Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes
Journée internationale des astéroïdes : quels sont les plus gros risques à venir ?
Espace Crédits : 3000ad/iStock

Journée internationale des astéroïdes : quels sont les plus gros risques à venir ?

Harry Stamper est demandé à l’accueil
7 min

Les astéroïdes sont une menace sérieuse pour la Terre, ou plus exactement pour les humains que nous sommes. Que ce soit dans quelques mois ou décennies, plusieurs géocroiseurs vont passer plus ou moins près de notre planète, avec un risque de collision non nul.

Depuis 2015, le 30 juin est la journée internationale des astéroïdes. Cet événement, reconnu par les Nations Unies, correspond à l'anniversaire de l'événement de la Toungouska (Sibérie) de 1908 (il y a 112 ans déjà).

Petit rappel historique rapide : cette journée internationale a été lancée le 3 décembre 2014 par Brian May (astrophysicien et, oui, il s’agit bien du guitariste de Queen), Danica Remy (président de la fondation B612 pour la protection de la Terre contre les astéroïdes), Grig Richters (réalisateur) et Rusty Schweickart (un astronaute d’Apollo 9).

Le risque existe, cette journée est là pour le rappeler

Le but est de « sensibiliser la population aux risques d'impact d'astéroïdes ». Et les risques vont de la petite étoile filante dans le ciel au destructeur de monde et de la race humaine. Pour Jan Wörner, directeur général de l’Agence spatiale européenne (ESA), « l’impact d’un astéroïde est un risque naturel que nous pourrions essayer d’éviter, si nous le voyions arriver suffisamment à l’avance ».

C’est d’ailleurs tout l’enjeu de cette journée : se préparer. La question n’est finalement pas de savoir si un jour un astéroïde d’une taille suffisamment dangereuse viendra frapper la Terre, mais plutôt de savoir quand cela arrivera et de s’y préparer.  La mission DART de la NASA (puis de Hera de l’ESA) a par exemple pour but de dévier la trajectoire d’un astéroïde (plus exactement de sa lune de 160 m de diamètre) à l’aide d’un impacteur.

Actuellement, plus de 1 000 géocroiseurs ou Near Earth Object (NEA) sont référencés par l’ESA dans sa « liste à risque ». L’ONU rappelle que les géocroiseurs sont des astéroïdes et des comètes « dont l'orbite les mène près de notre planète et représentent des menaces potentiellement catastrophiques ».

Les astéroïdes, c’est un peu comme la roulette russe…

Cet article est réservé à nos membres abonnés.

Publiée le 30 juin 2020 à 15:46


Chargement des commentaires