Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes
Baromètre 2019 de la science ouverte : 49 % des publications en accès libre, en progression
Science Crédits : PeopleImages/iStock

Baromètre 2019 de la science ouverte : 49 % des publications en accès libre, en progression

Et donc toujours plus de 51 % en accès fermé
5 min

En 2018, 49 % des publications scientifiques françaises ont fait l'objet d'un accès ouvert, contre 50 à 51 % en 2016 et 2017. Alors que l’on pourrait croire à une petite baisse, c’est tout le contraire. Pour le comprendre, il faut prendre le temps de se plonger dans les chiffres.

Le Systèmes d’information et études statistiques (SEIS) du ministère de lʼEnseignement supérieur, de la Recherche et de lʼInnovation vient de publier son baromètre de la science ouverte de décembre 2019 (les données en open data).

Un document important, qui permet non seulement d’avoir une vision globale de l’état des publications scientifiques françaises, mais aussi d’actualiser les données des années précédentes (de 2013 à 2017). Il existe pour rappel deux méthodes pour l'accès ouvert à la science : un hébergement chez l'éditeur ou sur archive ouverte.

L’accès à la connaissance « peut sauver des vies »

Il s'agit d'un enjeu important, permettant une meilleure diffusion des connaissances – aussi bien entre chercheurs que pour chacun – en accédant aux publications sans avoir besoin de payer une (très) chère licence aux gros éditeurs comme Elsevier, Spinger Nature, Wiley Blackwell's et Taylor & Francis. 

Data Gueule résumait assez bien la situation dans une vidéo publiée en 2016. Marin Dacos, conseiller scientifique pour la science ouverte auprès du directeur général de la recherche y déclairait :

« En open access on pourrait fluidifier considérablement la circulation de la connaissance, ce qui peut sauver des vies. Il faut bien comprendre qu'on met en danger la société puisqu'elle ignore ce qu'elle a produit comme connaissance. On peut parler d'Ebola où on comprend qu'il faut aller vite, mais on peut parler de la crise de l'euro, de l'épidémie de la vache folle... On a besoin de toute la connaissance scientifique pour produire des solutions rapidement ».

Le gouvernement a déjà fait part de son intention d’arriver à « 100 % de publications scientifiques françaises en accès ouvert ». Le CNRS lui a emboité le pas en dévoilant sa feuille de route. Mais comme nous allons le découvrir dans ce baromètre, il reste encore beaucoup de travail pour y arriver puisqu’on tourne pour le moment autour de 50 % seulement.

49 % de publications en accès ouvert, mais le temps est un allié

Cet article est réservé à nos membres abonnés.

Publiée le 28 janvier 2020 à 09:00


Chargement des commentaires