Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes
(Màj) Mozilla fait son bilan : entre mauvais état d'Internet et espoirs éducatifs
Web MàJ

(Màj) Mozilla fait son bilan : entre mauvais état d'Internet et espoirs éducatifs

Idée fixe
13 min

Mise à jour du 2 décembre 2019 à 09:39 :

Mise à jour : Nous avons ajouté la réponse de Mozilla à l'absence de signature du Contrat pour le Web de Tim Berners-Lee.


La fondation dresse un portrait en demi-teinte de l'Internet actuel, avec d'un côté de sombres forces n'y voyant qu'un vecteur supplémentaire de croissance, et de l'autre une prise de conscience partielle des utilisateurs. Avec une ligne de conduite fixe depuis longtemps, Mozilla a donc une opportunité.

Comme chaque année, Mozilla a publié un long rapport sur ses activités de l’année précédente. Bien que les données soient initialement liées à 2018, elles débordent allègrement sur 2019, l’éditeur rappelant certaines bases de sa structure, ses missions et la manière dont ses engagements se poursuivent et – il insiste – s’intensifient.

La position de Mozilla est essentiellement concentrée sur le domaine des navigateurs. Une place considérée comme fragile aujourd’hui à cause de la vague Chromium. Déjà par le succès fulgurant du Chrome de Google (sa promotion sur le moteur de recherche a largement joué), mais également par la multiplication des autres produits reprenant le moteur Blink (pour rappel un fork de WebKit), comme Opera il y a plusieurs années, Brave et beaucoup plus récemment Microsoft avec son « nouvel Edge », dont la version finale est attendue pour le 15 janvier.

Le message de la fondation, centré sur la vie privée, n’a donc pas faibli d’un iota. Au contraire, elle insiste plus lourdement sur le sujet et en fait un message proéminent, concrétisé par certaines décisions fortes, comme l’activation par défaut de sa « Protection renforcée contre le pistage » (nous y reviendrons). Mais en dépit de ses missions réaffirmées avec force, la fondation se retrouve en partie isolée et continue d’être dépendante de Google. Une position ambivalente qui pourrait changer.

La structure et les chiffres

Cet article est réservé à nos membres abonnés.

Publiée le 28 novembre 2019 à 16:15

Mise à jour le 28 novembre 2019 à 16:15


Chargement des commentaires