Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes
Framasoft nous parle de ses plans pour « le monde d'après »
Services

Framasoft nous parle de ses plans pour « le monde d'après »

« Travailler moins pour travailler mieux »
7 min

Avec la crise sanitaire et le confinement, Framasoft a fait face à un afflux massif de demandes, obligeant l’association à réagir rapidement. Après avoir « plus travaillé que jamais », elle fait le point et revoit ses plans pour 2020. Peertube v3 change de mode de financement, Mobilizon prend un peu de retard et Framacloud est repoussé à 2021.

En novembre 2019, Framasoft publiait son carnet de route de l'année à venir. Il était notamment question de « l’éducation populaire au numérique, Peertube, Mobilizon [et] un service "tout-en-un" » : Framacloud, basé sur Nextcloud. C’était il y a cinq mois seulement, mais date surtout du « monde d’avant », avant la crise sanitaire causée par le virus SARS-Cov-2.

Confinement : « le monde n’était pas prêt »

« Nous vivons actuellement une pandémie mondiale. Qui a fait que #LesGens ont été confinés chez eux. Sauf que comme le monde n’était pas prêt (et l’Éducation nationale encore moins), les services en ligne de visioconférence, de tchat de groupe, et d’écriture collaborative se sont trouvés submergés », explique l'association qui a vécu cette situation.

Comme nous avons déjà eu l’occasion de l’expliquer, de nombreux services se sont trouvés incapables de tenir la charge et l’afflux massif d’utilisateurs, qu'il s'agisse d'acteurs publics, de plus ou moins grandes plateformes, etc. Si les craintes s'exprimaient sur le risque pour les tuyaux, ce n'est pas vraiment eux qui ont lâché, étant en général bien dimensionnés.

Nombreux sont ceux qui se sont alors tournés vers les solutions clé en main de l'association d'éducation populaire, qui n'était pas vraiment taillée pour ça. « Nous avons vu l’utilisation de certains services se multiplier par huit (lorsque l’Italie s’est confinée) puis par beaucoup-tellement-qu’on-compte-plus (quand la France a finalement suivi) » explique-t-elle.

Cette crise sanitaire mondiale a non seulement obligé Framasoft à s’adapter (matériellement et humainement) à cette situation, mais aussi à revoir ses plans pour les mois à venir. 

Framasoft revoit ses priorités suite au « raz-de-marée »

Cet article est réservé à nos membres abonnés.

Publiée le 06 mai 2020 à 15:17


Chargement des commentaires