Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes
Build 2020 : au sein de Microsoft 365, Teams reste la star
Applications

Build 2020 : au sein de Microsoft 365, Teams reste la star

Le petit chouchou de l'entreprise
7 min

Dans le cadre cette Build 2020 entièrement virtuelle, le petit « préféré » de Microsoft ne cache plus son rôle proéminent. Teams est placé au cœur de l'offre du géant, et presque aucun nouveau service annoncé ne l'est sans son intégration.

La conférence Build est toujours l’occasion pour Microsoft d’annoncer ses nouveautés à venir pour tout ce qui touche de près ou de loin à son offre bureautique. Ne l’appelez d’ailleurs plus Office 365, puisque le bouquet de services a été renommé Microsoft 365 il y a deux mois, et a commencé à recevoir en avril les nouveautés promises lors de l’annonce.

L'édition 2020 permet de découvrir la feuille de route pour les mois à venir. Certaines informations sont des reprises de ce qui a déjà été annoncé, comme une transformation de Teams pour l’adapter aussi bien au grand public qu’aux professionnels, au point que l’on peut se demander maintenant si Skype n’est pas condamné à plus ou moins long terme.

Mais que les clients se « rassurent », Teams reste clairement un outil orienté entreprises. Les annonces le montrent.

Notre dossier sur la Build 2020 de Microsoft :

Teams : grosse salve de nouveautés pour les prochains mois

C’est peu dire que Microsoft avait des nouveautés dans sa besace pour son outil de communication. On commence avec les modèles personnalisables de création d’équipes, qui arriveront dans les mois à venir.

Ils seront bâtis sur des scénarios courants d’entreprises ou d’autres structures, comme la gestion d’évènements, la réponse aux crises, la communication en hôpital ou dans une banque, etc. Chaque modèle disposera de ses propres canaux prédéfinis, de ses onglets et applications, ainsi que de guides spécifiques.

Le nom, le descriptif et les canaux de l’équipe seront bien sûr laissés au soin de l’utilisateur. Des informations seront ensuite affichées pour le guider dans la personnalisation de l’équipe. Dans un premier temps, 12 modèles seront publiés, le nombre augmentant ensuite régulièrement.

  • Teams
  • Teams
  • Teams
  • Teams
  • Teams
  • Teams
  • Teams
  • Teams

Les administrateurs pourront créer leurs propres modèles, depuis le centre dédié. Cette création comprendra la définition complète d’un modèle, la création d’un modèle depuis une équipe existante et la modification des modèles en cours. Un modèle ainsi défini apparaîtra en tête de liste dans le panneau d’ajout d’équipe. On remarquera dans les réponses au billet de blog que la fonction semblait particulièrement attendue. Il faudra cependant montrer encore un peu de patience.

L’automatisation est renforcée. Les bots développés depuis la Power Platform s’intègrent mieux à Teams. Un développeur peut en sélectionner un puis cliquer sur « Ajouter à Teams ». Les Power Virtual Agents liés supportant désormais le SSO (Single Sign-On), les utilisateurs envoyés vers Teams pour la première fois n’auront pas à s’authentifier à nouveau.

Le bouton « Ajouter à Teams » sera prochainement étendu à l’ensemble des applications créées depuis la Power Platform. Viendront s’y ajouter là encore des modèles préconstruits pour fluidifier certains flux de travail, en fonction des éléments en place dans l’entreprise. Ils seront personnalisables. Des actions et déclencheurs spécifiques à Teams seront également fournis aux développeurs, pour automatiser par exemple les mentions ou les messages diffusés dans les canaux.

Microsoft se fait fort de rappeler que sa solution est déjà utilisée dans de nombreux établissements hospitaliers. Et de rappeler qu’elle est certifiée HITRUST et parfaitement en phase avec la loi américaine HIPAA. Teams recevra donc bientôt une nouvelle application baptisée Bookings pour centraliser tout ce qui touche à la prise de rendez-vous, aussi bien pour les entretiens d’embauches que pour des visites médicales

L'outil recevra aussi bientôt une Network Device Interface (NDI), qui permettra de transformer chaque flux vidéo d’un participant en flux discret, récupérable dans des applications spécialisées dans la diffusion (broadcast), comme OBS, Wirecast, Xsplit, StreamLabs et autres. Enfin, Shifts, dédié aux employés de première ligne (gestion des rendez-vous, relations avec le reste de l’équipe, etc.), évolue lui aussi.

Les API Graph sont maintenant disponibles, permettant aux développeurs d’interfacer Shifts avec d’autres systèmes de gestion du personnel. Des actions Automate ont été ajoutées, autorisant l’extraction d’informations pour être envoyées à d’autres applications via des flux personnalisés. De nouveaux modèles sont de la partie, notamment un permettant une acceptation automatique des requêtes quand la permission d’un responsable n’est pas requise.

Le framework Fluid débarque dans Outlook et Office.com

L’objectif de Fluid, pensé pour le web et présenté l’année dernière au cours de la conférence Ignite, est de... fluidifier la collaboration sur un peu n’importe quels éléments.

Ces derniers devenant des entités que l’on peut extraire et insérer ailleurs, comme des objets. Dans les mois qui viennent, Outlook et Office.com seront mis à jour pour intégrer les premières briques de Fluid. Il deviendra par exemple possible de créer un tableau dans l’Excel pour y inviter des personnes spécifiques, avant de le partager dans d’autres applications ou de l’envoyer dans un email dans Outlook. Même chose avec des graphiques, listes de tâches, etc.

Dans Office.com, les utilisateurs pourront créer des espaces de travail dédiés, permettant de composer des documents à la volée avec des éléments provenant d’un peu partout. Microsoft assure que son framework est extrêmement rapide, rendant les modifications instantanées. Mais puisqu’il faudra attendre encore plusieurs mois pour voir arriver Fluid dans les abonnements Microsoft 365 Enterprise, on aura le temps de juger sur pièce.

L’éditeur a d’ailleurs profité de la Build pour annoncer le passage en open source de son framework. Disponible sur GitHub sous licence MIT, il permet selon l’entreprise de rendre quel n’importe quelle page ou service web adapté à la collaboration. Il faudra pour cela remplacer une structure de données statiques par celle correspondante dans Fluid. L’interface et l’accès à la section modifiée devront bien sûr être adaptées en fonction.

Microsoft imagine finalement un monde où un nombre croissant de structures deviendront « vivantes », dans le sens où plusieurs personnes pourront y intervenir à plusieurs, avant de les envoyer d’autres services et applications compatibles. Même si l’écosystème de la firme suffira à rendre cette capacité viable, le passage à l’open source est clairement un appel du pied aux développeurs tiers.

Prédiction de texte et Yammer pour Outlook

Première nouveauté pour Outlook, dont le déploiement vient de commencer : la prédiction de texte. Dans la version web du service, la frappe peut suggérer automatiquement du texte quand une structure de phrase classique est reconnue.

La proposition apparait alors à droite de ce que l’utilisateur écrit, et il suffit alors d’appuyer sur Tab pour valider l’ajout. Ce type d’ajout peut clairement faire gagner du temps, mais passe toujours par une phase d’adaptation, à la manière des mots proposés par les claviers virtuels sur les smartphones.

Une autre évolution concerne Yammer, le service de réseau social que Microsft avait racheté il y a des années. Il peut maintenant émettre des emails interactifs vers Outlook (versions Windows, Mac, Android, et iOS). Dans la version web, la nouveauté est déjà active, tandis qu’elle est en cours de déploiement pour les autres.

Dans les grandes lignes, la fonction ressemble à celle en place chez Gmail depuis bientôt un an avec les emails dynamiques. Les utilisateurs recevront ainsi des courriers en provenance de Yammer, dont les éléments seront divisés en cartes adaptatives, actionnables directement sans basculer dans une autre application ou dans le navigateur. Par exemple, la publication d’un collègue de travail pourra être commentée depuis Outlook.

Le nouveau Yammer, présenté en février, approche également de sa version finale. Outre une interface largement remaniée et épurée, il présentera de nouveaux outils pour les annonces communautaires, des capacités accrues pour les évènements live et des outils de publication plus riches.

Lists : comme To Do, mais pour les entreprises

Évolution de SharePoint Lists, Lists sera aussi bien une application web que mobile (Android et iOS). Bien que les entreprises puissent utiliser To Do (qui s’interface avec Outlook), Lists visera en priorité le monde professionnel.

Lists proposera des modèles pour créer rapidement des listes, dans lesquelles on pourra manipuler les données exposées par l’entreprise, en fonction des autorisations disponibles. Routines, contacts, inventaires, problèmes et autres pourront ainsi y être assemblés, Lists permettant la création de règles et alertes avec critères spécifiques. Suivi des incidents, embauches en cours, gestion d’itinéraire, ressources diverses font partie des modèles disponibles.

  • Lists
  • Lists
  • Lists
  • Lists
  • Lists
  • Lists
  • Lists

Les listes seront « intelligentes ». Si un utilisateur y incorpore un élément dynamique provenant d’une source de données fluctuante, toute modification dans cette dernière sera reflétée.

Puisqu’aucun nouveau service de Microsoft ne peut sortir sans s’interfacer avec Teams, les listes pourront être publiées dans l’outil de communication. L’intégration est largement mise en avant, puisque Lists permet notamment de dresser les tâches affectées à chacun, la visibilité dans Teams permettant alors de garder un œil sur l’état d’avancement.

Publiée le 26 mai 2020 à 10:55


Chargement des commentaires