Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes
Renaud Demadrille du CEA nous parle des vitres photovoltaïques à double fonction
Science Crédits : CEA

Renaud Demadrille du CEA nous parle des vitres photovoltaïques à double fonction

Essilor-Transition+++
8 min

Des chercheurs viennent d’annoncer avoir franchi « un premier pas vers des vitres photovoltaïques photochromiques », dont la teinte peut donc changer en fonction du niveau d’ensoleillement. Renaud Demadrille, dernier auteur de la publication nous explique de quoi il en retourne exactement.

Le CEA s’est récemment fait l’écho d’une étude de chercheurs de l’Institut de recherche interdisciplinaire à Grenoble (Irig) publiée dans la revue Nature Energy : « Photochromic dye-sensitized solar cells with light-driven adjustable optical transmission and power conversion efficiency » (c’est presque aussi poétique qu’incompréhensible). Pour synthétiser l’idée, il est question d’une « nouvelle famille de colorants photochromes adaptés au photovoltaïque ».

Des vitrages photovoltaïques pour les bâtiments et les voitures

D’après le Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives, ce travail « ouvre la voie à des vitrages photovoltaïques dont la transparence s’adapte à la luminosité, une application intéressante notamment dans le bâtiment ou dans le secteur automobile ». Nous avons donc voulu en apprendre davantage sur cette technologie et ses avancées par rapport aux précédentes découvertes (les colorants pour fabriquer des panneaux solaires n'étant pas nouveaux).

Le sujet est en effet complexe et mérite d’aller au-delà du simple communiqué de presse – trop succinct comme c’est souvent le cas – pour bien comprendre de quoi il s’agit, l’avancement du projet et ses débouchés potentiels.

Renaud Demadrille, chercheur de l’Institut Nanosciences et Cryogénie (Inac) et dernier auteur de la publication – une place signifiant qu’il est le chercheur « sénior » ayant guidé le projet – a répondu à nos questions.

Une cellule de Grätzel, c’est quoi ?

Cet article est réservé à nos membres abonnés.

Publiée le 12 juin 2020 à 08:00


Chargement des commentaires