Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes
Christophe Castaner veut faire de la France la patrie de la cybersécurité
Securité Crédits : Marc Rees - CC-BY-SA 3.0

Christophe Castaner veut faire de la France la patrie de la cybersécurité

Liberté sécurisée, sécurité libérée
2 min

« La sécurité du 21e siècle passe par le cyber ». Au Forum de la Cybersécurité de Lille, le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, a vanté « l’opportunité formidable » que constitue ce secteur, une opportunité « dont malheureusement se sont rapidement saisis les délinquants ». Il a à cette occasion souligné son intérêt pour la reconnaissance faciale.

Piratage, vol de données, arnaques aux cryptomonnaies, rançons, « les méthodes se multiplient, gagnent en sophistication ». Et derrière cette e-délinquance se cache du point de vue du ministre de l'Intérieur le crime organisé et le terrorisme.

« Des institutions n’aiment pas forcément notre démocratie, veulent aussi peser sur des évènements majeurs comme les élections » a-t-il ajouté. Le locataire de la Place Beauvau a rappelé le cas du CHU de Rouen pour souligner que la cybersécurité n’est en rien un luxe. « Un enjeu majeur pour la sécurité des entreprises et des institutions, dont nous devons nous emparer pleinement ».

Pour répondre à cette problématique, Christophe Castaner a pris d’autres exemples comme Perceval, plateforme permettant de signaler les usages frauduleux de cartes bancaires. Pharos, destinée à accueillir les signalements de contenus terroristes, pédopornographiques ou les appels à la haine, ou encore Cybermalveillance.gouv.fr, permettant d’engager des enquêtes sur les arnaques et autres chantages à la webcam.

Une plateforme est en cours d’élaboration pour lutter contre les escroqueries en ligne. Elle permettra de déposer une plainte à distance. Voilà autant de « fer de lance pour un Internet plus sûr ».

« La menace évolue, elle nous oblige à faire évoluer les outils ». Et le ministre de signaler la saisie de 182 bitcoins l’an passé ou l’arrestation d’un « hacker français », soupçonné d’avoir adressé des millions de mails… « Notre sécurité a pris le tournant du cyber » s’est félicité le chef de l’Intérieur.

« On ne peut pas s’arrêter là, il faut faire de la France la patrie de la cybersécurité ». Les travaux autour du livre blanc sur le sujet avancent. « Nous sommes engagés pour proposer des solutions pour l’avenir ». Au cœur des réflexions ? « Toutes les options sont sur la table ». L’IA et la reconnaissance faciale sont en bonne place, s’il est possible de trouver « un équilibre entre sécurité renforcée et libertés rigoureusement protégées ».

Et le ministre de s’agacer des critiques adressées à l’encontre de l’État, qui veille « sur les libertés », quand des vies entières sont « transparentes », notamment sur les réseaux sociaux. Sur la reconnaissance faciale et les autres thèmes, ne critiquez pas l’État gardien des libertés quand les GAFAM, eux, exploitent jusqu’à la corde quantité de données personnelles.

Christophe Castaner a indiqué vouloir aider les start-ups. L’une des pépinières sera le futur cybercampus, sur lequel nous reviendrons plus en détail. « Je veux que nous soyons un partenaire protecteur qui défendra sans cesse la souveraineté numérique française ».

Publiée le 30 janvier 2020 à 12:21


Chargement des commentaires