Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes
Switch Number (Orange Labs) : une application pour disposer gratuitement d’un numéro virtuel
Téléphonie Crédits : MoreISO/iStock

Switch Number (Orange Labs) : une application pour disposer gratuitement d’un numéro virtuel

Accessible à tout le monde… pour l’instant
6 min

Disposer ponctuellement (et gratuitement) d'un second numéro de téléphone peut être pratique, dans le cadre des petites annonces par exemple. C’est l’objectif de Switch Number, développé par quatre collaborateurs d’Orange (Labs). L’un de ses développeurs, Ludovic Vialle, nous explique les ambitions de son application qui est encore en bêta.

La « Prime Zone » d’Orange Labs est présentée comme « un dispositif d’Orange qui vous propose de découvrir en avant-première des applications mobiles (accessibles sur smartphones et tablettes) conçues par les collaborateurs d’Orange ». Une quarantaine d’applications y sont disponibles, dans des domaines aussi variés que les interactions sociales, la gestion de vélos en libre-service, des visites historiques, des jeux, l'impact écologique de l'utilisation de votre smartphone, etc. 

Un numéro temporaire pour les petites annonces (entre autres)

On y trouve également Switch Number, qui permet « de créer un numéro temporaire que vous pourrez utiliser pour toute occasion : vente en ligne, comparateur d’assurances, etc. ». Elle n’est donc pas sans rappeler B.duo, lancée en bêta par Bouygues Telecom fin 2012disponible officiellement en août 2014 et finalement arrêtée en octobre 2017.  Nous pouvons également signaler OnOff avec des numéros virtuels à partir de 3,49 euros par mois et de nombreuses fonctionnalités, dont la portabilité entrante et sortante.

Switch Number a l’avantage d’être entièrement gratuite, mais ne joue pas du tout dans la même cour au niveau des fonctionnalités. Disponible en bêta sur Android et iOS, nous l’avons prise en main afin de voir ce que l’on peut en attendre. Nous nous sommes également entretenus avec Ludovic Vialle, l’un de ses développeurs.

Un petit tour dans les CGU, avec une surprise

Avant de nous lancer, effectuons évidemment un passage dans les conditions générales d’utilisation. Il est indiqué que Switch Number « est ouvert à toute personne physique souhaitant utiliser le service pour ses besoins propres et dans le cadre d’un usage strictement personnel et non commercial ». Rien d’étonnant jusque-là.

Par contre, il est ensuite précisé que « seuls les utilisateurs ayant souscrit à un abonnement de téléphonie mobile auprès d’Orange peuvent utiliser le service ». Dans la pratique, ce n’est pas le cas et n’importe quelle personne disposant d’un smartphone et d’un abonnement peut en profiter. Ludovic Vialle confirme : « c’est une erreur, c’est ouvert à tous, du moment qu’on a un numéro de mobile français (+33 06 ou +33 07) ».

Numéro virtuel attribué automatiquement pour 48h

L’installation de l’application ne réserve aucune surprise : une fois les conditions générales d’utilisation acceptées et votre numéro de téléphone mobile confirmé, on arrive sur la page principale, qui est relativement vide. Elle affiche son numéro virtuel automatiquement attribué avec une durée de validité de 48h. Il est possible de le supprimer et... rien d’autre. 6h avant l‘expiration, le numéro virtuel pourra être prolongé pour 48h de plus, dans la limite de 7 jours au total.

Une fois supprimés, les numéros virtuels disposent d’une période de grâce de sept jours durant laquelle ils ne pourront pas être réattribués. « Dans la théorie, on aimerait que ce soit au moins quelques mois. Dans la pratique, comme il s’agit d’une expérimentation, nous avons raccourci ce délai à sept jours afin de pouvoir rapidement fournir des numéros. Dans ce mode de test "laboratoire" nous avons assez peu de numéros. Si l’idée plaît aux gens, nous pourrions en avoir plus et améliorer ce point », nous explique Ludovic Vialle.

Pour passer un appel, il faut saisir le numéro directement dans le clavier virtuel de l’application, sans possibilité d’accéder aux contacts du téléphone. Ensuite, l'application doit appeler un numéro « passerelle » afin de vous mettre en relation avec votre correspondant. Vous êtes alors renvoyé vers l’application téléphone par défaut du smartphone et vous devez appeler le numéro de la passerelle qui s’affiche. 

Les appels sont aussi gratuits vers les fixes et mobiles, mais « on ne peut pas appeler l’étranger, ni les numéros surtaxés ». 

Switch NumberSwitch NumberSwitch Number

Connexion Internet obligatoire pour appeler

Il faut par contre obligatoirement disposer d’une connexion Internet. Dans le cas contraire, un message indique qu‘il est impossible d’obtenir « un pont téléphonique » et demande de réessayer plus tard… On a vu plus clair comme erreur.

Ludovic Vialle nous confirme qu’il « faut un accès Internet pour passer un appel, mais la 2G devrait suffire : c’est juste une petite requête très légère. Pour recevoir des appels, pas besoin d’Internet par contre, c’est géré en amont ». Effectivement, un appel vers notre Switch Number renvoie vers notre numéro de portable comme un appel classique, data activée ou non.

Switch Number ne gère actuellement pas les SMS, en réception comme en émission. Si un SMS est envoyé vers un Switch Number « il est perdu » indique le développeur, sans que l’expéditeur ne reçoive la moindre alerte. Il en est de même pour un message laissé sur le répondeur d’un numéro virtuel, perdu dans les limbes des datacenters d’Orange… « Le concept est vraiment basique, il faut absolument gérer les SMS, la boîte vocale et accéder à son répertoire pour que ce soit encore plus intéressant », reconnaît Ludovic Vialle. 

Un démonstrateur pour tester 

Lors de nos différentes tentatives, nous avons à plusieurs reprises obtenu un message d’erreur lorsque nous tentions d’appeler la passerelle : « Orange vous informe que le numéro n’est pas attribué ». Pour le moment, la passerelle est unique et ne peut donc pas gérer de gros volumes, nous confirme le développeur.

Il s’agit dans tous les cas de démontrer la faisabilité du service et de tester l’appétence auprès des utilisateurs. Le renforcement de la structure arrivera si besoin dans un second temps. On aura alors « les moyens de régler tout ça », affirme Ludovic Vialle.

Le nombre de téléchargements sur les stores Android et iOS sera un indicateur pour qu’Orange Labs décide de la suite du projet. « Le but de Switch Number est en grande partie de prouver que ce genre de service intéresse les utilisateurs, de le prouver à Orange en tant que collaborateurs […] Orange a les moyens de gérer tout ça à grande échelle, notre équipe veut faire bouger les choses et prouver que ça plaît », ajoute notre interlocuteur.

Il faudra alors voir si Switch Number sera disponible gratuitement pour tout le monde, ou bien si Orange réserve son service à ses clients. « Il y a de fortes chances » que l’on soit dans la seconde catégorie pour Ludovic Vialle, qui ajoute qu’« une intégration du service dans Orange Téléphone est envisageable ». Elle permettrait certainement une plus grande transparence et simplicité d’utilisation pour le client.

Pour rappel, l’application Telephone d’Orange a aussi été lancée via la Prime Zone d’Orange Labs.  Il reste dans tous les cas du travail et, sans parler des SMS/MMS, gestion des contacts et d‘un répondeur, de nombreuses fonctionnalités manquent encore à l’appel pour faire de Switch Number un service viable. B.duo proposait par exemple d’activer le numéro à la demande ou bien seulement pendant certaines plages horaires. 

Publiée le 17 décembre 2019 à 16:38


Chargement des commentaires