont Tomer Sisley, de plagiat, du moins sous une forme interrogative. L’index pointé sur ces rois du stand up est celui d’une chaîne YouTube : CopyComic Vidéos

Celui qui se fait appeler « Ben » a sa notoriété aujourd’hui sur les réseaux sociaux, dans les médias, mais il met un point d’honneur à ne pas monétiser ses flux. Il récure des kilomètres de sketchs pour trouver d’ « étranges ressemblances entre humoristes », slogan de sa chaîne. Tout est filmé, présenté en miroir. Aux internautes de trouver les sept erreurs, derrière de nombreuses similitudes.

La riposte graduée n’a évidemment pas tardé. « Gad Elmaleh accusé de plagiat : à Montréal, une salle de spectacle ne veut plus de lui » titre le Figaro le 31 janvier 2019. La salle en question ? La bien nommée Bordel Comedy Club. Même le 13 mai 2019, lors de la prestigieuse cérémonie des Molières, Alex Vizorek ose le gag sur Gad pour surfer sur ces accusations désormais tatouées sur son derme. 

Les pieds dans le bouhhhh, l’intéressé tente bien sûr l’explication, la défense, la justification. « Mon métier d’humoriste ne se résume pas à une liste de blagues. Ce qu’on propose, c’est un regard, une vision du monde, c’est un univers » assure ce prophète sur Europe1. « Pathétique », « indéfendable », « épouvantable » rétorque l’humoriste canadien Martin Petit, l’un des « visionnés ». 

De Chouchou à l'entrepreneur armé de droits voisins

Elmaleh n’est pas seulement un humoriste très visionnaire. Il est aussi entrepreneur par sa société K2S Productions. Et bien entendu, avec des ombres de plus en plus menaçantes sur ses investissements, le temps judiciaire n’allait pas tarder à gronder.

Il a d’abord pensé qu’en éteignant la TV, on allait faire disparaitre les guerres ou la faim dans le monde. Tout en ignorant l’effet Streisand, l’une des Grandes Lois d'Internet. Nous avions déniché ce missile sur Lumen (capture ci-dessous). Cette base, précieuse, recense l’ensemble des notifications de retraits adressées notamment par des ayants droit à Twitter, Google et les autres.

Le 19 février, Gad a donc demandé au microréseau social de torpiller les tweets embarquant les deux vidéos litigieuses. « Atteinte à mes droits voisins ! », clame-t-il en substance, du moins selon le « DMCA Take Down » rendu public par le compte @CopyComicVideos. Aux manettes, Me Isabelle Wekstein-Steg, avocate du cabinet Wan Avocats, également réalisatrice.

lumen cabinet wan gad elmaleh

Les liens entre la star et l’avocate ne datent pas d’hier. En 2012, celle-ci avait déjà raconté dans un post sur le Huffington Post la performance de Gad Elmaleh contre Dailymotion devant le TGI de Paris. « Belle victoire donc pour Gad Elmaleh qui est intervenu personnellement dans cette affaire » concluait-elle dans ce billet sans préciser qu’elle défendait contre l'hébergeur, le principal intéressé et sa société de production (notre actualité). 

Twitter retire les deux tweets, puis les remet en ligne

Bref. Après réception de cette notification, Twitter s’exécute. Grave erreur, qu’on peut expliquer, sans excuser. Avec un centre de traitement installé au Royaume-Uni, parfois plus loin encore, les modérateurs de ce réseau n’ont pas percuté la finesse des vidéos de CopyComic, en particulier ce possible bénéfice de l’exception d’analyse critique prévue par l’article L211-3 du Code de la propriété intellectuelle.

Cette exception permet à quiconque, « sous réserve d'éléments suffisants d'identification de la source », de publier des « analyses et courtes citations justifiées par le caractère critique, polémique, pédagogique, scientifique ou d'information de l'oeuvre à laquelle elles sont incorporées »

Résultat : ces deux messages sont retirés fissa. Hop ! Sauf qu’alerté, Twitter fait finalement marche arrière quelques jours plus tard. Évidemment, chacun de ces évènements provoque un bel effet Streisand, inévitable à chaque coup de ciseaux mal apprécié par les Internautes.

Face à ce bruit médiatique, Gad Elmaleh, grimé en « Chouchou » poste le 14 février, ce message sur Twitter. 

Une requête pour obtenir les IP du compte Facebook de CopyComic

En réserve, d’autres armes que la dérision ou la tentative d’humour sortent de leur sommeil. Son avocate a réclamé cette fois de Facebook l’ensemble des données de connexion afin d’identifier le fameux CopyComic.

Début avril, une demande est reçue par l’un des cabinets américains de Facebook, suite à une ordonnance sur requête rendue par le TGI de Paris. Une procédure non contradictoire.

Elle a demandé et obtenu les « BSI » du compte, à savoir les « Basic Subscriber Informations » qui comportent la date et l’heure de création de son compte outre « les IP utilisées pour les récents log-in et log-out », explique Facebook.

Avec de telles données, quelle peut être l’étape ultérieure ? Si l’on met de côté l’intimidation, la pression sociale (« je sais qui tu es ! »), cela peut consister au hasard à se rendre chez un FAI pour réclamer les données d’identification derrière l’adresse. Puis d'envisager un autre climat judiciaire.

Une balance, selon un complice de Gad Elmaleh

C’est dans ce contexte que dimanche 2 juin 2019, un drôle de message est apparu sur Twitter : 

Il est signé Philippe Lellouche, « acteur-auteur-metteur en scène-animateur de Top Gear France », dixit sa bio Twitter. C’est surtout un très proche de Gad Elmaleh, d’ailleurs à l’affiche avec lui pour la pièce « l’Invitation ».

Son message insinue que derrière CopyComic se cache Kheiron. Il fait suite à un autre post, cette fois sur Instagram, signé Sandra Sisley, épouse de Tomer, qui ce même week-end a interpellé elle aussi Kheiron, assurant qu’il est « identifié ». Elle a mis également en cause Baptiste Le Caplain, un autre humoriste, tout autant accusé d’être CopyComic...

Témoignage de sa respectueuse affection, elle ajoute un joli doigt d’honneur à son message.

sandra sisley

Retour sur Twitter, Lellouche démultiplie les coups de griffe. Copy Comic ? Sûrement pas un « lanceur d’alerte », mais une « balance ». Et celui-ci d’assurer que « vous verrez demain. Les preuves sont concrètes »

Les révélations de Touche pas à mon Poste, finalement enterrées

C’est Cyril Hanouna qui devait dévoiler ces preuves dans son émission sur C8, Touche pas à mon poste, là même où Sandra Sisley officiait en tant que chroniqueuse. Sauf que quelques instants avant l’émission de lundi, les principaux mis en cause ont publié les uns après les autres une pluie de démentis.

Le 3 juin, Kheiron assure « Non, je ne suis pas CopyComic. C’est clair, précis et sans équivoque », mais il épingle ceux qui sans vergogne pompent les contenus : « Ca fait des années que mes collègues humoristes et moi-même assistons à un sempiternel vol de textes dans l’impuissance la plus totale »

« Je ne sais pas pour vous, mais me concernant, lorsque quelqu’un dénonce des gens qui ont une attitude nuisible, ce n’est pas un délateur, mais un lanceur d’alerte. C’est un acte citoyen ». Et celui-ci d’admettre avoir aidé la chaîne, comme beaucoup d’autres, dans sa quête des ressemblances. 

Pas de « thread » pour Baptiste Le Caplain qui est allé plus directement au but « Je citerai donc #MichalKwiatkowski: " Noooooon ! Vous êtes fouuuuuuu ! C’est pas moiiiiiiii !" ». Et CopyComic de rajouter une couche sur ces prétendues révélations.

Les « excuses » de Sandra Sisley

Quant à l’épouse de Tomer Sisley, elle a depuis tenté de faire amende honorable dans un long post sur Instagram  :

« @Kehiron, J’ai dit vous avoir identifié. Identifié comme un des informateurs actif de copy comic. Je n’ai jamais dit « c’est copy comic » ou « Kheiron est Copy comic ». J’ai dit : « identifié✔ » et « on sait ». Relisez BIEN mon post. Je suis fière d’avoir eu raison.

Vous avouez avec grande fierté être un des informateurs et une des sources de copycomic. Je vous remercie de cet aveu.

Quel dommage d’avoir fait ça si longtemps à visage couvert, vous êtes un des héros du public. Grâce à moi et à votre confirmation sur Tweeter les gens peuvent directement vous remercier, vous encenser. Et moi bizarrement (alors que nous disons la MÊME CHOSE) me faire insulter, me faire trainer dans la boue, me faire dénigrer et humilier sur mon âge mon physique ou même la religion de mon mari...

Vous apportez vous même par votre intervention la preuve que mon identification était juste. Vous en êtes fier. Moi aussi. Sachez que je n’ai jamais ni encouragé ni validé le Plagiat, de la même manière que je ne supporte pas la délation anonyme.

En ce qui concerne le reste de l’affaire, je ne suis pas, comme je l’ai dit, détentrice des autres preuves existantes et je n’ai pas la maîtrise du timing d’autrui. Peu importe, Je n’en ai pas eu besoin pour que mes dires soient confirmés par vous-même.

Je ne vous ai en rien diffamé, je vous ai révélé et vous comme moi en sommes fiers.

Vous dîtes la vérité, moi aussi.

Petit message à mes amis haters:

Si le flot d’insultes, d’horreurs en tout genre, de menaces, d’ignominies pouvaient cesser ...J’ai bien compris que toutes les vérités n’étaient pas bonnes à dire.

Merci ».

Celle-ci termine son long message en s’excusant pour le doigt d’honneur. Chez Hanouna, plus aucune nouvelle de ses révélations. Miskine ! Quant à Lellouche, on attend toujours ses preuves concrètes. 

Une ancienne démarche, mais une ordonnance datant du 12 février

Quittons cependant ces bisbilles et revenons au dur. Le 10 avril le Parisien publie le témoignage de l’avocate de Gad Elmaleh, interrogée sur les fameuses demandes d’IP adressées à Facebook.  « Aucune plainte n’a été déposée ni aucune assignation délivrée », assure l’intéressée auprès de nos confrères (elle n’a jamais retourné nos appels).  

Simplement, « il s’agit d’une ancienne démarche diligentée par mes soins il y a plusieurs mois, dans le cadre de procédures automatiques de demandes de retrait de vidéos, mises en place depuis plusieurs années.  Je ne l’ai pas poursuivi et je n’ai rien engagé depuis à l’égard de Facebook ou de quelque plateforme que ce soit. »

Contacté, Me Nicolas Rebbot, avocat de CopyComic, nous indique que l’ordonnance sur requête obtenue par sa consœur date très exactement du 12 février 2019, soit une quinzaine de jours après la vidéo « Gad Elmaleh Partie 1 », publiée le 28 janvier 2019. « C’est l’une des rares choses que j’ai pu obtenir grâce au numéro de requête inscrit sur le RPVA », le Réseau Privé Virtuel des Avocats, qui orchestre le dialogue avec les tribunaux.

Ce référé est fondé sur l’article 145 du Code de procédure civile, selon lequel « s’il existe un motif légitime de conserver ou d’établir avant tout procès la preuve de faits dont pourrait dépendre la solution du litige, les mesures d’instruction légalement admissibles peuvent être ordonnées à la demande de tout intéressé sur requête ou en référé ».

Facebook a bien transmis des données de connexion à l’avocate de Gad Elmaleh, mais Me Rebbot ne parvient pas à s’en faire remettre copie. Impossible donc de savoir si cette requête est effectivement fondée sur une atteinte aux droits voisins ou sur un autre champ (diffamation ou autre ?).

CopyComic pourrait bien envisager un « référé-rétractation », pour faire revenir l’affaire devant le juge initial, mais la démarche impliquerait la révélation de son identité. Son avocat ne sait pas davantage s’il y a d’autres actions parallèles, par exemple une plainte contre X au pénal.

Une certitude : les adresses IP transmises par Facebook ne sont exploitables qu’à condition que CopyComic se soit connecté de chez lui, sans utiliser un VPN. Ce réseau privé virtuel a pour fonction de cacher la vraie adresse IP, rendant alors vaines les demandes d’identification adressées à tel ou tel fournisseur d’accès.

Publiée le 07 juin 2019 à 17:44


Chargement des commentaires