Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes
Canal+ gratuit : Pascal Rogard, furibard
Loi Crédits : Marc Rees

Canal+ gratuit : Pascal Rogard, furibard

Tchitttchaaaa
2 min

Patron de Canal+, Maxime Saada a annoncé que la chaîne cryptée était désormais gratuite pour tous via les boîtiers multimédias des FAI. Sous l’emballage cadeau, « nos chaînes Cinéma, Séries, Jeunesse et Documentaires ». Le geste provoque la colère de Pascal Rogard, directeur général de la SACD, qui nous explique pourquoi.

« Au risque de me faire écharper par les gogos de la gratuité l'opération Canal plus en clair est une honte qui bafoue toutes les règles de droit et en particulier du droit d'auteur. Le CSA doit réagir avec la plus grande fermeté ». Voilà le nouveau coup de gueule du patron de la société de gestion collective face à cette décision prise en plein confinement de la population.

« Le problème est extrêmement simple, nous indique Pascal Rogard, cela s’appelle le respect de la loi des contrats. Ce n’est pas parce qu’il y a une épidémie qu’en France, on a le droit de rouler à gauche ! »

Canal+ mauvais conducteur, voire chauffard ? « Canal+ a signé des contrats avec les producteurs pour une diffusion cryptée, ces mêmes producteurs pour une partie d’entre eux ont même cédé des exclusivités de diffusion à des chaînes en clair comme TF1, M6 et d’autres. Le fait de diffuser en clair ces films ne respecte donc pas le principe du droit d’auteur alors que Canal+ depuis un an ne cesse de prétendre qu’il veut être le champion de la lutte contre la piraterie. En matière de management, c’est l’exemplarité qui compte ».

Les difficultés frappent aussi les chaînes gratuites 

En ces temps compliqués, ne peut-on tolérer quelques travers aux règles habituelles, au sacro-saint droit d'auteur ? L’intéressé nous oppose une réponse « simple » : « les chaînes en clair ont aussi d’énormes difficultés – elles perdent près de 50% de la publicité. Ils ont un nouveau concurrent qui passe des films au bout de huit mois quand, elles, elles doivent attendre 18 ou 20 mois ». En clair, Canal+ pourra écraser ses concurrents en offrant des films réservés à une fenêtre normalement cryptées. 

Pour le patron de la SACD, la direction de Canal+ s’est surtout trompée de méthode. Plutôt qu’un « coup de force », elle aurait été mieux inspirée de saisir le CSA pour « demander l’autorisation d’allonger leur plage en clair en particulier l’après-midi pour les enfants ». « Le CSA les aurait autorisés » assure-t-il.

« Canal+ aurait pu ainsi faire un acte citoyen en respectant les règles. D’ailleurs, je ne crois pas, par exemple, que Disney apprécie la diffusion gratuite de gros films comme le Roi Lion. C’est un peu n’importe quoi, une fuite en avant. Pour quoi ? Espérer que les abonnés gratuits vont se transformer en abonnés payants ? »

Selon ses confidences, le Conseil pourrait maintenant rappeler la chaîne à l’ordre « et être obligée de se replier sur 15 jours ».

Publiée le 19 mars 2020 à 18:18


Chargement des commentaires