Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes
De nombreux acteurs veulent géolocaliser les (potentiels) porteurs du coronavirus
Reseaux Sociaux Crédits : John Hopkins University

De nombreux acteurs veulent géolocaliser les (potentiels) porteurs du coronavirus

Ils seront géoloCOVIDéosurveillés
13 min

De nombreuses entreprises, dont certaines connues pour leurs technologies de surveillance ou logiciels espion, ainsi que des ONG, proposent d'aider les autorités à surveiller la propagation de la pandémie en utilisant les données de géolocalisation des utilisateurs des services de Google, Facebook, voire des opérateurs téléphoniques, notamment.

D'après le Washington Post, le gouvernement américain serait en pourparlers actifs avec Facebook, Google et un large éventail d'autres entreprises technologiques et d'experts de la santé. Ils envisagent d'utiliser les données de géolocalisation captées par les téléphones des Américains pour lutter contre le nouveau coronavirus.

Les données agrégées seraient compilées de façon anonyme afin de s'assurer notamment qu'ils se tiennent à des distances sûres de sorte d'endiguer l'épidémie, de cartographier la propagation de l'infection, prédire les prochains hotspots ou décider où allouer les ressources sanitaires surchargées.

« Nous étudions les moyens de regrouper les informations de localisation anonymisées dans la lutte contre COVID-19 », a déclaré un porte-parole de Google, soulignant qu'un tel partenariat « n'impliquerait pas le partage de données sur l'emplacement, les mouvements ou les contacts de toute personne. Un exemple pourrait être d'aider les autorités sanitaires à déterminer l'impact de l'éloignement social, similaire à la façon dont nous montrons les horaires des restaurants populaires et les modèles de trafic dans Google Maps. »

Un groupe de travail créé par des cadres, entrepreneurs et investisseurs a présenté un éventail d'idées sur la cartographie des maladies et la télésanté à la Maison Blanche lors d'une réunion privée ce dimanche. Un responsable de l'Office of Science and Technology Policy, qui s'est exprimé sous couvert d'anonymat, a déclaré que le gouvernement était « encouragé par les entreprises technologiques américaines cherchant à exploiter des données agrégées et anonymisées pour glaner et découvrir des informations clés pour la modélisation de Covid-19. »

D'après le Post, Facebook travaillerait d'ores et déjà avec des chercheurs en santé et des ONG dans plusieurs pays afin de leur fournir des statistiques anonymisées et agrégées sur les mouvements des personnes, avec leur consentement, grâce à un projet appelé « cartes de prévention des maladies ».

Google a déclaré de son côté qu'il n'avait partagé aucune donnée agrégée et anonymisée, soulignant que le projet en était encore à ses débuts. Elle ne prévoit pas non plus d'exploiter les informations de localisation de ses utilisateurs pour l'aider dans ses efforts de « recherche de contacts » afin de trouver des personnes à risque.

NSO, Palantir et Clearview proposent eux aussi leurs « services »

Cet article est réservé à nos membres abonnés.

Publiée le 19 mars 2020 à 12:58


Chargement des commentaires