Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes
Le lancement de Disney+ repoussé au 7 avril à la demande du gouvernement (et d'Orange)
FAI

Le lancement de Disney+ repoussé au 7 avril à la demande du gouvernement (et d'Orange)

Entre autres
4 min

Se voulant rassurant sur l'état des réseaux français depuis le début du confinement, le gouvernement multiplie les signaux contradictoires, appelant au « civisme » des utilisateurs, certaines plateformes de vidéo à réduire la qualité d'image ou... Disney+ à ne pas se lancer en France. Une demande « poussée » par Stéphane Richard, PDG d'Orange.

« Encore un peu de patience pour nos fans français, notre service de streaming Disney+ arrive bientôt » annonçait hier soir le compte Twitter du service de SVOD. Dans la soirée, Cédric O se félicitait « cette décision difficile mais responsable, qui permettra aux fans de profiter de leurs programmes favoris sans risque pour la connexion de tous  ».

Une décision prise par l'entreprise américaine « à la demande du gouvernement français ». Car si ce dernier assure depuis des jours, et le début du confinement, que l'infrastructure des FAI est parfaitement capable de tenir la charge, il multiplie les actions allant dans un sens parfaitement opposé, en ne visant qu'un type d'acteurs : les services de streaming vidéo.

« Le réseau va parfaitement bien », mais...

Ainsi, les autres activités, qui peuvent elles aussi nécessiter énormément de bande passante, sont mises de côté dans le discours gouvernemental, et ne semblent pas poser de problème au Secrétaire d'État. Ce, même si elles fonctionnent à plein débit contrairement aux flux vidéos qui n'occupent que quelques dizaines de Mb/s dans le cas de la 4K. 

Mais pourquoi ne pas avoir demandé à Disney+ de réduire la qualité d'image comme à Netflix ou YouTube ? Tout d'abord, il faut savoir que cette volonté de retrait n'est pas une idée du gouvernement, qui relaie ici simplement une demande, non pas de la Fédération Française des Télécoms, qui ne s'est pas exprimée publiquement sur le sujet, mais d'Orange.

Dans Les Échos, Grégory Rabuel (directeur général de SFR Télécom) ajoute ce matin que « les opérateurs télécoms ont demandé à Bercy de discuter avec Disney + pour différer ce lancement », sans pour autant l'exprimer publiquement depuis. Après quelques bruits de couloir allant dans ce sens dans la presse ici et là en début de semaine, c'est le PDG d'Orange qui est sorti du bois sur le sujet hier chez nos confrères du Figaro : « Le lancement de Disney + est un sujet de préoccupation. Nous ne voulons pas empêcher nos compatriotes de se divertir, mais il faut mesurer le risque que l’on prend ».

Faire rentrer Disney+ dans le rang

« Le mode de distribution de Disney n’est pas contrôlé par les opérateurs. Le lancement de Disney va être en OTT, sans aucun contrôle de notre part. J’en ai parlé aux autorités, j’ai saisi Bercy et l’Autorité des télécoms (Arcep). Peut-être qu’un report de quelques semaines du lancement de Disney + serait opportun » confie-t-il à nos confrères. 

En creux, on comprend qu'au-delà du risque pris par le mode de diffusion de Disney+, c'est l'absence d'accord, qu'il soit commercial ou technique (les deux étant en général lié) qui pose problème. Cela n'était déjà pas du goût des opérateurs qui se plaignaient il y a peu du montant du chèque demandé par Canal+ (qui distribue Disney+ en France aux tiers). Mais c'est surtout le point technique qui est mis en avant pour justifier de cette demande et la rendre audible.

C'est d'ailleurs le très respecté Jean-Luc Vuillemin, Directeur Réseaux et Services internationaux d'Orange qui en fait le SAV sur Twitter, expliquant que « Disney "tire" via des CDN interconnectés partout en Europe sur les réseaux internationaux Orange, ca fait pas la même chose en terme de traffic et d’éléments impactés », par rapport à des acteurs qui ont pu avoir des pratiques similaires mais avec qui les FAI ont fini par s'entendre, tels que Netflix.

Pour Nicolas Guilllaume, PDG de Netalis et secrétaire de l'Association des opérateurs télécoms alternatifs (AOTA), il y a là un sujet de désaccord : « le lancement ne pose pas de problème dans les autres pays sauf en France. Donc je pense qu'il y a de l'argumentaire un petit peu trop fumeux malgré tout. Le politique est manipulé. [...] Il va peut-être falloir se poser un jour la question du prix du peering privé avec les grands opérateurs qui est un facteur bridant l'innovation et qui risque en plus de mettre à mal les réseaux. Cette pression sur les OTT est anormale » indique-t-il sur Twitter.

Un nouveau rapport de force

Ce report fait dans tous les cas bien les affaires des FAI qui, n'ayant pas ce flux à gérer, n'auront pas à agir en cas de problème, et donc à subir le mécontentement de leurs clients. Ici, c'est Disney+ qui doit passer pour celui qui allait engorger l'internet français de manière irresponsable, avant d'être stoppé par le gouvernement, alerté par Orange.

La séquence qui s'ouvre est donc celle de la mise en place d'une solution. Canal+, Disney+ et les FAI français ont donc 15 jours pour se mettre d'accord. Ces derniers ont une nouvelle arme à leur disposition : la possibilité de demander le report du lancement jusqu'à la fin du confinement, qui devrait durer encore quelques semaines, voire jusqu'à l'été. 

Chacun va donc faire valoir ses droits et, espérons-le, trouver un terrain d'entente d'ici le 7 avril prochain.

Publiée le 22 mars 2020 à 08:16


Chargement des commentaires