Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes
Comment Hey veut réinventer l'email
Services

Comment Hey veut réinventer l'email

One more...
7 min

Réinventer l'email. Beaucoup ont essayé, aucun n'a jusque-là réussi. Car aussi vieux, complexe à mettre en œuvre et parfois mal conçu qu'il soit, l'email est aussi bourré de qualités : il est résilient, interopérable et surtout très largement implémenté ou utilisé. Hey vient de se lancer en promettant de changer la donne.

« Objectif zéro inbox », « Communiquez avec votre époque », « Pensez à supprimer des emails pour sauver la planète ». S'il y a bien une chose que l'on peut dire à propos de l'email, c'est qu'il fait l'objet de nombreuses injonctions, étant accusé de tous les maux. Mais on n'a pour le moment rien inventé de mieux pour communiquer en ligne de manière interopérable.

L'email, c'est le diable

Car oui, quand un article vous parle de « Comment Slack, l'IRC moderne, va tuer l'email », il oublie de vous dire qu'il s'agit d'une plateforme privée, centralisée, sans implémentation open source, pas exploitable partout et qui n'a finalement pas grand-chose à voir avec IRC, si ce n'est un « # » dans le nom des salons de discussion.

Surtout : il n'a pas tué l'email. Car cela reviendrait à n'avoir une boîte aux lettres que pour recevoir des courriers et colis expédiés par UPS. Cela ne vous viendrait pas à l'idée, n'est-ce pas ? Pour l'email, c'est pareil.

Cette technologie, née au début des années 70 et popularisée lors de la décennie suivante, reste pourtant une source de problèmes. Massivement utilisée pour envoyer des publicités et messages non sollicités, avec une couche de sécurité encore souvent trop faible (chiffrement et signature du contenu), absence d'utilisation des protections diverses par de grands acteurs du marché, etc. On y subit régulièrement spam, phishing, spoofing et autres envois de malwares.

Dès lors, que faire ? Certains pensent que la solution ne passe pas tant par une évolution des serveurs que par le service proposé en surface. Une approche qui a déjà montré ses limites par le passé mais qui n'empêche pas certains d'espérer. C'est le cas de Hey qui vient de se lancer. Véritable révolution ou nouveau coup d'épée dans l'eau ?

Hey : un manifeste et des promesses

Cet article est réservé à nos membres abonnés.

Publiée le 16 juin 2020 à 17:00


Chargement des commentaires