Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes
Boursorama Ultim : une carte sans frais à l'étranger, « gratuite » et sans conditions de revenus
Services

Boursorama Ultim : une carte sans frais à l'étranger, « gratuite » et sans conditions de revenus

Mais pas en métal
3 min

Alors que l'été approche, la multiplication des services proposant la gratuité des frais de carte bancaire à l'étranger semble commencer à inquiéter le monde bancaire. Boursorama apporte sa réponse en lançant Ultim.

Face à la montée en puissance des néobanques, qui multiplient les services via leurs applications et cartes bancaires certains acteurs tentent d'apporter une réponse pour ne pas inciter leurs clients (et leurs fonds) à partir ailleurs.

Dans la banque traditionnelle, on voit encore assez peu de changements, sans doute parce que les clients y sont considérés comme relativement captifs. Ce n'est pas la même chose pour le secteur de la banque en ligne. Son succès s'est en effet construit sur les services numériques innovants et le faible coût.

Cette nouvelle concurrence est donc perçue comme une menace directe. Boursorama (appartenant à la Société Générale) a donc décidé de lancer son offre Ultim.

Une offre intéressante, avec certaines limites

Gratuite sous réserve d'une utilisation minimum par mois (15 euros sinon), elle est accessible sans condition de revenus (salaire ou encours) pour les nouveaux clients. Ainsi, aucun justificatif ne vous sera demandé pour votre salaire ou autre. Ce compte donne accès à une carte VISA sans frais à l'étranger hors zone Euro (paiement et retraits).

Une offre qui complète Welcom par le haut, lancée au bon moment : peu avant les vacances d'été. La carte reprend certains des codes des modèles « nouvelle génération » : noire, des numéros placés sur le dos plutôt qu'en façade où seul le nom du propriétaire est visible. Boursorama n'a par contre pas poussé jusqu'à la proposer en version métallique.

Tout ne sera par contre pas aussi simple que pour une néobanque. Ainsi, un premier versement de 500 euros est exigé à l'ouverture du compte, les fonds étant directement utilisables. De plus, la procédure sera sans doute un peu plus complexe puisqu'il s'agit d'un compte bancaire à part entière.

Offre Boursorama Juin 2019

Lorsque l'on se plonge dans les conditions tarifaires, on rencontre les habituelles surprises oubliées dans le communiqué de presse. Ainsi, on apprend que la carte n'est pas à débit immédiat ou différé, mais à autorisation systématique. L'autorisation de découvert, elle, est la même que sur l'offre Welcom : 100 euros mois, modifiable à 200 sans condition.

Les plafonds sont par contre identiques à l'offre Premier : 920 euros par semaine (retrait) et 3 000 par mois (paiement). Bien entendu, tout cela peut ensuite être négocié selon votre situation. 

Les clients actuels pénalisés

Si vous êtes déjà clients, il y a une autre surprise : Ultim n'est accessible que sous condition de revenus. Ce sont les mêmes que pour une carte VISA Premier :

  • 1800 euros par mois minimum de flux créditeurs sur les 90 derniers jours
  • 5000 euros d’encours sur vos différents comptes

Le tout est doublé pour un compte joint. La migration est pour le moment indisponible.

Ne pas se laisser déborder par la concurrence

Outre les virements instantanés, gérés depuis peu, Boursorama précise que les services Apple Pay, Google Pay et Samsung Pay sont pris en charge, là aussi sans frais depuis l'étranger. N26 et Revolut, et dans une certaine mesure l'offre Premium d'Orange Bank, sont clairement visés par cette initiative, qui a l'intérêt d'être moins chère.

La banque en ligne met en avant son offre complète : gestion du découvert, crédits, épargne, assurances, bourse. Elle a aussi l'avantage de gérer les chèques (mais pas le dépôt sans frais d'espèces). Elle estime dans tous les cas qu'Ultim participera à la réalisation de son objectif d'obtenir trois millions de clients d'ici 2021.

Mais elle doit aussi faire avec ses défauts. Notamment son application qui, bien que correcte, est encore loin de l'efficacité de celles de ses jeunes concurrents. Un point clé pour séduire leur clientèle.

Publiée le 12 juin 2019 à 08:17


Chargement des commentaires