Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes
Avec le second lancement de Starlink, SpaceX pousse plus loin son concept de réutilisation
Espace

Avec le second lancement de Starlink, SpaceX pousse plus loin son concept de réutilisation

Après dix lancements, un tour gratuit ?
5 min

Alors que la France fêtera l’armistice de 1918, SpaceX fera décoller pour la quatrième fois une de ses fusées Falcon 9. Ce lanceur utilisera également une coiffe recyclée d'une précédente mission. À son bord, 60 satellites Starlink qui viendront compléter la première fournée déjà en place.

Lundi 11 novembre, SpaceX devrait lancer (sauf retard de dernière minute) une nouvelle fusée Falcon 9 du Pad 40 à Cape Canaveral en Floride. La mission devait initialement se dérouler mi-octobre, mais elle a été décalée de plusieurs semaines pour une raison inconnue. Tout semble désormais en ordre puisque les derniers préparatifs ont été validés avec succès, notamment avec un test de mise à feu statique il y a quelques jours.

Après trois mois de calme, l'heure de la reprise semble avoir sonné

La fusée devra mettre en orbite soixante nouveaux satellites de SpaceX pour la constellation Starlink. Pour le fabricant, c'est aussi l'occasion de pousser un peu plus loin le concept de réutilisation, notamment en reprenant pour la première fois une coiffe déjà « éprouvée en vol ».

Ce lancement sera le premier après trois mois d'accalmie. Le précédent d'une fusée Falcon 9 date en effet du 6 août 2019 pour la mission Amos 17 (Spacecom). La société était en effet habituée à une cadence bien plus élevée avec un lancement par mois entre janvier et avril, deux en mai et juin, un en juillet et un autre en août. En 2018, 21 lancements ont été effectués, contre seulement 10 entre janvier et octobre 2019.

Quatrième décollage en vue pour le premier étage

Cette mission, baptisée Starlink 1, prendra place à bord d'une fusée Falcon 9 Block 5 dont le premier étage a déjà été « éprouvé » en vol (ou recyclé) à trois reprises. Ce sera donc son quatrième lancement, une première pour SpaceX, comme l'explique Ars Technica.

Le premier lancement du premier étage remonte à juillet 2018 avec la mission Iridium, le second en octobre de la même année avec SAOCOM, puis en février 2019 pour la mission Nusantara Satu et l'atterrisseur lunaire Beresheet. Pour rappel, ce dernier a finalement raté son arrivée sur la Lune.

Starlink sera également l'occasion de réutiliser pour la première fois une coiffe de la fusée. Cela fait maintenant plusieurs années que la société travaille sur cette question et, après quelques tentatives infructueuses ou partiellement réussies, SpaceX a récupéré les deux morceaux de la coiffe de la mission Arabsat-6A en avril 2019. Le patron de SpaceX avait alors annoncé qu'elles seraient réutilisées cette année pour un lancement de Starlink.

Ce lancement du satellite saoudien était particulier à plus d'un titre : c'était le deuxième décollage de Falcon Heavy, mais la première fois que le lanceur lourd était utilisé de manière commerciale. En effet, sa première mission en février 2018 était une démonstration, avec l'envoi du roadster Tesla d'Elon Musk dans l'espace (lire notre analyse).

Quid des coûts de remise en état ? Mystère et boule de gomme...

Les coiffes ont évidemment subi une inspection, mais SpaceX n'a pas précisé l'ampleur des travaux ni le montant des opérations nécessaires à leur remise en état.

Selon Elon Musk, une moitié de coiffe coûterait la bagatelle de trois millions de dollars, soit six millions l'ensemble. Cela peut donc représenter jusqu'à 10 % d'un lancement commercial, qui se situerait entre 50 et 60 millions de dollars, contre 100 millions pour un lancement institutionnel. 

C'est d'ailleurs toute la question des fusées réutilisables de SpaceX : la société ne communique pas sur le coût de réutilisation d'une fusée pour un deuxième, troisième ou quatrième lancement. Impossible donc en l'état de savoir si l'opération est rentable et, le cas échéant, à quel niveau.

Cette mission de SpaceX n'emporte que des satellites Starlink, aucune autre charge utile pour des tiers, la société peut donc « s'amuser » à des expérimentations sans mettre en danger la cargaison de ses partenaires. Sauf surprise, elle devrait une nouvelle fois tenter de récupérer son premier étage. 

Seconde fournée de 60 satellites pour Starlink, d'autres arrivent

Quoi qu'il en soit, il s'agit du second lancement d'un pack de 60 satellites pour la constellation Starlink, après celui de mai 2019. Deux sont mort-nés puisqu'ils ont été désorbités, une manœuvre prévue par SpaceX pour tester et valider cette procédure. 

En juillet dernier, 45 satellites avaient rejoint leur orbite de croisière, cinq étaient en route et cinq autres devaient faire l'objet de vérifications supplémentaire, sans plus de précision. Trois ne répondaient alors plus. Pourtant, le contact avait bien été établi suite au lancement.

SpaceX prévoit un lancement commercial de Starlink mi-2020, après avoir effectué six à huit lancements de 60 satellites. Afin d'assurer la communication autour de ce projet, Elon Musk s'était fendu il y a quelques semaines d'un tweet envoyé via cette constellation.

D'ici la fin de l'année, SpaceX prévoirait d'envoyer encore deux cargaisons de satellites avec les missions Starlink 2 et Starlink 3, c'est du moins ce qu'indique le généralement bien informé Spaceflight Now

12 000 satellites... voire 42 000 !

À terme, Starlink doit être composé de plus de  12 000 satellites en orbite : 4 425 satellites pour une première phase, puis 7 518 lors d'une seconde phase. Et encore, c'est sans compter sur la demande de SpaceX de déployer encore 30 000 satellites supplémentaires, via 20 demandes de 1 500 satellites à l'International Telecommunication Union.

« Face à la demande croissante d’Internet rapide et fiable dans le monde entier, en particulier pour ceux où la connectivité est inexistante, trop chère ou peu fiable, SpaceX prend des mesures pour adapter de manière responsable la capacité du réseau Starlink », s'était alors justifié SpaceX, sans prendre en considération la « pollution » spatiale engendrée.

Selon l'United Nations Office for Outer Space Affairs repris par SpaceNews, environ 8 500 engins ont été placés en orbite depuis 1957. À lui seul, SpaceX pourrait donc multiplier ce chiffre par cinq…

Publiée le 07 novembre 2019 à 11:23


Chargement des commentaires