Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes
Fibre : l'Arcep demande aux acteurs « d'intensifier leurs efforts »
Téléphonie

Fibre : l'Arcep demande aux acteurs « d'intensifier leurs efforts »

Caresser d'une main, fouetter de l'autre
6 min

L'observatoire trimestriel du marché haut et très haut débit de l'Arcep est l'occasion de « prendre le pouls » de l'accès à l'internet fixe en France. La fibre optique affiche toujours une santé de fer, aussi bien sur les abonnements que les déploiements. L'Arcep demande tout de même aux professionnels d'accélérer encore le mouvement.

Le régulateur des télécoms vient de mettre en ligne son observatoire du marché fixe sur le haut et très haut débit pour le premier trimestre. L'occasion de faire le point sur la fibre, mais aussi de comparer ses informations avec celles du 7e observatoire du très haut débit (édition 2019) d'InfraNum, alias la Fédération des Entreprises Partenaires des Territoires Connectés (ex-Firirp).

Alors que les industriels du secteur se félicitaient récemment d'être « certains » de tenir l'objectif de « 80 % en fibre optique en 2022 » du plan France THD, le régulateur leur demande d'encore d'« intensifier leurs efforts pour atteindre les objectifs de couverture qu’ils se sont fixés ». Ambiance...

Le premier trimestre de l'année confirme sans aucune surprise « la progression continue du nombre d’abonnements et du déploiement de la fibre optique de bout en bout (FTTH) ». L'Arcep fait le point sur les déploiements d'Orange et SFR dans les zones d'AMII et améliore son outil Cartefibre qui propose une vue prévisionnelle des déploiements de la fibre en France. 

 9,5 millions d'abonnements THD, 5,3 millions en FTTH

Trimestre après trimestre, la tendance est la même : le nombre d'abonnements haut et très haut débit augmente doucement, pour arriver à 29,3 millions fin mars. Dans le détail, les abonnements au haut débit (moins de 30 Mb/s) sont en baisse avec 19,2 millions, au profit de ceux à plus de 30 Mb/s (la limite du très haut débit) qui atteignent 9,532 millions.

En 12 mois, 2 millions de clients supplémentaires sont ainsi passés au très haut débit puisqu'ils n'étaient que 7,5 millions au premier trimestre 2018. La croissance vient en très grande partie de la fibre optique. En un an, les clients FTTH sont ainsi passés de 3,6 millions à 5,3 millions, soit 1,7 million de plus sur les 2 millions de croissance du très haut débit.

« Au total, à la fin du 1er trimestre 2019, 20,8 millions de locaux étaient éligibles à des services à très haut débit, toutes technologies confondues, dont 14,6 millions en dehors des zones très denses ». Sur ces 20,8 millions, 46 % ont sauté le pas et profitent effectivement d'un abonnement à plus de 30 Mb/s. Sur les 14,5 millions de prises éligibles à la fibre, 37 % en profitent réellement (5,3 millions).

  • Arcep observatoire déploiement fixe T1 2019
  • Arcep observatoire déploiement fixe T1 2019
  • Arcep observatoire déploiement fixe T1 2019
  • Arcep observatoire déploiement fixe T1 2019

Déploiement de la fibre : accélération ou ralentissement suivant le référentiel

Concernant les déploiements de la fibre, le rythme « s’est accéléré par rapport au premier trimestre de l’année dernière, et s’établit à 899 000 lignes de plus sur le trimestre », pour atteindre 14,456 millions (en hausse de 32 % sur un an). Certes, mais il a surtout baissé par rapport au quatrième trimestre de 2018 où il était question de 1,016 millions de plus ; un chiffre « historique » puisque le million était dépassé pour la première fois. Aux deuxième et troisième trimestres de l'année dernière, la moyenne était aux alentours de 800 000 prises raccordables supplémentaire tous les trois mois.

L'Arcep rappelle ainsi aux acteurs qu'ils doivent « encore intensifier leurs efforts pour atteindre les objectifs de couverture qu’ils se sont fixés ». Pour rappel, InfraNum tablait sur 4,3 millions de prises raccordables sur l'année 2019, soit une moyenne de plus d'un million par trimestre ; c'est donc loupé pour les trois premiers mois de l'année. 

Pour établir ses estimations, Étienne Dugas, président d'InfraNum, s'était basé sur le million de prises raccordables ajoutées au quatrième trimestre. Or, comme l'avait fait remarquer une personne dans l'assistance, le quatrième trimestre est généralement synonyme de bons chiffres pour le déploiement de la fibre. L'année 2018 le prouve une nouvelle fois. 

Étienne Dugas n'avait pas esquivé le sujet et avait répondu : « Est-ce qu’on les fera [les 4,3 millions, ndlr] ? Objectivement, je n’y crois pas ». Mais ce n'était pas forcément un problème pour le président d'InfraNum : « Quand bien même nous ferions 4,1 ou 4,2 millions, on fera les 4,5 millions en 2020 ». Pour tenir l'objectif bas de 4,1 millions, il faut désormais tenir une moyenne de 1,067 millions sur les trois prochains trimestres. Pas impossible, mais il faut éviter un nouveau trimestre à  moins de 900 000. Affaire à suivre. 

  • Arcep observatoire déploiement fixe T1 2019
  • Arcep observatoire déploiement fixe T1 2019

557 000 prises raccordables en plus dans la ZMD privée

Dans le détail des 899 000 prises supplémentaires raccordables, la ZMD (Zone Moyennement Dense) d'initiative privée concentre le gros du travail avec 557 000 prises à elle seule. La ZMD d'initiative publique est à plus de deux fois moins avec 235 000 prises et enfin la zone très dense n'a progressé que de 106 000 prises raccordables.

Au total, Orange est largement en tête avec le déploiement de 9,831 millions de prises, suivi par Altice/SFR avec... 1,675 million et Free Infrastructure à 341 000. Les autres opérateurs d'infrastructure sont à 2,609 millions.

Sur les 14,455 millions de lignes FTTH, 11,319 millions (+939 000) ont le choix entre au moins deux opérateurs. Elles sont 7,372 millions (+707 000) à pouvoir choisir entre trois et enfin 4,501 millions (+525 000) à avoir au moins quatre opérateurs. Il en reste donc toujours plus de 3 millions pour lesquels les clients ne peuvent pas faire jouer la concurrence entre les FAI.

Le point sur les déploiements AMII d'Orange et SFR

Le gendarme des télécoms publie aussi un suivi des engagements du déploiement FTTH dans les zones d'Appel à manifestations d'intentions d'investissement (AMII). Le régulateur rappelle que, « en pratique, une petite partie des locaux ayant pu être rendus raccordables par un autre opérateur que l’opérateur engagé, les graphiques présentent cette distinction à titre informatif, à compter du 2e trimestre 2018 ».

Orange est pour le moment en dessous des 6 millions de prises sur les plus de 10 millions prévues pour fin 2020. SFR est de son côté à un peu plus d'un million sur les près de 2,5 millions qu'il doit atteindre à la même échéance. Dans les deux cas, les courbes de progression laissent penser que l'objectif peut être tenu avec une légère accélération. Rien d'alarmant en tout cas pour l'Arcep qui ne fait aucun commentaire sur le sujet.

  • Arcep observatoire déploiement fixe T1 2019
  • Arcep observatoire déploiement fixe T1 2019

Vue prévisionnelle sur le site Cartefibre

Le régulateur en profite enfin pour mettre à jour son site Cartefibre.arcep.fr. Il « s'enrichit et permet dorénavant de visualiser les immeubles et de suivre de façon précise l'avancée des déploiements FTTH ». Ce n'est pas tout : « le site offre aussi une nouvelle vue prévisionnelle qui donne la possibilité de s’informer sur le délai de raccordement à la fibre optique à l’échelle de la commune ».

L'échelle du temps dispose de quatre barreaux : travaux en cours ou terminés, début des travaux cette année, l'année prochaine, ainsi que dans deux ans ou plus. Il est possible de cliquer sur les zones afin d'obtenir de plus amples informations, notamment le nom du porteur du projet.

Le régulateur explique que « la collecte de ces données prévisionnelles est réalisée auprès des opérateurs, par l’Arcep, et auprès des collectivités territoriales porteuses d’initiatives publiques de déploiement, par l’Agence du Numérique ».

  • Arcep Cartefibre.arcep.fr T1 2019
  • Arcep Cartefibre.arcep.fr T1 2019
  • Arcep Cartefibre.arcep.fr T1 2019
  • Arcep Cartefibre.arcep.fr T1 2019

Publiée le 07 juin 2019 à 16:44


Chargement des commentaires