Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes
Bouygues Telecom : « nous ne sommes pas magiciens »
Téléphonie

Bouygues Telecom : « nous ne sommes pas magiciens »

Plutôt des mentalistes ?
12 min

Au Sénat, Martin Bouygues a réaffirmé son désir de voir les enchères de la 5G reportées, militant pour qu’un nouveau « New Deal » mobile soit mis en place. Le dirigeant en profite pour tacler le gouvernement et demande un « débat public serein et éclairé » sur cette nouvelle technologie. Le cas Huawei et la Bbox Smart TV ont aussi été abordés.

Ce matin, Martin Bouygues (PDG du groupe Bouygues) était l’invité de la commission de l'aménagement du territoire et du développement durable du Sénat pour parler du déploiement de la 5G et l'aménagement numérique de la France (le replay est disponible ici). Deux sujets d’actualité sur fond d’enchères pour les nouvelles fréquences de 3,5 GHz et de New Deal mobile, tous deux ayant pris du retard en raison de la pandémie de Covid-19 et du confinement.

Martin, Sébastien et Agnès sont sur un bateau…

« On a souhaité vous inviter suite à la publication de votre tribune qui a fait grand bruit », explique Hervé Maurey (président de la Commission) dans son discours d’introduction. Martin Bouygues y affirmait pour rappel que « dans le climat économique d’aujourd’hui, la 5G n’[était] pas la priorité du pays ». Les réactions ont été nombreuses.

Il prônait un report de quelques mois des enchères, arguant que « les usages potentiels véritablement innovants n’arriveront pas avant 2023 ou 2024 ». La réponse du président de l’Arcep avait été rapide : « Il y a un élément dans la méthode qui me paraît étonnant [...] Je n'ai pas reçu de demande de la part de Bouygues Télécom, et je ne dispose d'aucune note d'analyse ».

De son côté, la secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances Agnès Pannier-Runacher expliquait qu’elle n’était « pas totalement convaincue par les arguments » du PDG de Bouygues et appelait « à ne pas prendre du retard (sur la 5G) ». Il y a quelques jours, elle parlait même « d’une priorité industrielle » avec l’objectif de lancer les enchères dès septembre. C’était du moins la demande faite à l’Arcep. Deux salles, deux ambiances. 

Cette audition était donc attendue, devant permettre à Bouygues Telecom de développer son argumentaire.

Bouygues veut « un débat public serein et éclairé avant de faire des enchères »

Cet article est réservé à nos membres abonnés.

Publiée le 10 juin 2020 à 18:10


Chargement des commentaires