Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes
Émission  d’ondes : le OnePlus 6T flashé au-dessus de la limite légale
Smartphones

Émission d’ondes : le OnePlus 6T flashé au-dessus de la limite légale

Corrigé, mais pas sanctionné
6 min

Le OnePlus 6T émettait trop d’ondes et le fabricant a donc déployé un correctif pour repasser sous la limite légale du DAS, avec une baisse générale sur les différentes fréquences. Parallèlement, le gouvernement veut rendre la loi plus stricte.

Dans le cadre de sa mission de contrôle de l’exposition du public aux ondes électromagnétiques, l’Agence nationale des fréquences effectue des mesures indépendantes sur les téléphones mis en vente en France. Via un laboratoire indépendant payé par ses soins, elle vérifie ainsi que le niveau d’émission est conforme à la réglementation en vigueur.

Actuellement il est question de 2 W/kg pour les DAS tronc et tête. Dès le 1er juillet 2020, ces deux éléments seront rejoints par le DAS membres avec une limite à 4 W/kg cette fois-ci. Environ une centaine de smartphones sont ainsi vérifiés chaque année par l’ANFR (la procédure est détaillée par ici), avec parfois de vilains petits canards dans le lot. C’est le cas du OnePlus 6T, et la société chargée de sa mise sur le marché a donc été sommée de remédier à la situation.

Pendant ce temps, le gouvernement souhaite une évolution de la réglementation avec des mesures au contact (au lieu de 5 mm aujourd’hui) et voudrait une démarche volontaire des fabricants pour déployer des mises à jour… mais ce n’est pas gagné.

OnePlus 6T : une mise à jour corrective pour baisser le DAS

Le OnePlus 6T a été flashé à 2,56 W/kg sur le DAS tronc, largement au-dessus des 2 W/kg imposés par la loi. Le fabricant a déployé une mise à jour corrective et le DAS maximum n’est désormais plus que de 1,17 W/kg. L’analyse des rapports détaillés des résultats permet d’en apprendre un peu plus sur le problème.

Le DAS tronc « est associé aux usages où le téléphone est porté près du tronc, par exemple dans une poche de veste ou dans un sac », rappelle l’ANFR. Depuis 2016, la distance des mesures est normalisée et doit se faire à 5 mm. De son côté, le DAS tête est mesurée lorsque le smartphone est «  au contact » de l’oreille.

Dans le rapport du laboratoire mandaté par l’Agence, on découvre que la mesure fautive a été relevée sur le dessous du smartphone dans la bande des 1 900 MHz en 3G (UMTS). Le maximum pour les autres fréquences (800, 900, 1 800 et 2 600, en 2G, 3G et/ou 4G) est de 1,750 W/kg. Ces tests ont été réalisés par un laboratoire allemand entre les 10 et 23 juillet 2019.

Une fois l’infraction identifiée, l’ANFR a contacté la société en charge de la mise sur le marché du téléphone en France, EASTERN SUN TRADING dans le cas du OnePlus 6T.  Deux solutions alors s’offraient à elle : déployer une mise à jour ou lancer une procédure de rappel pour les terminaux déjà vendus et ceux encore en boutique.

Mise en conformité, pas de sanction de la part de l’ANFR

Dans le cas du OnePlus 6T, la première piste a été utilisée et de nouvelles séries de mesures réalisées en février 2020, avec le firmware A6013_41_200115. « La mise à jour est automatiquement diffusée aux téléphones correspondants, dès lors qu’ils sont connectés à un réseau de données (réseau mobile ou Wi-Fi) », explique l’ANFR, qui ajoute avoir « contrôlé l’efficacité de ces mesures correctives ». En effet, le DAS maximum passe cette fois-ci à 1,17 W/kg. 

La 3G sur les 1 900 MHz n’est pas la seule bande de fréquence à bénéficier d’une baisse avec la mise à jour. La 4G sur les 1 800 MHz n’est plus que de 0,982 W/kg au lieu de 1,750 W/kg. L’ensemble des émissions d’ondes est en baisse avec une moyenne globale de 0,86 W/kg sur les mesures du laboratoire indépendant, contre 1,22 W/kg auparavant.

DAS OnePlus 6TDAS OnePlus 6T
Mesures de DAS avant la mise à jour, puis après.

L’ANFR ne prononce aucune sanction contre EASTERN SUN TRADING, car la société s’est remise dans le droit chemin : « on n'a pas la capacité de sanctionner une infraction, on a la capacité de sanctionner la réitération de l'infraction », nous expliquait récemment Gilles Brégant, directeur général de l'ANFR.

Lire notre dossier sur le DAS et la publication des rapports de l'ANFR :

Le rapport de l’ANSES en écho

La question des ondes émises par les smartphones et leurs conséquences sur la santé revient régulièrement sur le devant de la scène depuis quelques mois. L'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (ANSES) a d’ailleurs récemment publié un épais rapport sur cette question.

Des « éléments de preuves limités » ont été identifiés, notamment sur le système nerveux et les fonctions cognitives. L’ANSES émet alors plusieurs recommandations, notamment que « le DAS tronc normatif des téléphones mobiles soit mesuré avec l’appareil au contact du corps, à une distance de 0 mm, afin de représenter une situation maximisante, mais réaliste de l’exposition ».

Dans le cas du OnePlus 6T, les mesures ont été effectuées à 5 mm, mais le rapport ne donne aucune valeur sur un DAS tronc au contact, et pour cause : l’ANFR se « contente » de vérifier la conformité du produit à la législation. On sait par contre que plus la distance diminue, plus le DAS est élevé, c’est mathématique. Dans quelle mesure ? C’est toute la question…

On a ainsi vu par le passé des smartphones avec un DAS de plus de 7 W/kg au contact être déclarés conformes… car les mesures pouvaient être réalisées à des distances comprises entre 0 et 25 mm.  C’est le cas du Polaroid Pro 881A : 7,42 W/kg de DAS tronc au contact, 3,63 W/kg de DAS tronc à 5 mm et enfin 1,05 W/kg de DAS tronc à 15 mm (distance autorisée lors du contrôle de conformité). Les exemples du genre sont nombreux et vous en trouverez dans les données en open data de l’ANFR.

Si la loi évolue pour passer de 5 à 0 mm comme le souhaite l’ANSES, de nombreux smartphones « conformes » pourraient ne plus l’être s’ils devaient repasser un test. De son côté, le gouvernement a suivi l’avis de l’ANSES en demandant « à la Commission européenne de renforcer les exigences applicables aux nouveaux téléphones portables mis sur le marché », notamment en demandant « que les tests d’homologation soient réalisés au contact de l’appareil, et non à 5 mm comme c’est le cas actuellement ».

Le gouvernement souhaite aussi que « les principaux constructeurs […] s’engagent dans une démarche volontaire à mettre à jour les logiciels de leurs modèles mis sur le marché avant l’application des normes récentes, plus restrictives en termes d’émissions ». Pour le moment, on ne peut pas dire que cette demande suscite le moindre enthousiasme chez les fabricants.

Six recommandations pour limiter son exposition aux ondes

Rappelons enfin « six bons comportements » pour utiliser son smartphone afin de réduire son exposition aux ondes, des conseils d’autant plus valables avec l’essor du télétravail suite à la pandémie de Covid-19 :

  • Utiliser un kit mains libres
  • Privilégier les messages texte pour communiquer
  • Privilégier les zones de bonne réception
  • Éviter de maintenir votre téléphone à l’oreille dans les transports
  • Choisir un téléphone mobile ayant un débit d’absorption faible
  • Éviter les conversations trop longues

Publiée le 16 mars 2020 à 10:49


Chargement des commentaires