Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes
Space19+ : les détails du plan « d’une ampleur exceptionnelle » de 14,4 milliards d'euros pour l'ESA
Espace

Space19+ : les détails du plan « d’une ampleur exceptionnelle » de 14,4 milliards d'euros pour l'ESA

Vers l'infini et au-delà
10 min

Les ministres ont voté un budget de 14,4 milliards d'euros pour l'Agence spatiale européenne, permettant de valider plusieurs missions d'exploration et de continuer sereinement la transition vers Ariane 6. Le réutilisable est présent dans la feuille de route de l'ESA avec les véhicules Space Rider, Prometheus et Themis, mais rien de plus pour le moment.

Les 27 et 28 novembre se tenaient la conférence Space19+. 22 États membres y participaient, mais aussi le Canada « qui participe à certains programmes de l’ESA au titre d’un accord de coopération ». Durant deux jours, l'enjeu était de « définir la vision de l'ESA [Agence spatiale européenne, ndlr] concernant l'avenir de l'Europe dans l'espace ». Excusez du peu.

Et le moins que l'on puisse dire, c'est que l'Agence spatiale européenne semble satisfaite du résultat : « Pour la première fois depuis 25 ans, une augmentation budgétaire significative a été accordée au Programme scientifique, dont les succès, salués dans le monde entier, fascinent le grand public et nous permettent d’en savoir toujours davantage sur notre Univers et ses origines ».

14,4 milliards d'euros de budget, dont 2,7 milliards de la France

Les ministres des différents pays ont ainsi validé une enveloppe de 14,4 milliards d'euros. Pour les trois prochaines années, il est question de 4,2 milliards d'euros par an (soit 12,6 milliards), le reste étant alloué à des missions de cinq ans. Ce montant est légèrement supérieur aux 14,3 milliards demandés par l'ESA et bien plus important que l'enveloppe de fin 2016 (10,3 milliards d'euros), un message fort. L'observation de la Terre et le transport spatial récupèrent respectivement 2,5 et 2,2 milliards d'euros.

L'Allemagne est le plus gros contributeur avec 3,294 milliards d'euros, suivi par la France (2,664 milliards d'euros) et l'Italie (2,282 milliards). Le Royaume-Uni est à 1,655 milliard d'euros, tandis que les autres pays sont sous la barre du milliard d'euros. L'Espagne apporte 852 millions, la Grèce 84 millions, la Suède 244 millions, etc. 

Space19+Space19+

Ondes gravitationnelles et trous noirs avec les missions LISA et Athena

Premier point mis en avant par l'ESA dans son compte rendu : la mission LISA, « le premier observatoire spatial d’ondes gravitationnelles ». Pour rappel, un satellite de test LISA Pathfinder a déjà été lancé en 2016 avec succès :  « Au terme des 55 premiers jours d'opérations scientifiques, les performances de LISA Pathfinder se sont révélées cinq fois supérieures au cahier des charges du satellite », se réjouissait le CNRS après son lancement. 

Baptisé Laser Interferometer Space Antenna (LISA) a son début, le projet a été renommé Evolved LISA (eLISA) après que les Américains se sont retirés pour des raisons financières. Finalement, après l'annonce de l'observation d'ondes gravitationnelles en 2016, ils reviennent dans le projet qui reprend son nom d'origine. 

L'étude des trous noirs est un autre pan important de l'astronomie et de la physique. Le budget de l'ESA lui permettra de mener à bien la mission Athena qui s'intéressera justement à ce sujet afin de « faire avancer considérablement notre compréhension des phénomènes physiques fondamentaux de l’Univers ».

La mission Athena (Advanced Telescope for High ENergy Astrophysics) est la deuxième de type Large (L2) du programme à long terme Cosmic Vision de l’Agence spatiale européenne (LISA est la troisième, L3). La première mission lourde (L1) est JUICE (Jupiter Icy Moons Explorer), qui sera lancée par une fusée Ariane 5 ou 64 (Ariane 6 avec quatre boosters), a priori à partir de mi-2020.

Le laboratoire d'astroparticule et cosmologie de l'université de Paris 7 explique qu'Athena tentera d'apporter des réponses à deux questions : « Comment la matière s'assemble-t-elle dans l'univers pour former les grandes structures que l’on observe (amas de galaxies et galaxies) ? Comment se forment et grossissent les trous noirs et quels effets ont-ils sur l'évolution de l'univers ? ».

Pour Günther Hasinger, directeur de la partie science de l'ESA, « Athena et LISA sont deux missions exceptionnelles prêtes à réaliser des percées dans de nombreux domaines de l'astrophysique ».

LISA Athena
Crédits : ESA – S. Poletti

Ce n'est pas tout, la mission Hera est aussi confirmée. De moindre envergure, elle reste intéressante, d'autant qu'il s'agit d'une collaboration avec la NASA. Son but : valider la technologie de déviation d’astéroïde de la mission DART. L'idée est d'envoyer un petit module à pleine vitesse vers un objet céleste afin de tenter de le dévier de sa trajectoire. 

L'Europe devait initialement participer à cette mission avec l'Asteroid Impact Mission (AIM), mais s'est retirée pour des raisons financières fin 2016 (l'histoire rappelle celle de LISA, avec des rôles inversés). L'Agence spatiale revient finalement avec Hera qui s'intéressera de près aux effets de l'impact de Dart.

Fin 2016, Jan Wörner (directeur de l'Agence spatiale européen) faisait part de sa déception, sans pour autant abandonner : « La porte a été claquée, mais comme je suis convaincu de la nécessité d'un tel projet, je vais essayer de trouver un moyen de passer par la fenêtre. C'est tout simplement trop important ». 

Les missions vers l'ISS jusqu'en 2030, Thomas Pesquet de retour dans l'espace

Bonne nouvelle également pour la Station spatiale internationale : l'Europe maintient « sa participation aux activités jusqu’en 2030 ». De plus, l'Agence spatiale va « mettre au point des modules de transport et d’habitation cruciaux pour le Gateway, projet inédit de station orbitale lunaire ». Thomas Pesquet a déjà annoncé qu'il était partant. 

D'ailleurs, des astronautes européens s’envoleront à destination de la Lune pour la première fois. Les ministres ont confirmé la participation de l’Europe à une mission pionnière de retour d’échantillons martiens, en coopération avec la NASA. 

Le Français retournera donc dans l'espace : « Les astronautes de l’ESA recrutés en 2009 [c'était son cas, ndlr] continueront à être affectés à des missions jusqu’à ce qu’ils aient tous effectué un deuxième séjour dans l’espace ». Frédérique Vidal, ministre de la Recherche et coprésidente de Space19+, confirme et ajoute que l'idée serait de faire une rencontre dans l'espace avec l'Allemand Matthias Maurer de la même promotion. Il s'agirait alors d'un « très beau symbole de l'amitié européenne », comme le rapporte l'AFP.

Dans tous les cas, « la procédure de recrutement d’une nouvelle promotion sera lancée, en vue de la poursuite des activités européennes d’exploration en orbite terrestre basse et au-delà ».

5G et « fibre optique de l’espace »

La conférence Space19+ était aussi l'occasion de confirmer que l'ESA « développera les premiers systèmes satellitaires entièrement flexibles, conçus pour être intégrés dans les réseaux 5G, ainsi que des technologies optiques de prochaine génération, destinées au réseau communément appelé "fibre optique de l’espace" ».

Espérons qu'il ne s'agira pas de satellites géostationnaires (à 36 000 km) impliquant une forte latence , et/ou avec un débit de 200 Mb/s comme ce sera le cas chez Eutelsat. Quoi qu'en disent les équipes marketing, nous sommes loin des promesses et de la réalité de la fibre optique. 

Space Rider : feu vert pour le « Cavalier de l'espace » réutilisable

Sujet sensible, « les ministres ont veillé à ce que la transition avec la prochaine génération de lanceurs – Ariane 6 et Vega C – se fasse sans heurts, et ont donné leur feu vert à la poursuite du projet Space Rider, qui dotera l’Europe d’un véhicule spatial réutilisable ». Lancé depuis une fusée Vega-C, il pourra se rendre sur une orbite basse, y rester deux mois et revenir sur Terre. 

ArianeGroup ajoute que ce financement global de 14,4 milliards d'euros permet « d’assurer le développement des principales briques technologiques nécessaires pour continuer de faire évoluer Ariane vers toujours plus de compétitivité, comme les démonstrateurs du nouveau moteur bas coût Prometheus, de l’étage supérieur ultraléger en carbone Icarus et de l’étage réutilisable Thémis ».

Icarus, Prometheus et Themis continuent

Pour rappel, Icarus devrait permettre d'emporter une charge utile de deux tonnes supplémentaires pour 10 % de réduction sur les coûts. De son côté, Prometheus est un moteur à propulsion liquide potentiellement réutilisable. Enfin, Themis est « un démonstrateur à l’échelle 1/2 d’un étage réutilisable propulsé par Prometheus pour maîtriser la rentrée atmosphérique et le retour sur Terre de l’étage principal en minimisant le besoin de remise en état avant retour en vol ».

Aucune autre décision ne semble par contre avoir été prise sur la suite des événements. Le réutilisable ne fait pas l'unanimité au niveau européen (ni même au niveau français), mais cette piste reste toujours à l'étude avec le développement de Prometheus et Themis. 

Une décision qui reste dans la logique de l'ESA telle que détaillée dans un rapport du Sénat : « il est capital que l’Europe se dote de capacités permettant d’envisager une réutilisation ponctuelle de certains éléments du lanceur, notamment des propulseurs », mais « la mise en œuvre opérationnelle de cette réutilisation dépendra ensuite de l’équation économique, qui doit tenir compte tant des coûts récurrents que des cadences de lancement ».

Des missions d'observation de la Terre, la sécurité spatiale

Les États membres se sont également engagés « en faveur d’une utilisation responsable de l’environnement, sur notre planète comme dans l’espace ». L’ESA dispose déjà du projet Copernicus d'observation de la Terre, mais elle souhaite conforter « sa position de chef de file mondial en mettant en œuvre 11 nouvelles missions, portant notamment sur des thèmes liés au changement climatique, à l’Arctique et à l’Afrique ».

Space19+ était aussi l'occasion d'adopter « un nouveau programme consacré à la sécurité spatiale », qui devient un des principaux axes des activités de l'ESA : « Les projets correspondants viseront à conserver un environnement spatial opérationnel – en éliminant des débris dangereux et en automatisant le contrôle du trafic spatial – et à mettre en place un système d’alerte précoce et de prévention des dégâts que pourraient causer sur Terre des astéroïdes, des éruptions solaires ou d’autres phénomènes d’origine spatiale ».

Elle n'est pas directement citée, mais la constellation Starlink de SpaceX doit certainement être dans le viseur. Elle a pour but d'envoyer plus de 12 000 satellites sur des orbites basses, puis d'éventuellement prolonger jusqu'à... 42 000, de quoi encombrer le ciel et compliquer grandement certains lancements et observations. 

Un projet salué par les responsables des agences spatiales

« Ensemble, nous avons posé les fondations des projets à venir, dont les mots d’ordre seront inspiration, compétitivité et responsabilité. Fortes de leurs succès passés, l’ESA et l’Europe vont toujours plus loin et se fixent des objectifs ambitieux, en coopération avec l’industrie spatiale au sens large », se réjouit Jan Wörner.

Pour Frédérique Vidal, « le haut niveau d’engagements pris à la conférence ministérielle de Séville nous permettra de raffermir l’excellence spatiale européenne tout en nous obligeant collectivement à l’égard des concitoyens ». Jean-Yves Le Gall, président du CNES est lui aussi ravi. Il parle d'un « immense succès pour la Conférence Space19+ de l’ESA » et d'un « pas de géant pour l’Europe ». 

De leur côté,  ArianeGroup et Arianespace (filiale d'ArianeGroup en charge de la commercialisation et de l'exploitation des lanceurs) « saluent l’importance historique des décisions prises en faveur de la filière des lanceurs européens, indispensable à un accès autonome à l’espace ». « Ces décisions permettent d’engager la transition entre les deux systèmes de lancement, c’est-à-dire la fin de l’exploitation d’Ariane 5 et la montée en cadence d’Ariane 6 jusqu’à sa pleine exploitation opérationnelle en 2023 », ajoute le groupe.

Pour Stéphane Israël, président exécutif d’Arianespace, « les décisions prises par les ministres des États membres de l’ESA lors de la conférence Space19+ permettent à toute la filière européenne des lanceurs de se projeter dans la prochaine décennie. Ariane 6 et Vega C constituent les bases solides sur lesquelles nous construirons nos futurs succès collectifs ».

Space19+ semble fédérer les différents acteurs du spatial, probablement aidés par le montant de l'investissement consenti par les États. C'est dans tous les cas un message fort, dont avait besoin l'Europe face aux acteurs du New Space (SpaceX, Blue Origin, etc.). Attendons maintenant de voir si l'opinion publique viendra s'accrocher et s'impliquer dans ce projet.

Publiée le 29 novembre 2019 à 09:13


Chargement des commentaires