Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes
Frontex va (aussi) surveiller les réseaux sociaux
Reseaux Sociaux Crédits : CC BY-SA Délmagyarország/Schmidt Andrea

Frontex va (aussi) surveiller les réseaux sociaux

« Précrime » ? Non : « menace potentielle »
10 min

L'agence en charge du contrôle des frontières extérieures de l'UE veut pouvoir surveiller les réseaux sociaux utilisés par les migrants, réfugiés et leurs passeurs, mais également par « la société civile et les communautés de la diaspora » de leurs pays de destination, afin d'anticiper les « migrations irrégulières », qualifiées de « menace potentielle ».

Après Bercy, qui veut pouvoir scruter les réseaux sociaux afin d'y débusquer les fraudeurs, Frontex, l'agence européenne chargée du contrôle et de la gestion des frontières extérieures de l'espace Schengen, veut elle aussi les surveiller afin d'anticiper les tendances et prévisions en matière de « migration irrégulière ».

Faute de pouvoir obtenir de visas humanitaires délivrés dans les ambassades et les consulats des États membres dans les pays tiers, la majeure partie des demandeurs d'asile n'ont en effet d'autre choix que de tenter de franchir illégalement les frontières. « L’Europe organise sa propre crise de l’accueil des exilés », déplorent ainsi les ONG. 

« Au moins 30 000 personnes ont perdu la vie en tentant d'atteindre l'Europe depuis 2000 », déplorait le Parlement européen. Il réclamait, en décembre dernier, l'octroi de ces visas, pour « réduire le nombre de morts parmi les réfugiés, lutter contre les passeurs et améliorer l’utilisation des fonds pour la migration ».

Il soulignait, en appui de sa proposition, que « 90% des personnes bénéficiant d’une protection internationale dans l’UE sont arrivées par des moyens irréguliers ».  Et donc, in fine, qu'ils auraient dû avoir la possibilité de demander l'asile sans avoir à risquer leur vie pour l'obtenir.

En attendant, Frontex se retrouve à devoir lutter contre ces « migrations irrégulières ». Il vient à ce titre de lancer un appel d'offres pour « saisir les opportunités qui découlent de la croissance rapide des plates-formes de médias sociaux qui permettent à leurs utilisateurs d'interagir les uns avec les autres d'une manière inimaginable auparavant ».

« Cela a de profondes implications pour les mouvements migratoires de personnes, souligne l'agence, car leurs interactions dans les médias sociaux modifient radicalement la manière dont les personnes acquièrent des informations sur l'itinéraire ou tout autre élément important pour leur décision de migrer ».

« Ces interactions sur les réseaux sociaux ont souvent lieu avant le départ ou pendant leur transit et donc bien avant que des personnes n’atteignent les frontières extérieures de l’UE ». Elle cherche donc à mettre en place une forme de police prédictive visant à analyser et surveiller les médias sociaux « aux fins de la planification stratégique et d'une image améliorée du renseignement sur la situation et les informations préalables aux frontières concernant les franchissements illégaux des frontières, le volume des franchissements (ou la planification de la traversée) dans des zones spécifiques, des itinéraires et des activités criminelles axées sur les frontières extérieures de l'Union européenne au-delà de ces frontières ».

L'objectif est double : améliorer l'analyse des risques concernant les futurs mouvements migratoires « irréguliers », et soutenir la « planification, la conduite et l'évaluation des opérations conjointes coordonnées par Frontex (frontières maritimes, terrestres et aériennes et comprenant des opérations de retour) », grâce au recueil et à l'analyse d'« un vaste volume de données et d'informations ».

De plus, et parce que « le paysage des médias sociaux est également très fluide et susceptible de changements rapides », le prestataire devra également faire face à un « défi clé : maintenir les connaissances et l'expertise actuelles au fur et à mesure que la technologie évolue et que les utilisateurs des médias sociaux développent leur utilisation du média », et donc identifier les nouvelles plateformes utilisées par les migrants, réfugiés et leurs passeurs, mais également par « la société civile et les communautés de la diaspora » dans les pays européens de destination.

« Intelligence prédictive » contre « menace potentielle »

Cet article est réservé à nos membres abonnés.

Publiée le 03 octobre 2019 à 11:05


Chargement des commentaires