Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes
À Cannes, des caméras pour détecter le port du masque
Loi Crédits : WDnet/iStock

À Cannes, des caméras pour détecter le port du masque

Et bientôt mesurer la distanciation sociale
7 min

Datakalab, « une start-up dans la Brain Tech qui a pour ambition de transformer le monde du marketing avec la prise en compte des émotions », a développé une technologie de détection des masques dans l’espace public. La ville de Cannes l’a déjà adoptée. L'entreprise va bientôt enrichir ses caméras pour mesurer cette fois la distanciation sociale.

Des caméras éparpillées dans des lieux publics pour détecter l’usage ou non de masques. Voilà le projet en place depuis le 26 avril sur trois marchés de la ville de Cannes (Forville, Gambetta, La Bocca). Et d’ici mercredi, c’est même dans les bus locaux (Palmbus) que cette technologie sera embarquée.

La solution est couplée à un système d’alerte. « Un SMS ou un email est envoyé aux employés municipaux chargés de la sécurité du lieu pour les informer de l’évolution du port de masque tout au long de la journée ». Une fois ces informations en main, « les équipes peuvent aller au-devant des Cannois pour une action pédagogique, bienveillante et citoyenne, les incitant au port du masque ou, le cas échéant, en distribuant des masques à celles et ceux qui n’en ont pas »

Cannes fait partie des communes ayant justement distribué des masques à la population. L’enjeu maintenant est d’évaluer les pratiques des citoyens à une quinzaine de jours de la sortie attendue du confinement.

La société assure respecter le RGPD sur le bout des ongles. Les données sont anonymisées, « les images sont traitées en local en 100 ms et on ne stocke aucune image » indique Xavier Fischer, directeur de Datakalab dans un communiqué

Next INpact a contacté le numéro un de l’entreprise, pour l’interroger déjà sur le cadre réglementaire de ces dispositifs. « À chaque fois que nous faisons un déploiement, nous réalisons une analyse d’impact » nous indique Xavier Fischer, CEO de la startup de 14 personnes. « Nous travaillons avec le cabinet de Gaulle Fleurance & Associés depuis le démarrage ». Cabinet qui a pu échanger avec la CNIL sur ce système. « Il a posé toutes les questions qui étaient importantes à l’autorité ». 

« Le flux n’est jamais stocké. Tout est fait en RAM  »

Cet article est réservé à nos membres abonnés.

Publiée le 28 avril 2020 à 17:57


Chargement des commentaires