Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes
L’Assemblée invitée à davantage de transparence, notamment sur les présences en hémicycle
Loi Crédits : debraydavid/iStock/Thinkstock

L’Assemblée invitée à davantage de transparence, notamment sur les présences en hémicycle

Que les absents lèvent le bras
6 min

Afin d’améliorer la visibilité sur le travail des députés, un rapport commandé par l’Assemblée nationale plaide pour la mise en ligne d’un « agenda public » relatif à chaque élu. L’institution est par ailleurs invitée à ouvrir davantage de données, renseignant par exemple des présences en hémicycle (ou même au Palais Bourbon d’une manière générale).

Bien qu’il agace de nombreux parlementaires, le site « NosDéputés.fr » a encore de beaux jours devant lui. Tout comme l’association Regards Citoyens, qui l’a créé en 2009, Abel François et Olivier Rozenberg constatent, au fil d’un épais rapport remis fin juin au Bureau de l’Assemblée nationale, que les données actuellement proposées par le Palais Bourbon se révèlent « parcellaires ».

Les informations accessibles depuis le site de l’institution laissent en effet de côté « des éléments importants de l’activité des députés », font valoir les deux chercheurs, enseignants à Science Po Paris et Lille. Leurs conclusions, récemment dévoilées par Dalloz Actualité, soulignent sans surprise qu’une partie du travail effectué par les élus du Palais Bourbon demeure « totalement invisible » – à commencer par « tout le travail en circonscription », qui « n’apparait nulle part ».

Si l’étude confiée à Abel François et Olivier Rozenberg visait à examiner « la faisabilité d’un nouvel outil de suivi et de mesure de l’activité des députés » (voir notre article), les rapporteurs écartent de facto la piste d’une sorte de « NosDéputés » qui serait géré directement par le Palais Bourbon. En lieu et place, ils dressent un inventaire détaillé des données qu’il faudrait ouvrir, et de celles qu’il reste à améliorer significativement.

Vers des relevés de présence, notamment en hémicycle ?

Cet article est réservé à nos membres abonnés.

Publiée le 09 juillet 2019 à 16:10


Chargement des commentaires